Actualités

Une magnifique Aston Martin DBS en édition limitée inspirée de James Bond

Si vous aimez votre super GT au shaker, pas à la cuillère

Si vous aimez votre super GT au shaker, pas à la cuillère

Vous avez détruit le repaire maléfique, neutralisé votre ennemi juré après une poursuite effrénée sur la piste de bobsleigh locale et sauvé la superbe demoiselle de sa détresse. Enfin, après 133 minutes pleines d’action, vous, le héros, avez enfin mérité la main de la belle. Après une cérémonie de bon goût dans un décor de rêve au Portugal, vous montez à bord de votre Aston Martin DBS 1969 nuptiale décorée de fleurs et partez pendant que vos proches lancent des pétales de roses pour célébrer le début de votre vie conjugale.

Ce scénario de rêve, c’est ce qu’on peut voir à la fin du sixième film de James Bond, Au service secret de Sa Majesté. Pour le 50e anniversaire de ce classique de 1969, Aston Martin a collaboré avec la société de production pour créer une série limitée de modèles DBS Superleggera inspirés du film. L’édition limitée aura une peinture exclusive vert olive comme celle de la voiture vue au cinéma, et six ailettes métalliques horizontales subdiviseront la gueule béante de la DBS Superleggera, faisant référence à l’avant de la voiture de l’agent secret.

Les roues à rayons en fil d’acier de la voiture de 1969 sont grandement améliorées 50 ans plus tard, remplacées par des roues exclusives de 21 pouces qui repoussent les limites de ce qui peut être considéré comme visuellement chargé, et que seule une voiture à l’allure d’une DBS peut rendre attirantes. À l’intérieur, l’habitacle est doublé de cuir noir et garni de surpiqûres rouges, un clin d’œil à la boîte à gants à garniture cramoisie où James Bond cachait un fusil. Ceux et celles qui en ont les moyens (parce qu’on se doute que ce ne sera pas donné) pourront sélectionner l’option qui ajoute une valise personnalisée doublée de feutre pouvant contenir deux bouteilles de champagne et quatre flûtes. Elle est même conçue pour être parfaitement adaptée au coffre de la voiture.

Des insignes « OHMSS Edition » ont été installés à l’intérieur et à l’extérieur du bolide; l’acronyme signifie bien On Her Majesty’s Secret Service, le titre original du film, mais il nous fait également penser à la loi d’Ohm, dictant que l’intensité d’un courant électrique est équivalente à la tension divisée par la valeur de la résistance du circuit. Rien à voir avec le sixième opus de la série britannique, mais le voir écrit sur une voiture dont le prix est de 300 007 £ fera certainement sourire quelques physiciens.

Sous le capot, il s’agit de la même DBS Superleggera à 715 chevaux que nous aimons déjà. Elle n’est pas munie d’une panoplie de gadgets comme la nouvelle Aston DB5 inspirée de Goldfinger, seulement d’un extrêmement puissant V12 à turbocompresseur double et de l’une des plus jolies carrosseries que nous avons vues depuis longtemps.

Malheureusement, Aston Martin ne construira que 50 exemplaires de la DBS Superleggera d’Au service secret de Sa Majesté, mais les choses pourraient être pires. Souvenez-vous de James Bond, qui venait de célébrer son mariage. Peu de temps après avoir quitté les lieux dans la DBS, les amoureux sont pris dans une embuscade tendue par le maléfique Ernst Stavro Blofeld, et la nouvelle femme du héros est mortellement atteinte d’une balle. Et c’est ainsi que se termine le film. Pas facile, finalement, la vie d’agent de Sa Majesté.