Essais Premières impressions

Premières impressions de la Mazda3 2019 à traction intégrale : conduite toutes saisons sophistiquée

Des capacités quatre saisons qui font plus que le poids

Des capacités quatre saisons qui font plus que le poids

Dans nos premières impressions de la Mazda3 2019, nous avons louangé sa grande maniabilité et son intérieur impeccablement exécuté. Maintenant que nous avons conduit la nouvelle version à traction intégrale, nous sommes heureux de rapporter que la voiture compacte sport est encore plus agréable à conduire avec cette configuration. La Mazda3 2019 à traction intégrale offre une maniabilité supérieure dans toutes les conditions météorologiques, ce qui en fait une voiture toutes saisons sophistiquée et agréable à conduire qui envoie le message que les véhicules d’entrée de gamme des marques de luxe n’ont qu’à bien se tenir.

Lors d’un essai routier de la Mazda3 2019, nous avons entamé la journée sur un parcours enneigé avec une section de slalom sur chaussée glacée. Nous sommes montés dans une berline Mazda3 2019 à traction et avons instantanément trouvé qu’elle manquait d’adhérence pour monter les pentes sans élan. Les voitures dotées de la traction intégrale ont, quant à elles, franchi le parcours avec aisance à partir du point d’arrêt. Le système de traction intégrale de Mazda envoie le couple là où il est le plus nécessaire et fonctionne avec le contrôle vectoriel de force G Plus (GVC Plus) pour maintenir l’adhérence, tout en tenant compte des conditions météorologiques et routières.

Dans la neige et la gadoue, la traction intégrale et la fonction GVC Plus préservent l’adhérence de la Mazda3 en réduisant un tout petit peu le couple moteur et en freinant légèrement pour transférer le poids et la puissance afin de maintenir le véhicule stable. Lorsque la fonction GVC Plus est désactivée, on remarque immédiatement qu’il faut tourner davantage le volant pour ne pas perdre le contrôle de la voiture. Le manque de stabilité est instantanément devenu évident sur un parcours en slalom où un changement de voie effectué à 32 km/h a fait déraper l’arrière de la voiture, forçant le conducteur à contrer le dérapage avec de grands mouvements de volant.

Sur le bitume, le système de traction intégrale rend le comportement de la Mazda3 2019 prévisible lors de la conduite fougueuse. Le couple transmis aux roues arrière propulse la voiture à la sortie des virages, minimisant le sous-virage et lui permettant de pivoter. Les mouvements de la carrosserie superbement contrôlés maintiennent la Mazda3 en équilibre, tandis que la direction précise et communicative permet de savoir exactement ce que font les roues avant. Le châssis réglé avec brio de la Mazda3 absorbe merveilleusement les chocs de la chaussée endommagée sans déconnecter le conducteur de la route, d’une manière qui fait remettre en question la nécessité des amortisseurs et des suspensions adaptatifs sur certains véhicules pour améliorer la maniabilité sans sacrifier le confort de la conduite.

Le moteur de 2,5 litres à quatre cylindres en ligne et à aspiration naturelle de 186 chevaux reconduit tourne avec aisance au régime maximal, mais on le sent travailler fort à des altitudes plus élevées. La boîte de vitesses automatique à six rapports de Mazda passe rapidement aux rapports supérieurs, mais prend une seconde ou deux pour rétrograder. Le mode Sport offre des rétrogradations correspondant au régime plus rapides et maintient les rapports plus longtemps. Nous avons aussi conduit une Mazda3 à hayon à traction équipée de la boîte manuelle à six rapports, et c’est celle que nous avons trouvée la plus dynamique. Le puissant moteur à quatre cylindres fonctionne admirablement bien avec le levier de commande fluide et l’embrayage communicatif, pour le plus grand bonheur des conducteurs.

Les habitacles de Mazda continuent de s’élever dans le marché, et celui de la Mazda3 2019 rivalise facilement avec ceux des véhicules de luxe d’entrée de gamme, particulièrement avec les options à deux tons. Toutes les surfaces, du tableau de bord aux accoudoirs, offrent une sensation de luxe, et les commandes du système d’infodivertissement émettent un son satisfaisant. Même les éléments en plastique dur à l’arrière n’auraient pas l’air déplacés dans une voiture affichant une étoile à trois branches ou un « L » stylisé. Mis à part le bruit de la route et des pneus à grande vitesse sur des surfaces inégales, l’habitacle de la Mazda3 2019 est presque impénétrable. Pour compléter l’intérieur élégant, on trouve un système audio ambiophonique Bose à 12 haut-parleurs qui offre une expérience sonore nette et juste assez de basses pour satisfaire les audiophiles. La dernière version de l’interface Mazda Connect est plus facile à utiliser, mais n’est toujours pas à la hauteur des systèmes Blue Link/UVO de Hyundai/Kia, Starlink de Subaru et UConnect de FCA.

La traction intégrale devrait rendre la Mazda3 2019 plus attrayante pour les consommateurs qui doivent conduire dans toutes sortes de conditions météorologiques, mais ce n’est qu’une partie de l’équation. La traction intégrale combinée à la fonction GVC Plus améliore aussi les caractéristiques de conduite de la Mazda3 sur la chaussée sèche. Lorsqu’on ajoute son élégant habitacle à l’équation, la Mazda3 devient une voiture de luxe d’entrée de gamme déguisée. La version Signature et le moteur turbocompressé de 2,5 litres à quatre cylindres du CX-9 sont les éléments finaux qui en font une voiture presque parfaite : agréable à conduire, chic et accrocheuse.