Essais Premières impressions

Premières impressions du Ford Edge ST 2019 : une performance à la hauteur

Le remplaçant de l’Edge Sport est-il suffisamment sportif?

Le remplaçant de l’Edge Sport est-il suffisamment sportif?

Une multisegment peut-il être un véritable véhicule de performance? Un vérification rapide de la boîte de réception de Motor Trend nous dirait que la réponse est un non retentissant. Si nous avions un sou pour chaque « Peut-être que c’est juste moi, mais les VUS ne devraient être que des véhicules tout-terrain comme le Jeep Wrangler » que nous recevons, nous serions probablement en mesure de payer comptant pour ledit Wrangler.

Cependant, les gens de Ford ne sont pas de cet avis. Pour eux, un Edge ST a tout à fait sa place dans les salles d’exposition. Et bien que Ford soit le premier constructeur grand public à ajouter un multisegment sportif à sa gamme, si les VUM ne peuvent pas être agréables à conduire, quelqu’un a oublié de le dire aux marques de luxe comme Alfa Romeo, BMW, Mercedes et Porsche.

Après tout, l’Alfa Romeo Stelvio Quadrifoglio n’a pas seulement été invité au concours de la Meilleure voiture pour conducteur de cette année; il a battu plusieurs autres participants et s’est classé huitième. Si ce n’est pas suffisant pour mettre fin à la controverse sur les multisegments de performance, nous ne savons pas trop ce qui le serait.

Mais même si un multisegment de performance peut être divertissant à conduire, il n’y a aucune garantie que ce sera le cas pour tous. Le Ford Edge ST 2019 est-il donc aussi sportif que les gens de Ford Performance voudraient vous le faire croire? Pas nécessairement.

Il en a l’air, ça, c’est certain. L’avant a reçu les seules nouveautés esthétiques majeures pour 2019, mais le résultat est une apparence générale plus sportive et plus cohésive. À l’intérieur, Ford a conservé le même design de base, tout en remplaçant l’ancien levier de commande par un nouveau sélecteur rotatif. À part ça, vous ne trouverez que des différences subtiles dans la disposition de l’habitacle, comme des porte-gobelets repensés.

 

Toutefois, l’Edge ST ajoute un bouton Sport et un excellent ensemble de sièges sportifs recouverts de cuir. Les personnes plus corpulentes pourraient trouver les supports latéraux trop étroits, mais pour la plupart des conducteurs, les sièges de l’Edge ST font un excellent travail pour vous maintenir en place tout en étant confortables lors de longs trajets.

Même si la conduite de la Focus ST était un peu trop rude pour qu’on la choisisse pour une escapade routière, l’Edge ST, lui, est un excellent compagnon sur l’autoroute. Non seulement est-il confortable, mais il est aussi équipé d’un large éventail de fonctionnalités. En plus d’Apple CarPlay et d’Android Auto, vous pourrez profiter de Co-Pilot360, la suite de caractéristiques d’aide au conducteur et de dispositifs de sécurité active de Ford. Cette suite comprend un régulateur de vitesse adaptatif avec assistance à la direction qui fonctionne très bien. Ajoutez une bonne dose de puissance de dépassement développée par un moteur qui est encore raisonnablement efficace (12,4/9,0/11,2 L/100 km, en ville/route/combinée), et vous obtenez un excellent véhicule pour vos déplacements quotidiens.

Cependant, si vous espériez que Ford Performance ait réussi à infuser un peu de la tenue de route de la Fiesta ST dans l’Edge, vous serez déçu. La suspension est plus ferme, et il y a moins de mouvement roulis que ce que l’on trouve avec l’Edge ordinaire, mais elle n’est pas assez sportive pour vous encourager à prendre le long chemin pour rentrer à la maison.

Et bien que la puissance de 335 chevaux et 380 lb-pi de couple fournie par le moteur V6 de 2,7 litres à turbocompresseur double est amplement suffisante lorsque vous êtes déjà sur la route, il faut du temps pour qu’elle soit entièrement développée. Par conséquent, l’Edge ST hésite à accélérer à partir d’un arrêt et ne semble pas aussi rapide que les chiffres le laissent entendre. Quant à la boîte de vitesses, elle change de rapport assez rapidement, mais l’automatique à huit rapports est un peu lente pour un véhicule ST.

La direction pose également problème. Elle est assez lourde, mais dans les virages, il faut tourner le volant plus qu’on le devrait. Le mode sport offre une meilleure réactivité du moteur, des changements de rapport plus rapides et une note d’échappement plus forte, mais sans une direction plus rapide, conduire sur une route de montagne sinueuse commence à être pénible.

Étonnamment, malgré ces défauts, les efforts de Ford Performance donnent des résultats sur un aspect de la conduite : la performance soutenue. Malgré l’agressivité d’un groupe de journalistes automobiles qui bousculaient sans vergogne un pauvre Edge pour tenter d’obtenir un meilleur temps sur le circuit d’autocross, l’usure des freins et la surchauffe du moteur n’ont jamais été un problème. Le sous-virage, par contre, dérange, même avec le contrôle de la stabilité au réglage le plus sportif, mais il est clair qu’on a beaucoup travaillé pour s’assurer que l’Edge ST ne fondrait pas sur la piste comme certains multisegments d’entrée de gamme.

Donc, le premier multisegment de performance de Ford n’est peut-être pas l’équivalent d’un coup de circuit au premier lancer, mais il s’agit quand même d’un solide double. Avec une direction plus sportive, des virages plus rapides et moins de mouvement de roulis, l’Edge ST serait un excellent choix pour un passionné qui a besoin de plus d’espace que ce qu’une voiture à hayon sportive peut offrir. Mais pour l’instant, il ressemble davantage à un Edge Sport amélioré qu’à un Stelvio grand public (et probablement plus fiable).

Si le ST se vend assez bien, cependant, Ford va peut-être régler ces problèmes avec un éventuel Edge RS.