Actualités

Volkswagen Jetta GLI 2019 : huit questions pour le concepteur du produit

Notre rencontre avec Adam Reinhardt

Notre rencontre avec Adam Reinhardt

Volkswagen a choisi le Salon de l’auto de Chicago pour dévoiler la Jetta GLI 2019. Avec le moteur de 228 chevaux de la GTI, une suspension arrière indépendante et le différentiel à glissement limité VAQ de Volkswagen, la nouvelle GLI semble être tout aussi divertissante à conduire que la GTI. Nous avons l’impression qu’elle sera bien meilleure que l’ancienne Jetta GLI. Pour avoir une meilleure idée de ce que Volkswagen a fait avec la GLI, nous avons discuté avec Adam Reinhardt, l’un des concepteurs de produits derrière la Jetta.

Pouvez-vous me parler de certaines de vos priorités et de vos objectifs en ce qui concerne la refonte de la GLI?

Absolument. Donc, la première chose à faire avec cette voiture était de s’assurer qu’elle était sur la même échelle, côté performances, que la GTI. La génération précédente, la GLI Mk VI, était une bonne voiture, mais elle a souffert de la sortie, en 2015, de la GTI en tant que modèle Mk VII; cette dernière reposait sur une plateforme MQB et offrait plus de puissance, un châssis plus rigide et une meilleure tenue de route. Et donc l’acheteur de performance, le passionné, penchait naturellement plus vers la GTI alors que la GLI était, plus ou moins… disons qu’elle n’était pas tout à fait à la hauteur, côté performances. Et ce n’est pas ce que nous voulions.

Ce que nous voulions faire, c’était relancer la GLI en tant que véritable berline sport de performance, alors imaginez-la comme une GTI avec un coffre. À cette fin, elle est maintenant construite sur la plateforme MQB, comme la Jetta normale, et elle partage son moteur avec la GTI 2019. C’est donc le même moteur EA88 turbocompressé de deux litres à quatre cylindres développant 228 chevaux. C’est le moteur de série livré avec toutes les GLI.

De plus, des caractéristiques qui figuraient auparavant dans l’ensemble de performance GTI, comme le système XDS et le différentiel à glissement limité VAQ, sont désormais de série sur la GLI. Il y a aussi les freins avant de la Golf R.

On obtient un meilleur freinage, une puissance totale supérieure et un différentiel à glissement limité pour faciliter la maniabilité.

Donc, du moins sur le papier, la GLI et la GTI sont sur le même pied d’égalité. Mais si vous conduisez les deux voitures sur une piste de course, y a-t-il une différence dans la façon dont elles se conduisent, à part le fait que l’une est munie d’un hayon?

On s’attend à ce qu’elles obtiennent des résultats comparables. La GLI, en raison de sa forme de berline, et plus particulièrement sa conception s’apparentant à celle d’un coupé, a en fait un bien meilleur coefficient de traînée, donc sur une ligne droite, selon la piste, elle pourrait être supérieure. La GLI est aussi un peu plus lourde. Il pourrait donc y avoir une certaine différence dans l’accélération en faveur de la GTI, mais selon la piste et le conducteur, nous nous attendons à ce que le résultat soit assez semblable.

Quelle est la différence démographique que vous vous attendez à voir ou que vous avez vue par le passé entre le client qui achète une GTI et celui qui achète une GLI?

Nous savons que ceux qui achètent des voitures à hayon tiennent à ce hayon. Certains ont une préférence marquée pour le style et la conduite d’une voiture à hayon qui lui procurent une allure européenne, et donc pour ces gens, nous avons toujours offert la GTI.

Ce que nous n’avons pas eu au cours des dernières années, du moins jusqu’à maintenant, c’est une berline sport. Nous savons qu’il y a des gens qui préfèrent la forme d’une berline, et ces gens-là préfèrent avoir un vrai coffre où ranger leurs bagages quand ils partent en voyage. Ils ne veulent pas avoir à se soucier d’un couvre-bagage. Ils peuvent verrouiller le coffre et les passants ne peuvent pas en voir le contenu. Si vous regardez autour de vous, en Amérique du Nord, vous verrez beaucoup plus de berlines que de voitures à hayon sur la route. C’est essentiellement le contraire de ce que l’on remarque en Europe, donc nous avons voulu présenter la nouvelle GLI en tant que véritable berline sportive.

