Essais Premières impressions

Premières impressions de la Kia K5/Optima 2021 : sportive à tous points de vue

Nouvelles caractéristiques, nouveau style, et nouveau nom?

Nouvelles caractéristiques, nouveau style, et nouveau nom?

La bonne nouvelle : la cinquième génération de la Kia Optima représente un grand bond en avant en matière d’apparence et de technologie. Potentiellement, la mauvaise nouvelle est que les améliorations apportées au véhicule sont assez radicales pour justifier un changement du nom d’Optima à celui de K5, soit le nom utilisé en Corée et dans d’autres parties du monde.

Nous nous sommes rendus en Corée pour nous faire nos premières impressions de la berline intermédiaire la plus connue de la gamme Kia aux États-Unis après la Soul, qui ne passe pas inaperçue.

En Corée, la K5 est en vente dès maintenant. Sur notre continent, il faudra attendre l’été avant que la voiture atteigne les concessionnaires. Cela devrait avoir lieu d’ici le mois de juillet. La version de haute performance (GT) suivra plus tard dans l’année.

Ainsi, il reste encore du temps pour choisir le nom qu’arborera la voiture, mais pas énormément. Celle-ci porte le nom de K5 en Corée et en Chine et a traditionnellement porté celui d’Optima en Amérique du Nord. Cette berline n’est plus vendue en Europe. Nous avons entendu dire que même aux États-Unis, le sentiment est partagé concernant le changement de nom potentiel du véhicule. Certains estiment qu’il mérite une toute nouvelle appellation. D’autres croient qu’il y a suffisamment de valeur dans le nom Optima pour le conserver. Pour certains, le nom K5 évoquera des images du Chevrolet Blazer 1969-1994, qui a précédé le Tahoe.

Les dirigeants nord-américains ont le plus d’influence sur la décision finale, mais le comité de dénomination de la société mère a aussi son mot à dire et pourrait trancher en faveur de l’harmonisation des noms à l’échelle mondiale. Les constructeurs automobiles qui optent pour des noms alphanumériques s’efforcent généralement d’obtenir une certaine cohérence, mais cela ne fonctionne pas toujours. Par exemple, la Kia K900 devait à l’origine se nommer la K9, mais le nom a été changé en Amérique du Nord, où K9 est un terme désignant un chien policier.

Quoi qu’il en soit, la K5 de spécification coréenne que nous avons conduite à travers Séoul jusqu’au centre de recherche technologique de Hyundai Kia Motors à Namyang est impressionnante dans son évolution.

À l’image de la Sonata, sa cousine de Hyundai, l’Optima 2011 a changé la donne et a contribué à mettre la marque sur les radars des acheteurs. Cependant, la quatrième génération, introduite dans l’année-modèle 2016, a été une actualisation modeste qui est tombée un peu à plat.

Pour la cinquième génération, la Sonata 2020 et la K5/Optima 2021 ont retrouvé leur air de jeunesse. La Sonata fait sourciller avec ses lignes séduisantes et ses phares innovants qui remontent le long du capot.

La K5 n’intègre pas de lumières dans le capot, mais elle introduit ce que Kia appelle un éclairage en battement de cœur aux deux extrémités de la voiture. Le terme fait référence aux barres dentelées ou aux gribouillis des lumières à DEL qui ressemblent à l’affichage d’un moniteur d’électrocardiogramme. À l’avant, un tourbillon notable termine sa course dans les feux de jour. À l’arrière du véhicule, les lumières à DEL fournissent une réplique encore plus précise d’un battement de cœur avec des pointes à chaque extrémité et une ligne droite au milieu constituée d’une série de tirets qui se rétrécissent à leur point de convergence au centre.

