Essais Premières impressions

Premières impressions du Genesis GV80 2021 : nouveau VUS phare de la Corée

Notre essai du modèle de spécification coréenne

Notre essai du modèle de spécification coréenne

Il est rare de voir un nouveau véhicule dévoilé le matin, puis d’avoir la chance de le conduire plus tard dans la journée. Ce fut toutefois le cas avec le Genesis GV80 2021, le premier VUS de la marque de luxe du Hyundai Motor Group. Motor Trend a fait partie de la poignée de journalistes étrangers invités à Séoul pour les débuts mondiaux du véhicule qui a été mis en vente immédiatement en Corée du Sud; il arrivera aux États-Unis et au Canada plus tard cette année, probablement à l’automne. Il sera également vendu en Australie, en Russie et dans huit pays du Moyen-Orient. Nous avons ensuite eu l’occasion de conduire le VUS GV80, tout juste après le dévoilement.

Il n’est pas étonnant que la ville animée de Séoul soit remplie de véhicules Hyundai, Kia et Genesis. Cependant, l’ajout du premier VUS de marque Genesis est une affaire de taille. À titre d’exemple, environ 300 médias locaux ont assisté à la première et lorsque nous étions au volant, une voiture (vraisemblablement remplie de membres des médias coréens) nous a suivis sur des kilomètres, l’un des passagers partiellement sorti par la fenêtre pour prendre des photos avec un appareil haut de gamme.

Pour l’Amérique du Nord, le GV80 sera crucial, car la marque Genesis a eu de la difficulté à gagner le cœur du public avec une gamme entièrement composée de berlines. Il s’agit du premier de trois multisegments prévus d’ici l’année civile 2021 (l’un d’eux sera un véhicule purement électrique, nous a-t-on appris), et il est considéré comme le nouveau modèle phare de la marque. Et bien que les VUS soient omniprésents aujourd’hui, le GV80 apporte son lot de style et de valeur ajoutée.

Le GV80 rejoint le Lincoln Aviator comme l’un des rares VUS sans carrosserie montée sur châssis à posséder une plateforme à propulsion avec une capacité de traction intégrale. Il s’agit d’un véhicule intermédiaire à cinq places, muni d’une troisième rangée de sièges en option. Ce nouveau VUS raffine davantage la conception de Genesis, qui s’articule autour de l’idée de deux lignes. Cela se reflète dans les bandes qui servent de phares et de feux arrière à DEL, ainsi que dans les lignes paraboliques qui s’étendent sur les côtés du véhicule. SangYup Lee, chef de la conception de Genesis, décrit le GV80 comme le véhicule Genesis le plus unique de la marque jusqu’à présent.

Le processus de création du design final du GV80 a commencé il y a trois ans et demi avec trois concepts : un classique, un grand public et un à la forme plus complexe, soit celle qui est entrée en production. Luc Donckerwolke, directeur du design du Hyundai Motor Group, a déclaré que l’équipe s’était d’abord concentrée sur les proportions, avec un porte-à-faux court, une distance du centre de l’essieu avant à la base du pare-brise longue, ainsi que des logements spacieux pour accueillir des jantes de 22 pouces, et que le reste avait ensuite pris forme. Sa géométrie a été comparée à celle du Bentley Bentayga, mais le GV80 ne devrait pas coûter plus de 48 000 $ US pour le modèle de série, alors que le prix du VUS Bentley monte dans les six chiffres.

Le GV80 de spécification coréenne est lancé avec un nouveau moteur turbodiesel de 3,0 litres à six cylindres en ligne, développant une puissance d’environ 274 chevaux et 434 lb-pi de couple. Les diesels sont très appréciés en Corée, et le groupe motopropulseur permettra à Genesis de s’implanter en Europe dès l’année prochaine. Malheureusement, le moteur diesel ne sera pas offert sur notre continent. C’était néanmoins celui de notre véhicule d’essai. Sur un court trajet aller-retour entre Séoul et Incheon dans le véhicule diesel de spécification coréenne, le couple était amplement au rendez-vous et l’accélération était douce et constante. Le moteur était incroyablement silencieux; sans le voir, vous ne pourriez jamais discerner qu’il s’agit d’un diesel. Le caractère du moteur va comme un gant au véhicule, ce qui n’est pas surprenant étant donné que la plateforme M3 dédiée au GV80 et à la prochaine génération de berlines G80 a été conçue avec ce moteur à l’esprit.