Avez-vous constaté, ou vous attendez-vous à voir, des différences démographiques – de revenu, de sexe, de localisation – entre les acheteurs des deux modèles? Ou est-il plutôt question de préférence?

Eh bien, ce que nous avons vu dans le segment des berlines sportives, c’est qu’il y a un certain nombre de nouvelles venues, en commençant, je suppose, par la Civic Si, et maintenant l’Elantra Sport, et même Kia, avec sa Forte GT. Elles offrent des prix très concurrentiels, et avec une puissance un peu plus modeste que ce que nous offrons. Nous voyons donc là une occasion de conquérir une partie de ce marché occupé par les autres marques, avec une voiture qui offre plus de performance et un rapport qualité-prix équivalent.

Étant donné que nous observons une baisse des ventes de berlines en Amérique du Nord, que répondez-vous à la personne qui dit : « Pourquoi se donner la peine de proposer une berline sportive quand plus personne n’en achète? »

Je leur répondrais que quand nous parlons à nos clients, nous voyons qu’il y a une demande très marquée pour les berlines. Il y a des gens qui ne veulent pas de l’espace supplémentaire ou de la réduction de la maniabilité d’un VUS, ou qui veulent une meilleure économie de carburant. Ils veulent peut-être se procurer une deuxième voiture ou changer de modèle parce qu’ils sont rendus à une étape différente de leur vie. Peut-être préfèrent-ils simplement une berline pour leurs déplacements quotidiens. Nous savons que nous avons un noyau d’acheteurs de berlines qui n’est pas près de disparaître.

Je pense que vous entendrez ce discours dans toutes les présentations des différentes marques. [Subaru] a récemment lancé la Legacy, et notre vice-président directeur des ventes et du marketing ici, qui parle des berlines, et avec encore plus de quatre millions de voitures sur le marché, c’est toujours un segment important, et nous sommes très déterminés à bien servir ce segment, c’est dans l’ADN de Volkswagen.

Je sais que vous avez dit que vous entrevoyez des occasions de conquérir une partie des ventes de l’Elantra et de la Civic Si, mais prévoyez-vous aussi aller chercher les acheteurs du modèle de base de voitures de luxe bien établies, comme la Série 3, ou s’agit-il d’une clientèle différente?

Pour ces acheteurs, la marque est souvent un facteur de décision clé. Mais pour ce qui est de l’équipement et de la valeur, je pense que nous faisons de l’ombre à ce segment d’entrée de gamme.

Y a-t-il un détail ou un élément dont vous êtes particulièrement fier, mais qu’on pourrait ne pas remarquer en lisant la fiche technique ou en regardant des photos?

Il y a deux ou trois choses. La première, c’est l’aide à la conduite de série, qui, jusqu’à tout récemment, n’a pas vraiment été offerte sur les berlines de performance, mais nous avons vu à quel point ces dispositifs sont utiles et pratiques, et à quel point les conducteurs les apprécient. C’est pourquoi toutes les GLI sont livrées avec la surveillance des angles morts et le système de surveillance Front Assist de Volkswagen, soit l’alerte de prévention de collision et le freinage d’urgence automatique, ce qui, jusqu’à récemment, n’était pas courant dans ce segment. Et c’est quelque chose que la Civic n’offre pas, par exemple.

Et puis, pour moi, il y a aussi l’édition 35e anniversaire, avec ses détails esthétiques uniques comme le toit noir, le becquet arrière noir et les roues uniques, sans oublier le contrôle dynamique du châssis, notre système d’amortissement adaptatif. C’est vraiment l’option pour les véritables passionnés, et c’est la voiture que je voudrais ramener à la maison aujourd’hui si c’était possible.

Avez-vous essayé de faire quelque chose qui n’a pas vraiment fonctionné?

Je dirais que, dans l’ensemble, nous avons atteint nos objectifs avec cette voiture.

Malheureusement, nous ne pouvons pas encore révéler les prix, et vous allez probablement poser des questions à ce sujet, mais une telle voiture débarquant sur le marché à un tel prix, c’est impressionnant. Nous avons très hâte. Lorsque nous faisons notre propre analyse du prix pour voir quelles caractéristiques sont évaluées à quels prix pour nos clients, nous faisons des calculs qui montrent que la GLI offre plus d’équipement pour des sommes comparables, voire un peu plus avantageuses, que la GTI.