La K5 possède la dernière évolution de la calandre en forme de museau de tigre de Kia, un capot musclé, un porte-à-faux court, des prises d’air élargies et un profil latéral élégant avec une ligne de vitres chromée qui part du montant avant et s’étend sur toute la longueur de la voiture jusqu’au becquet, accentuant la silhouette à toit fuyant. Ne vous attardez pas trop sur les embouts d’échappement arrière; ils ne sont fonctionnels que sur la version GT. Malgré tout, il s’agit toujours de la Kia la plus sportive que nous ayons vue jusqu’à présent.

Une nouvelle architecture a donné lieu d’abord à la Sonata et maintenant à la K5/Optima. D’autres voitures et multisegments intermédiaires à traction avant reposeront sur cette plateforme développée sous la direction d’Albert Biermann, le chef de la recherche et du développement ainsi que des essais chez Hyundai et l’homme qui a injecté la performance dans les marques coréennes. La K5/Optima a été conçue avec des variantes plus audacieuses à l’esprit. D’ailleurs, elle est maintenant dotée de la traction intégrale.

La K5 2021 est 2,5 cm plus large, 5 cm plus longue et 2 cm plus basse que sa prédécesseure. Kia affirme que son empattement de 285 cm est le plus long du segment. Cela implique que les sièges avant et arrière offrent beaucoup de dégagement pour la tête et d’espace pour les jambes.

La plateforme offre une carrosserie et un châssis plus rigides dans un véhicule ayant quelques kilos en moins grâce à l’utilisation accrue d’acier léger à haute résistance.

Le châssis a été extrêmement indulgent, comme en témoigne la capacité de la voiture à gérer les innombrables dos-d’âne du pays. Nous prévoyons que la suspension sera raffermie sur les modèles nord-américains. Nous pouvons toutefois peu commenter la tenue de route, car l’essai a été réalisé dans une circulation dense et sur des autoroutes sans courbes, au-delà des rampes d’accès, pour évaluer la tenue de route et le mouvement de roulis. Toutefois, l’essai de la nouvelle Sonata par Motor Trend laisse entendre que les conducteurs seront ravis.

Les K5 que nous avons conduites avaient des roues de 18 pouces chaussées de pneus toutes saisons Pirelli P Zero. Les modèles nord-américains devraient recevoir des roues de 18 et 19 pouces avec un choix de pneus toutes saisons ou de pneus d’été.

À l’échelle mondiale, la K5 sera offerte avec le nouveau moteur Smartstream turbocompressé de 1,6 litre à quatre cylindres en ligne et, selon le marché, un moteur à aspiration naturelle de 2,0 litres à quatre cylindres, un moteur turbocompressé de 2,5 litres, et une version haute performance de ce dernier pour la GT. (La Sonata peut également être équipée de ce moteur de 1,6 litre ou d’un moteur à aspiration naturelle de 2,5 litres à quatre cylindres en ligne développant 191 chevaux et 181 lb-pi de couple.)

La Corée obtient une hybride munie d’un moteur de 2,0 litres. Bien que des options hybrides soient possibles, on nous a dit qu’il n’y a pas de plans immédiats pour mettre en vente une hybride ou une hybride rechargeable chez nous, où le Kia Niro comble cette lacune.

Nous n’avons pu conduire que des voitures dotées du moteur de 1,6 litre qui génère 180 chevaux et 195 lb-pi de couple, jumelé à la nouvelle boîte de vitesses automatique à huit rapports, une première pour Kia. Ce duo s’est avéré assez puissant. L’accélération a été rapide et en douceur. Le changement de mode de conduite n’a pas produit d’expériences très différentes, à l’exception du mode Sport, qui augmente artificiellement le son de l’échappement de manière notable pour vous en mettre plein les oreilles.

La voiture est dotée d’un nouveau dispositif de changement de rapports électronique à cadran rotatif. De plus, le passage d’une boîte de six à huit rapports a permis de faire une sélection de vitesse tout en douceur. Dans certains marchés, la K5 conservera une boîte à six rapports.

