Actualités

Si le coronavirus fait peur, attendez de voir les créations de Mansory

Des options ajoutées infectent les trois petites dernières

Des options ajoutées infectent les trois petites dernières

Mansory commet certains des péchés automobiles les plus odieux chaque année au Salon international de l’auto de Genève. Comme l’édition de cette année a été annulée en raison des inquiétudes liées à l’épidémie de COVID-19, nous pensions nous sauver des dernières « créations » du personnalisateur, mais nous avions tort. Mansory a persévéré et a révélé quelques nouveaux « concepts » basés sur le Rolls-Royce Cullinan, le Lamborghini Urus et le cabriolet Bentley Continental GT.

L’aspect non modifié du Rolls-Royce Cullinan ne fait déjà pas l’unanimité des amateurs d’automobiles, et la version Coastline de Mansory ne fera sans doute que creuser l’écart entre ceux qui préfèrent la subtilité et ceux pour qui ce n’est pas le cas. La Coastline revêt le caractère chargé propre à Mansory. Elle possède une peinture bicolore mate bleu océan et secret silver (argent secret), des jantes en aluminium de 24 pouces, ce qui ressemble à des garnitures en fibre de carbone autour des fenêtres, et un ensemble de carrosserie très dynamique comprenant un nouveau pare-chocs avant, de nouveaux logements de roues, de nouveaux bas de caisse ainsi qu’une ailette purement esthétique en haut du hayon arrière. Quant à l’habitacle, celui-ci est doublé de cuir bleu clair, tandis que son pavillon, de même couleur, a l’aspect de ciel étoilé de Rolls-Royce, et on trouve même un siège d’enfant Mansory personnalisé. Au moins, le moteur V12 à turbocompresseur double voit sa puissance augmentée; elle passe ainsi de 517 à 610 chevaux et de 626 à 700 lb-pi de couple. Le moteur est également doté d’un nouveau système d’échappement.

Bien qu’on ne puisse pas vraiment qualifier le Lamborghini Urus non modifié de joli, le Mansory Venatus met l’accent sur le dynamisme de son apparence comme jamais. Sa gueule béante à l’avant, son aileron arrière loufoque, ses embouts d’échappement en forme de triangle et ses éléments vert citron sur une peinture bleu mat sont absolument hallucinants. Le moteur V8 à turbocompresseur double de l’Urus présente ici une certaine amélioration, produisant maintenant 810 chevaux et 737 lb-pi de couple, contre les 641 chevaux et 627 lb-pi habituels.

À l’intérieur, le Venatus est bleu, et pas qu’un peu. Du cuir bleu recouvre les panneaux de porte, le pavillon, les sièges, la planche de bord et le volant. S’il ne s’agit pas de cuir, il s’agit probablement de fibre de carbone. Toutefois, le plus étrange dans ce Lamborghini modifié, c’est qu’il chausse deux ensembles de jantes différents. Bien que chacune ait un diamètre de 24 pouces, celles du côté gauche de la voiture sont différentes de celles du côté droit. Cette tendance nous laisse encore et toujours perplexes, mais au moins chaque ensemble paraît bien.

Contrairement à l’Urus, le cabriolet Bentley Continental GT est, ou du moins était, une ravissante pièce de machinerie. La version de Mansory se démarque par son fini noir mat et ses éléments vert oxyde de chrome, alors qu’à l’intérieur, on trouve du cuir matelassé vert et noir sur presque tous les panneaux. La planche de bord a été refaite en fibre de carbone. À l’extérieur, les touches Mansory comprennent un nouveau becquet, une nouvelle calandre, un nouveau capot, de nouveaux pare-chocs et de nouvelles jantes. Son moteur V8 à turbocompresseur double, maintenant accompagné d’un nouveau système d’échappement, a été réglé de sorte à produire 640 chevaux au lieu de 542. Sa vitesse de pointe serait apparemment de 330 km/h, et Mansory affirme que son Bentley sera capable de passer de 0 à 100 km/h en 3,8 secondes.

Une chose est certaine, c’est que les créations de cette année ne ternissent pas la réputation de Mansory. Néanmoins, l’espoir fait vivre, et qui sait, peut-être que celles de l’année prochaine seront plus élégantes. En fait, peut-être même que l’année prochaine, elles feront leur apparition à un Salon de Genève.