Essais Premières impressions

Premières impressions de la BMW 745e hybride rechargeable 2020 : une BMW à calandre massive

Derrière le volant de la berline vedette améliorée

Derrière le volant de la berline vedette améliorée

Peu importe ce que Tesla prétend, il n’y a qu’une seule véritable rivalité entre deux berlines pleine grandeur de luxe en Amérique du Nord – celle entre la Mercedes-Benz Classe S et la BMW Série 7. L’Audi A8? Ses ventes ont à peine dépassé celles de la Jaguar XJ l’an dernier et elle a perdu du terrain au profit de la Genesis G90. Quelle que soit la qualité de la voiture, les deux autres sont d’une tout autre catégorie lorsqu’il est question de chiffres de vente.

Malheureusement pour BMW, au cours des dernières années, la rivalité de longue date entre la Série 7 et la Classe S nous a rappelé celle entre le Rouge et Or et les Carabins pour la Coupe Dunsmore – année après année, c’est la Classe S qui continue de dominer. Maintenant qu’il y a une nouvelle Série 7, BMW pourra-t-elle rattraper son retard?

Tout d’abord, sachez que la BMW Série 7 2020 n’est pas entièrement redessinée, puisqu’elle n’a fait l’objet que d’une refonte de milieu de cycle. Une voiture complètement différente n’arrivera pas avant quelques années. Deuxièmement, ne jugez pas le design mis à jour avant de le voir en personne. J’étais sceptique à l’égard de la grande calandre lorsque nous avons commencé à voir des clichés de prototypes camouflés, et les images officielles ont renforcé mon opinion que l’énorme calandre réniforme double rappelle plutôt la forme d’une paire de poumons. Mais j’avais tort.

La Série 7 2020 n’est toujours pas aussi belle que la Jaguar XJ, mais si on la regarde sous un angle plus normal, la calandre semble être beaucoup plus à sa place. Peut-être que le décalage horaire troublait ma vue, mais je pense que je préfère ce design à la conception actuelle. La voiture a une prestance sur la route sans être aussi tape-à-l’œil que la Lexus LS (une voiture qui s’est également mieux vendue que la Série 7 aux États-Unis l’an dernier).

De profil, la BMW redessinée est plus sculptée, ce qui donne à la Série 7 une allure un peu plus athlétique. Quant aux prises d’air derrière les roues avant, elles sont maintenant verticales, ce qui devrait empêcher Jonny Lieberman de continuer ses comparaisons avec des bâtons de hockey. À l’arrière, on trouve plus ou moins les mêmes éléments, légèrement modifiés.

À l’intérieur, vous devrez véritablement chercher les nouveautés. Une version mise à jour du système iDrive comprend un assistant personnel connecté au nuage pour une meilleure reconnaissance vocale et un groupe d’instruments numériques repensés, mais c’est à peu près tout. Ces modifications ne convaincront probablement pas de nouveaux acheteurs, mais elles rendront l’expérience plus agréable pour les propriétaires actuels.

Le changement le plus notable a peut-être été apporté à la version que j’ai conduite — l’hybride rechargeable 745e xDrive. Le vieux moteur à quatre cylindres a été remisé en faveur d’un moteur à six cylindres en ligne qui augmente la puissance du groupe motopropulseur de 67 chevaux et 73 lb-pi de couple, pour une puissance totale de 389 chevaux et 442 lb-pi de couple. Selon BMW, elle est suffisante pour que la voiture atteigne 100 km/h en 4,9 secondes. Pour la version hybride rechargeable d’une voiture phare de luxe, c’est assez rapide.

Si vous appuyez sur le champignon en mode Sport, vous aurez bel et bien l’impression qu’elle est rapide. Mais à moins d’avoir besoin de vous écarter du chemin ou de dépasser quelqu’un qui vous gêne, pourquoi vous donner la peine? Après tout, vous voyagez dans une berline phare de luxe de 5,2 mètres de long. Détendez-vous et profitez de ces magnifiques sièges en cuir nappa brun moka. Vous pouvez toujours sortir votre M2 Competition pour une conduite un peu plus fougueuse plus tard.

Parlant de détente, la conduite confortable est l’une des spécialités de l’hybride rechargeable. Même dans un embouteillage, il y a quelque chose d’apaisant à conduire une voiture en mode électrique. L’ajout d’insonorisation est également très utile. L’EPA n’a pas encore évalué l’autonomie entièrement électrique de la 745e, mais elle sera probablement entre 24 et 32 km. C’est relativement peu, mais ça devrait être suffisant pour couvrir un court trajet ou pour vous aider à traverser un petit bouchon de circulation.

BMW a des objectifs modestes pour les ventes de véhicules hybrides rechargeables (VHR) – du moins pour l’instant. Le constructeur s’attend à ce que la 745e compte pour un peu moins de 20 % des ventes de la Série 7 dans le monde et à ce que la proportion des ventes aux États-Unis soit inférieure. À moins que les prix de l’essence ne montent en flèche dans un avenir rapproché, il faudra peut-être un certain temps avant que les ventes de berlines phares hybrides ne prennent leur envol. Là où les VHR ont accès aux voies réservées aux véhicules multioccupants, la 745e pourrait être cependant beaucoup plus populaire.

Je ne suis toutefois pas certain si les modifications apportées par BMW à la Série 7 sont suffisamment importantes pour attirer plus d’acheteurs. Les groupes motopropulseurs ont été améliorés, l’expérience de conduite semble un peu plus raffinée et la berline est toujours remarquablement agile pour sa taille. Mais aussi importants que soient ces facteurs pour les plus petites voitures comme la Série 3, si BMW veut accroître les ventes en Amérique du Nord, je ne peux m’empêcher de me demander si la prochaine génération de la Série 7 doit mettre l’accent sur le luxe plutôt que sur la conduite sportive.

Ce serait certainement un risque. Après tout, si une BMW n’est pas sportive, est-ce vraiment une BMW? Mais d’un autre côté, les acheteurs de voitures phares pleine grandeur haut de gamme apprécient-ils toujours la maniabilité et un aménagement d’habitacle simple et orienté vers le conducteur?

Si c’est votre cas, alors BMW a la voiture parfaite pour vous. Surtout si vous voulez avoir accès à la voie réservée aux véhicules multioccupants.