La version GT, qui fera son entrée aux États-Unis plus tard en 2020, sera dotée du moteur Smartstream haute performance turbocompressé de 2,5 litres qui développe 290 chevaux et 310 lb-pi de couple, ainsi que de la nouvelle boîte de vitesses automatique à huit rapports à double embrayage humide de Kia. Kia affirme que la GT pourra passer de 0 à 100 km/h en environ 6,6 secondes. La famille de moteurs Smartstream s’élargira également pour inclure un moteur de 3,5 litres pour les véhicules de plus grande taille.

Le moteur de 1,6 litre sera offert dès la mise en marché aux États-Unis, mais le calendrier de lancement des autres moteurs est encore en cours de délibération. Nous ne savons pas non plus quels moteurs auront l’option de la traction intégrale. Il n’a même pas été confirmé que les modèles nord-américains obtiendront la traction intégrale, mais nous serions étonnés si celle-ci n’était pas offerte étant donné que des concurrentes comme la Toyota Camry et la Nissan Altima la proposent.

Le moteur de 1,6 litre est le premier à être équipé du système CVVD développé en Corée, qui permet de réguler en continu la durée d’ouverture et de fermeture des soupapes. Cette technologie a fait ses débuts sur la Sonata; la K5 est la première Kia à l’intégrer. Les ingénieurs affirment que le réglage de distribution de leur système diffère de celui des autres systèmes sur le marché et qu’il peut s’adapter aux cycles Miller, Atkinson et Otto pour couvrir toute la gamme des moteurs hybrides et turbocompressés. Le réglage adéquat est conçu pour fournir un couple élevé lorsqu’il est requis pour la performance tout en maximisant l’efficacité par l’économie de carburant lorsque le moteur fonctionne à bas régime. Il en résulte une amélioration de 4 % du rendement et de 5 % de l’efficacité énergétique, tout en réduisant les émissions de 12 %.

D’ici à ce que la voiture soit commercialisée en Amérique du Nord, nous prévoyons que des améliorations seront apportées aux freins, qui ont un peu trop de mordant, rendant une application en douceur presque impossible.

La K5 possède un volant volumineux à base plate et, bien que la direction ait été tout à fait convenable, il s’agit d’un autre aspect qui fera probablement l’objet d’ajustements sur les modèles nord-américains afin de donner une sensation de maniement encore plus précise. La mise au point finale de la voiture pour notre marché se fait sur le terrain d’essai de Hyundai en Californie.

L’intérieur du véhicule a été traité aux petits soins. L’habitacle est silencieux, et peu de bruit de la route s’infiltre. Les choix de matériaux comprennent l’une des plus belles garnitures de bois offertes pour une berline abordable. Les voitures dans lesquelles nous avons pris place avaient un habitacle deux-tons en cuir noir et beige avec des surpiqûres contrastantes. Des recouvrements en tissu seront également offerts pour la K5. Les rampes lumineuses sur la planche de bord et sur les portes changent de couleur selon les modes de conduite : violet pour le mode Confort, vert pour le mode Écologique, rouge pour le mode Sport et bleu pour le mode Intelligent. Il existe également un mode de conduite personnalisé.

Une poignée noire brillante en forme d’ailette, située au bout des doigts sur l’accoudoir, est une poignée supplémentaire pour la porte. C’était quelque peu controversé pendant le développement. Certains craignaient que cela donne une allure étrange à la porte ou que les genoux s’y heurtent. En vérité, cette poignée se fond simplement dans la porte, et mon genou s’y est appuyé confortablement.

Le véhicule de spécification coréenne est doté de commandes sur le côté du siège passager afin que le conducteur puisse l’ajuster. Dans certaines cultures asiatiques, on l’appelle le « siège du baiser ». Mais ne vous emballez pas trop – cette caractéristique ne se rendra pas jusqu’à nous.