Deux moteurs à essence turbocompressés suivront dans quelques mois, et tous deux arriveront en Amérique du Nord. Nous pourrons donc choisir entre un moteur de 2,5 litres à quatre cylindres ou un moteur V6 de 3,5 litres, dont les caractéristiques particulières comme la puissance sont encore à venir. Le moteur V8 de 5,0 litres n’a plus sa raison d’être dans un véhicule vendu de par le monde alors que la plupart des pays ont des règlements en matière d’efficacité et d’émissions qui interdisent désormais l’utilisation de gros moteurs. Il serait insensé d’un point de vue commercial de le proposer uniquement pour le marché nord-américain. Les nouveaux moteurs sont donc plus doux, mais n’ont pas une sonorité aussi satisfaisante. Nous avons entendu dire que les moteurs à essence ne sont pas identiques à ceux des groupes motopropulseurs Smartstream utilisés dans les véhicules à traction avant comme la Hyundai Sonata; ils ont été modifiés pour les véhicules à propulsion Genesis.

Le GV80 utilise la boîte de vitesses automatique à huit rapports courante développée à l’interne, réglée dans notre GV80 d’essai pour fonctionner de pair avec le moteur diesel. On nous a dit qu’aucune boîte de vitesses automatique à double embrayage n’est en vue pour les véhicules Genesis. Le changement de rapports s’est fait sans heurts lors de l’essai qui s’est déroulé principalement sur une autoroute avec une circulation dense. Le sélecteur de vitesse rotatif est non seulement élégant, agrémenté d’un centre en cristal et d’une continuation du motif « G-matrix » de la calandre, mais la sensation du cadran rotatif est également étonnante au toucher. Vous voudrez vous asseoir et jouer avec. Un cadran plus petit permet d’effectuer la gestion du terrain, tandis qu’un pavé tactile circulaire pour le système d’infodivertissement repose au-dessus du levier de commande.

Le GV80 sera vendu avec des jantes de 20, 21 ou 22 pouces, ces dernières étant une nouveauté pour Genesis. Ce fut un défi d’effectuer le réglage de celles-ci, nous disent les dirigeants de Genesis, pour s’assurer que le véhicule roule toujours aussi bien. « En tant qu’ingénieur, 22 pouces est le maximum que vous souhaitez avoir », souligne Albert Biermann, chef de la recherche et du développement, mais pour Genesis, la conception est prioritaire. « Il était clair dès le départ que nous aurions ces jantes », dit-il. Le freinage a été doux, sans morsures ou autres comportements fâcheux. Il était difficile d’évaluer la direction avec autant de conduite en ligne droite, mais elle semblait bien centrée et suivait une ligne avec régularité.

Ces premiers exemplaires du GV80 ont été réglés pour la Corée, un pays criblé de dos d’âne. La suspension à ressorts en acier (la compagnie ne prévoit pas offrir de suspension pneumatique) sera réglée différemment pour l’Amérique du Nord. Selon M. Biermann, celle-ci ne sera pas nécessairement plus rigide, mais offrira une conduite plus dynamique. Pour ce que ça vaut, le véhicule que nous avons conduit n’avait pas une suspension trop molle ou flottante. Par contre, si M. Biermann, qui a passé beaucoup de temps avec le véhicule sur le Nürburgring, veut accentuer le contrôle de carrosserie, nous n’y voyons pas d’inconvénient.

Le GV80 n’a pas été conçu pour s’attaquer à la Rubicon Trail, mais il dispose d’un système de gestion du terrain avec des réglages de traction supplémentaire pour le sable, la boue et la neige. Nous sommes impatients de tester cette capacité. Le remorquage n’est pas chose courante en Corée, mais il y aura une solution sur le marché de deuxième monte (peut-être installée par les concessionnaires) pour l’Amérique du Nord et l’Australie.

