Essais Premières impressions

Premières impressions du Subaru Forester 2019 : améliorer ce que les clients veulent

La sécurité, l’espace et les commodités sont des priorités

La sécurité, l’espace et les commodités sont des priorités

Il y a quelque chose d’apaisant et de fiable à propos du Subaru Forester, un multisegment dont les deux dernières générations ont été nommées VUS de l’année selon Motor Trend. C’est donc avec beaucoup d’impatience que nous nous sommes rendus à Asheville, en Caroline du Nord, pour prendre le volant du modèle 2019.

Le Forester a la réputation de pouvoir transporter les familles et leurs bagages partout où elles ont besoin d’aller, quelles que soient les conditions. Perversement, se rendre dans les Carolines après le passage dévastateur de l’ouragan Florence était un moyen approprié de tester le courage de la dernière itération du multisegment.

Asheville est assez loin à l’intérieur des terres pour qu’il y ait eu de la pluie, mais pas des vents de la force d’un ouragan. Le soleil s’est même levé pour notre promenade le long de routes magnifiques avec suffisamment de courbes et de chaussée rugueuse pour voir de quoi est fait le Forester 2019.

Le châssis et la suspension sont exceptionnels. Le Forester devient le quatrième véhicule à passer à la nouvelle plateforme globale de Subaru, après l’Impreza, le Crosstrek et le nouvel Ascent à trois rangées. La qualité de roulement est excellente avec la suspension révisée. Une carrosserie plus rigide et l’utilisation intensive d’adhésifs structurels assurent une conduite confortable et exempte de bruits excessifs, de mouvements brusques ou de vibrations gênantes. Le mouvement de roulis est presque inexistant.

La direction est sans effort, mais vous sentez toujours que c’est bien vous qui conduisez; vous ne vous endormirez pas au volant. Subaru a repensé la direction pour réduire le délai entre le mouvement et la réponse et ajouté un vecteur de couple pour améliorer la conduite dans les virages. Les freins sont doux et contrôlés; la course raccourcie de la pédale de freinage donne confiance au conducteur.

Notre plus gros souci, c’est le moteur, qui manque de puissance. Le Forester est le premier véhicule à être muni de ce moteur révisé de 2,5 litres à quatre cylindres opposés horizontalement qui génère 182 chevaux et 176 lb-pi de couple. Il est maintenant à injection directe et la transmission à variation continue a été redessinée avec un convertisseur de couple plus léger et plus silencieux.

Subaru est convaincue que les consommateurs aiment la sensation du changement de vitesse, de sorte qu’il y a un mode manuel à sept rapports avec palettes de changement de vitesse pour la TVC sur certaines versions. Pour ceux qui sont d’accord, la bonne nouvelle, c’est que l’effet est réussi. Pour ceux qui qualifient ce détail de stupide, la bonne nouvelle est qu’il n’est pas distrayant.

Mais le moteur n’a pas assez de puissance à notre goût. Il faut un temps inexcusable pour atteindre une bonne vitesse, surtout après environ 100 km/h, et dépasser sur l’autoroute exige une bonne distance. Le moteur est également bruyant et donne l’impression de travailler trop dur pour atteindre sa vitesse, surtout sur n’importe quel type de pente. Pour ceux qui apprécient un voyage tranquille, le couple initial du multisegment pourrait assurer une expérience agréable.

Subaru a laissé tomber son moteur turbocompressé de 2,0 litres à quatre cylindres de 250 chevaux parce que seulement 5 % des acheteurs le choisissaient, ce qui suggère que la puissance n’est pas une priorité pour l’acheteur moyen du Forester. Il n’y a plus non plus la boîte manuelle à six rapports qui était de série sur les versions d’entrée de gamme.

Une nouveauté pour l’année modèle 2019 est le démarrage-arrêt automatique. Le seul autre modèle à être muni du système d’économie de carburant aux États-Unis est le Crosstrek hybride, qui sera bientôt disponible. Le démarrage-arrêt automatique peut être désactivé, mais vous devez le faire chaque fois que vous démarrez le véhicule. Si vous êtes du genre intrépide, vous remarquerez le léger délai entre le moment où vous posez le pied sur la pédale et celui du redémarrage. Il est intéressant de noter que le véhicule ne s’éteindra pas de lui-même dans certains scénarios où il assume que vous aurez besoin d’une puissance instantanée, comme lorsque le clignotant est activé pour une manœuvre rapide, lorsqu’un feu de circulation est devenu vert et que vous n’avez pas à vous arrêter comme prévu, ou à une altitude élevée. Une fonction de retenue automatique du véhicule vous permet de retirer votre pied du frein lorsque vous êtes arrêté à un feu.

Le démarrage et l’arrêt contribuent à une consommation de 7,1 L/100 km sur l’autoroute, la meilleure de sa catégorie, avec la traction intégrale. Cela équivaut à 882 km, ou environ neuf heures sur la route, entre deux arrêts à une station-service pour ceux et celles dont la vessie peut tenir le coup. Il consomme 9,0 L/100 km en ville, pour une consommation combinée de 8,1 L/100 km.