L’écran de 12,3 pouces du tableau de bord devant le conducteur a des thèmes d’ambiance qui varient selon la météo. Le fond était gris pendant notre journée de conduite brumeuse, mais il est devenu bleu quand le soleil est apparu le jour suivant, et il affiche des averses lorsqu’il pleut. On ne sait pas si les véhicules auxquels nous aurons droit auront cette caractéristique.

Le large écran d’infodivertissement est fixé au groupe d’instrumentation. Ce sera une caractéristique récurrente sur les futurs modèles Kia. Un plus grand écran d’infodivertissement, de 10,25 pouces, est offert en option. Le système est lumineux et intuitif et couvre des fonctions allant de la navigation et de la chaîne audio aux commandes de chauffage et de climatisation. Un affichage tête haute de 8,0 pouces est également offert en option. Kia a stratégiquement placé des prises USB et d’alimentation près du tapis de recharge sans fil à l’avant, et il y a des prises supplémentaires pour les passagers arrière.

Nous avons été très divertis par le système de navigation coréen, qui fournit une abondance d’informations. Non seulement il donne des indications complètes sur la voie à emprunter et les changements de limites de vitesse à venir, mais il avertit aussi des dos-d’âne qui approchent, rappelle aux conducteurs de rester à l’affût des piétons et alerte les conducteurs lors de zones d’avertissement de collision, ce qui semble se produire lorsqu’il y a plusieurs voies ou une intersection particulièrement animée. Nous avons également reçu des avertissements concernant des chutes de roches et nous avons été informés que nous étions dans une zone de préservation de la faune – les animaux esquivaient probablement eux aussi les roches.

Sur notre continent, les véhicules auront un système de navigation différent, ce qui pourrait être une bonne chose puisque nous avons été envoyés à une mauvaise destination, puis le système s’est embourbé en essayant de recalculer le bon chemin. Il s’agit de véhicules de préproduction, et il est toujours possible que celui qui a établi les directives ait fait une erreur de frappe, de sorte que nous ne pouvons pas juger le système de navigation trop sévèrement. Ce système répond d’ailleurs aux commandes vocales. Toutefois, notre K5 parlait coréen, ce qui n’était pas très utile pour nous. Nous avons plutôt appelé des représentants pour obtenir de l’aide.

Sur la K5, un téléphone intelligent et une application peuvent faire office de clé numérique pour démarrer le moteur, déverrouiller et ouvrir le véhicule, et même tirer de façon autonome la voiture d’une place de stationnement exiguë. Ces caractéristiques pourraient ne pas être offertes au lancement, mais comme elles le sont aux États-Unis dans la Sonata à l’aide de l’application Blue Link de Hyundai, nous nous attendons à ce qu’elles y soient éventuellement offertes pour l’Optima.

La K5 peut lier la navigation au régulateur de vitesse pour que la voiture accélère ou ralentisse en fonction des limites de vitesse, mais ce système ne sera pas offert en Amérique du Nord.

Les modèles nord-américains devraient être dotés d’une gamme complète de technologies d’aide au conducteur pour détecter les véhicules dans un angle mort, éviter les collisions et ajuster la vitesse, le freinage et la direction pour rester dans la voie et à la vitesse appropriée en fonction de la circulation.

La K5 est fabriquée en Corée pour ce marché. L’Amérique du Nord s’approvisionnera en berlines à l’usine Kia de West Point, en Géorgie, qui fabrique également la Sonata et le nouveau VUS en vogue Kia Telluride, qui prend plus que sa part de la capacité de l’usine en ce moment, alors que Kia lutte pour répondre à la demande du VUS de l’année Motor Trend 2020. Kia a vendu environ 90 000 Optima par an au cours des dernières années.

Nous ne connaissons peut-être pas encore le nom de la nouvelle berline, ni si elle sera la première à arborer un nouveau logo Kia, mais notre expérience de la berline coréenne nous a convaincus qu’il y a de l’avenir pour les voitures conçues intelligemment.