Une caractéristique sur laquelle M. Biermann a insisté est un régulateur de vitesse intelligent, doté de l’intelligence artificielle (IA) pour apprendre les habitudes du conducteur. C’était un choix personnel; il est frustré par les grands espaces que de nombreux systèmes laissent entre les véhicules et par la lenteur avec laquelle ils comblent le vide quand des voitures s’écartent. « Pourquoi la voiture ne peut-elle pas apprendre que c’est moi qui suis au volant du véhicule et que je veux aller vite pour combler l’écart? », se demandait-il. Avec son équipe, il a donc travaillé à la mise au point d’un système qui ajuste l’espace entre les deux véhicules ainsi que la vigueur avec laquelle il freine et accélère pour combler cet espace. De notre côté, nous ne sommes pas restés à bord assez longtemps pour que l’IA apprenne nos habitudes de conduite.

À l’intérieur, le GV80 est haut de gamme et apaisant, avec un éclairage d’ambiance et une sélection de sons enregistrés de la nature si vous voulez écouter les vagues, le crépitement d’un feu de foyer, le craquement des bottes sur la neige ou d’autres sons. Le motif géométrique de la calandre géante se poursuit dans certaines garnitures ainsi que dans les coutures des sièges en cuir et des coussins de genoux bien pensés de la console centrale. La garniture en bois de frêne est exquise, et l’écran tactile de 14,5 pouces a fière allure et accentue la largeur du véhicule.

Les deux premières rangées offrent beaucoup de dégagement pour la tête, mais comme dans la plupart des VUS intermédiaires à trois rangées, l’espace devient un peu exigu dans la dernière rangée. Les sièges sont très confortables, à l’avant comme à l’arrière, et Genesis affirme qu’ils sont les plus perfectionnés de la marque jusqu’à présent. Les modèles coréens ont des oreillers sur les appuis-tête de la deuxième rangée qui ne feront pas forcément le voyage jusqu’à nous. Le siège du conducteur comporte sept cellules d’air pour répartir plus uniformément la pression corporelle et réduire la fatigue. Enfin, les sièges avant sont chauffés et refroidis, et offrent un agréable massage.

Les anciens volants à trois et quatre branches des autres modèles Genesis ont été remplacés ici par une nouvelle conception à deux branches, où l’emblème ailé de la marque figure au centre et les quelques commandes sont élégamment rangées sur les côtés. Son aspect et son fonctionnement sont simples et épurés, et il est également agréable à manier. Le GV80 est équipé de nombreuses technologies d’infodivertissement et d’aide au conducteur. Beaucoup de ces systèmes seront de série; suffisamment pour que Genesis espère s’imposer comme la référence. Ces technologies comprennent notamment un système automatisé de changement de voie avec clignotant, ainsi que l’ensemble habituel de systèmes d’alerte et de prévention des collisions. L’affichage tête haute montre les véhicules qui s’approchent par derrière dans la voie adjacente.

Certains marchés disposeront d’un système de navigation à réalité augmentée qui utilise les vidéos des caméras frontales et les affiche sur l’écran d’infodivertissement pour combiner des images virtuelles et réelles de la route. Il est possible que cette fonctionnalité ne soit pas commercialisée sur notre continent, bien que Mercedes propose une caractéristique similaire dans ses derniers modèles nord-américains. Un tableau de bord technologiquement avancé surveille vos yeux pour voir si vous êtes distrait, et produit un effet tridimensionnel sympathique lorsque votre regard se déplace sur le côté : les indicateurs semblent alors passer du bidimensionnel au tridimensionnel. Là encore, il se peut que ce ne soit pas le cas chez nous. Beaucoup d’efforts ont été consacrés à un système actif de suppression du bruit. Le système comporte environ huit minuscules microphones intelligents et un algorithme qui se concentre sur les basses fréquences, qui forment la majeure partie du bruit des pneus. Les haut-parleurs annulent ensuite ces sons, mais bien que nous ayons trouvé la cabine assez silencieuse, ce n’était pas un cocon total; les nombreuses bandes rugueuses sur notre route étaient encore très évidentes.

Notre premier aperçu du très déterminant GV80 (qui espère gruger les ventes du Mercedes GLE, du BMW X5 et de leurs semblables) montre qu’il pourrait bien servir de catalyseur et placer Genesis sur le radar des acheteurs qui n’ont pas encore remarqué leurs berlines exceptionnelles. Nous sommes impatients de voir si cette impression se maintiendra après plus de temps passé derrière le volant, et en Amérique du Nord.