Côté esthétique, le Forester n’a pas beaucoup changé. C’était voulu; on croit que les acheteurs fidèles ne veulent pas de changement radical. Il faut le reconnaître, même un Forester complètement camouflé ressemble à un Forester. Les mises à jour comprennent une ligne de caractère et des côtés légèrement refaçonnés, des matériaux de meilleure qualité, un siège arrière plus grand avec plus d’espace pour les jambes, de l’espace de dégagement pour les pieds sous le siège et des endroits pour ranger des choses. Les prises d’air de chauffage et de refroidissement ont été refaites pour être plus silencieuses et plus efficaces et pour garder l’habitacle plus chaud.

Puisque les conducteurs de Forester aiment généralement voyager, le multisegment possède une aire de chargement impressionnante avec un plancher plat, un éclairage bonifié et une porte arrière de 130 cm de largeur, soit plus large de 13,5 cm que celle du modèle précédent, soit la plus grande de sa catégorie, dépassant même certains modèles du segment supérieur. C’est d’autant plus impressionnant que le Forester s’est légèrement agrandi, mais qu’il garde sa place dans le segment lorsqu’il est question de longueur et qu’il est plus étroit que la plupart de ses concurrents, ce que les propriétaires apprécient lorsqu’ils se stationnent. Des portes plus minces ont élargi l’intérieur de 3,0 cm. Il y a aussi plus d’éléments d’arrimage sur le toit pour attacher à peu près n’importe quoi, y compris une tente de toit. Tout cela est important étant donné que 47 % des propriétaires de Forester font de la randonnée pédestre et que 45 % possèdent un chien.

Parmi les nouveautés utiles : Subaru a enfin ajouté des serrures de portière automatiques, qui peuvent être réglées de façon à ce que toutes les portières se déverrouillent lorsque le conducteur touche la portière pour la déverrouiller. Le pare-soleil est plus large et les sièges sont plus confortables.

La traction intégrale est de série et Subaru a amélioré le mode X qui assure l’adhérence lorsque le véhicule commence à se déplacer. Le nouveau mode double ajoute un deuxième réglage pour plus d’adhérence lorsque le véhicule est déjà en marche et qu’il s’enlise dans une bonne couche de neige ou de boue.

Subaru est fière d’être à l’avant-garde en matière de sécurité, et le Forester 2019 reçoit plus de technologie et s’attend à obtenir les meilleures cotes de sécurité.

La suite de technologie d’assistance au conducteur EyeSight est maintenant offerte sur toutes les versions et Subaru passe au niveau supérieur avec l’introduction du dispositif DriverFocus pour combattre la distraction au volant. Offert uniquement sur la version haut de gamme Premier pour l’instant, il lit la position des yeux et de la tête du conducteur à la recherche de signes indiquant qu’il est fatigué ou qu’il regarde vers le bas, probablement un téléphone, plutôt que la route. Après trois secondes d’inattention, il émet un avertissement sonore. Le problème, c’est que le multisegment est doté d’une pléthore de systèmes qui émettent des signaux sonores, comme l’alerte de changement involontaire de voie. Au cours de notre essai, il est devenu difficile de savoir ce qui émettait des sons et pourquoi; le conducteur pourrait être tenté de tous les ignorer.

L’autre avantage de DriverFocus est qu’il peut reconnaître jusqu’à cinq conducteurs et enregistrer des informations telles que les réglages du siège et des rétroviseurs, les préférences de température, etc. Le dispositif d’aide au suivi de voie remet doucement le multisegment en place et s’éteint de lui-même s’il ne peut pas lire les marques sur la chaussée.

L’avant plus solide absorbe mieux l’énergie en cas de collision et les ceintures de sécurité avant sont munies de doubles prétendeurs pour maintenir le corps bien attaché avant l’impact. Tous ces éléments sont conçus pour plaire à la clientèle cible du Forester, surtout des femmes et des familles.

Le système d’infodivertissement est similaire à celui du Crosstrek et de l’Ascent. Il n’y a pas de système de divertissement aux sièges arrière, mais un dispositif offert en option vous permet de brancher vos propres appareils.

Pour le modèle 2019, Subaru propose une version de base mieux équipée et ajoute une nouvelle version Sport munie de jantes de 18 pouces et d’une garniture orange pour continuer de faire croître le modèle qui représente 27 % des ventes de Subaru aux États-Unis, en deuxième position après l’Outback, et qui se vend avec peu de primes.

Le Forester 2019 est offert à partir de 29 835 $ pour le modèle de base, qui représente 15 % des ventes. Les versions Commodité et Tourisme, semblables à la version Premium qui représente environ 38 % des ventes aux États-Unis, se vendent à partir de 32 135 $ et 34 835 $ respectivement. La nouvelle version Sport, qui devrait attirer 15 % des ventes, coûte 36 835 $, et le Limited, qui représente 22 % des ventes américaines, est vendu à partir de 39 535 $. Quant à la version haut de gamme (Premier au Canada), qui est choisie par 10 % des acheteurs, elle coûte 41 335 $.

Le Forester 2019 est en vente dès maintenant et se trouve chez les concessionnaires depuis le 1er octobre. Subaru est une marque qui connaît bien sa vision et ses acheteurs. Les améliorations devraient, encore une fois, faire l’unanimité.