Actualités

Toyota prévoit de lancer 12 véhicules inédits ou redessinés en trois ans

Un nouveau VUS sous le RAV4 pourrait faire partie du lot

Un nouveau VUS sous le RAV4 pourrait faire partie du lot

Toyota a prévu de lancer 12 véhicules entièrement nouveaux ou considérablement renouvelés sur une période de trois ans, laquelle a débuté l’automne dernier lors du dévoilement du RAV4 2019 redessiné, selon un membre de la haute direction.

« Cela ne comprend pas huit autres véhicules qui seront actualisés au cours de cette même période », a déclaré Jack Hollis, directeur général de Toyota. Et ce total ne s’applique qu’à la division Toyota : il ne comprend pas les éditions spéciales ni les véhicules de la division Lexus.

« Il s’agit du plus grand nombre de lancements de nouveaux véhicules sur une période de trois ans de toute l’histoire de Toyota », a indiqué M. Hollis lors d’une entrevue réalisée au Salon de l’auto international de New York.

De ce nombre, on compte déjà le RAV4 redessiné, la berline Corolla redessinée et la récente berline Corolla hybride – mais pas la Corolla à hayon.

Plus tard cette année viendront la nouvelle Supra ainsi que le Highlander et la Yaris actualisés (une version de la Mazda2 sous un autre nom). À un peu plus long terme, une nouvelle Sienna est prévue. La Camry de prochaine génération ne sera pas comprise dans la période de trois ans annoncée, puisqu’elle serait mûre pour une refonte à l’automne 2022 selon le cycle habituel de cinq ans. Un autre modèle dont le renouvellement n’est pas dans les plans selon le directeur général est le Land Cruiser. Toutefois, la division nord-américaine de Toyota demeure attachée à ce modèle, selon ce que d’autres médias ont rapporté.

Sans confirmer que son lancement aurait lieu dans la période de trois ans, Jack Hollis a admis qu’une nouvelle plateforme qui constituera la base des Tundra, Tacoma, 4Runner et Sequoia est en cours d’élaboration. Cela dit, étant donné que le Tacoma et le 4Runner qui prend de l’âge ont connu leur meilleure année de ventes en 2018, il n’est pas urgent de réinventer ces deux véhicules à carrosserie montée sur châssis.

« Ces quatre véhicules sont tous importants pour notre gamme et ils arriveront à intervalle », a déclaré M. Hollis, son débit s’accélérant sous l’effet de l’enthousiasme lorsqu’il se décrit comme un amateur de ce type de véhicules ayant toujours été propriétaire de camionnettes et de purs VUS.

Ce dernier a également mentionné que, sans tenter de détrôner Detroit en ce qui a trait aux ventes de camionnettes, la nouvelle usine de montage de camionnettes à Guanajuato, au Mexique, fera de la place à San Antonio, au Texas, pour plus de camionnettes ou de versions de celles-ci.

L’usine de Guanajuato commencera ses activités avec une capacité annuelle de 100 000 unités, mais d’ici 2025, ce nombre pourrait atteindre 300 000. La nouvelle usine partagée par Toyota et Mazda en Alabama aura également une capacité de 300 000 unités pour la Corolla et un véhicule Mazda non précisé (peut-être le CX-30) lorsqu’elle ouvrira en 2021. Le fait de déplacer la production de la Corolla en Alabama libère de l’espace à l’usine du Mississippi pour des variantes de la taille de la Corolla.

Le directeur général a laissé entendre que Toyota pourrait ajouter des modèles de même segment qui ne font actuellement pas partie de sa gamme de produits. Plutôt que de risquer un investissement dans des créneaux qui sont vides présentement, le fait de doubler les offres dans les segments populaires pourrait rapporter plus selon M. Hollis.

En regardant de l’autre côté du salon vers le Venue de Hyundai qui vient côtoyer de près le Kona, il a insinué qu’il y aurait de la place sous le RAV4 pour un multisegment en plus du C-HR à hayon, ajoutant que l’absence de traction intégrale du C-HR constitue une limitation.

« Ils pourraient être dans le même segment, mais offerts à des prix différents. Ou l’un serait axé sur la conduite sur route et l’autre, sur la conduite hors route. Un pourrait être plus haut, plus large ou plus performant », a expliqué le directeur général. « On se fait prendre à vouloir être dans des segments différents, mais qu’en est-il des produits multiples dans un même segment? »

Selon lui, bien que le fait d’avoir des véhicules de segments similaires dans la même salle d’exposition puisse mener à une cannibalisation des ventes, le résultat final est habituellement une augmentation des profits.