Essais Premiers essays

Premier essai du GMC Yukon Édition Graphite Performance 2019 : un bélier vêtu de noir

De la puissance sans effort et une prestance naturelle

De la puissance sans effort et une prestance naturelle

Jetez un coup d’œil au GMC Yukon Édition Graphite Performance 2019, et vous remarquerez immédiatement son imposante présence. Même tout en noir, ce massif véhicule de boulevard est difficile à ignorer, en raison de sa carrure et de son allure dominante. Puisqu’une nouvelle génération de VUS grand gabarit à carrosserie montée sur châssis de General Motors est en route, nous jetons un dernier coup d’œil au GMC Yukon pour voir s’il est toujours de taille à rivaliser avec ses principaux concurrents.

En plus des touches esthétiques comme les roues noires en alliage de 22 pouces, les marches latérales et la calandre chromée noire, le Yukon Édition Graphite Performance est équipé d’un V8 de 6,2 litres produisant 420 chevaux, jumelé à une boîte de vitesses automatique à 10 rapports et à une suspension magnétique. Sur la piste, le multisegment de 2588 kg a atteint 100 km/h en 5,8 secondes et a franchi le quart de mille en 14,2 secondes à une vitesse de pointe de 158,2 km/h. Erick Ayapana, chef des essais routiers adjoint, a complimenté les changements de vitesse rapides de la boîte et le moteur au son doux. Même dans les bouchons de circulation, la boîte de vitesses à 10 rapports est rarement saccadée ou prise au dépourvu. Avec le puissant V8, le Yukon accélère avec confiance dans les situations où il faut coller la pédale au plancher. Erick a également noté la bonne sensation de la pédale de frein et des pneus qui adhèrent bien, permettant au Yukon de s’arrêter à partir de 100 km/h en 39,3 mètres; le véhicule plonge cependant beaucoup lors des freinages brusques.

Chris Walton, notre chef des essais routiers, a décrit le Yukon comme un « cuirassé étonnamment maniable » avec une direction précise qui ne nécessite que peu de corrections; il peut même se redresser lui-même dans un virage en utilisant les roues avant en gamme haute. Le Yukon 2019 a terminé l’épreuve du huit en 27,3 secondes avec une moyenne de 0,64 g et a généré 0,77 g sur la piste de dérapage. En raison de sa carrure et de son centre de gravité élevé, le Yukon résiste un peu quand on le pousse fort. Les virages brusques et les manœuvres d’évitement à grande vitesse le déstabilisent et le font vaciller. La suspension magnétique procure une tenue de route stable, isolant l’habitacle des petites imperfections de la route. Par contre, l’essieu arrière solide saute trop souvent sur les grosses bosses. Sur le marché, les véhicules avec des suspensions semi ou entièrement indépendantes, comme le Ford Expedition et le Dodge Durango, ont plus de facilité sur les chaussées endommagées, faisant rarement brasser les passagers.

L’habitacle du Yukon 2019 est très évidemment destiné au marché de masse, malgré le prix élevé du modèle – 74 790 $ US pour notre véhicule d’essai. Même avec son tableau de bord doux au toucher et ses accoudoirs et panneaux de portes supérieurs rembourrés, l’habitacle n’offre pas le cachet que vous attendez d’un véhicule dans cette fourchette de prix. Les boutons, les leviers et les plastiques durs de la console centrale et à l’arrière des sièges avant ont été pigés directement dans la boîte de pièces de General Motors. Le bruit du vent devient excessif à vitesse d’autoroute en raison de la forme cubique du Yukon, et les roues en alliage de 22 pouces causent un certain bruit de pneu sur les surfaces mal entretenues.

Notre modèle d’essai était offert en configuration à sept places avec beaucoup d’espace de dégagement pour la tête et les jambes dans les deux premières rangées. Malheureusement, les sièges avant et les sièges capitaine à la deuxième rangée livrables ressemblent plus à des tabourets de bar; vous vous asseyez dessus plutôt que vous appuyez de manière confortable. Avec tous les sièges en place, vous ne pouvez pas transporter plus de deux sacs d’épicerie à la fois, et l’espace de rangement sous le plancher est peu profond. Le plancher arrière est surélevé et la deuxième rangée est fixe (elle s’incline mais ne glisse pas vers l’avant et vers l’arrière), donc la troisième rangée est très serrée. Les passagers adultes seront à l’étroit, avec les genoux repliés près du visage. L’Expedition de Ford et le Durango de Dodge ont un intérieur supérieur, avec une troisième rangée plus pratique et plus d’espace de chargement avec tous les sièges en place. Le Yukon XL à empattement long offre plus d’espace pour les occupants et l’équipement, mais il vous faudra débourser un supplément de 3000 $ par rapport au modèle de base.

Les systèmes multimédias de GM comptent parmi les plus conviviaux. Le Yukon est doté d’un écran tactile de 8,0 pouces à réponse rapide avec d’énormes icônes que vous pouvez facilement atteindre. La disposition simple du tableau de bord, avec des boutons auxiliaires pour presque toutes les fonctions, simplifie l’expérience utilisateur, et les sept ports USB assurent que vos appareils demeurent chargés. Le système audio Bose à neuf haut-parleurs manque de profondeur et n’offre pas de son ambiophonique. Comme pour la plupart des appareils Bose, le son du système audio possède trop de graves et d’aigus, même lorsqu’ils sont ajustés au plus bas.

Lorsqu’il est question de sécurité et de commodité, GMC limite quelques fonctions d’aide à la conduite aux versions haut de gamme. Le régulateur de vitesse adaptatif est offert en exclusivité sur la version Denali, alors que le freinage d’urgence automatique et l’assistance au maintien de voie font partie d’un ensemble livrable sur le SLE et de série sur les modèles SLT et supérieurs. La surveillance des angles morts et l’alerte de circulation transversale à l’arrière, elles, sont offertes uniquement sur les variantes SLT et Denali. La détection des piétons et le freinage d’urgence automatique en marche arrière? Ils sont simplement absents. Dans notre véhicule d’essai, nous avons constaté que le dispositif d’aide au suivi de voie vous déplace constamment entre les lignes ou vous secoue quand il se rend compte que vous êtes trop loin de votre voie. L’alerte de prévention de collision déclenche trop de fausses alarmes en conduite urbaine, quel que soit le niveau de sensibilité sélectionné.

L’immense puissance et l’allure imposante du Yukon Édition Graphite Performance 2019 lui confèrent beaucoup de crédibilité, mais le tout demande d’importants sacrifices. Une architecture dépassée place le Yukon derrière ses concurrents, qui offrent tous une conduite, une tenue de route et une qualité de construction supérieures. Une technologie d’assistance à la conduite erratique et un aménagement intérieur raté nuisent encore plus à la viabilité du gros VUS à carrosserie montée sur châssis, surtout à une époque où les multisegments intelligemment conçus offrent plus d’espace dans un véhicule plus petit.

GMC Yukon SLT 4×4 2019
PRIX DE BASE 72 645 $
PRIX DU MODÈLE AMÉRICAIN TESTÉ 74 790 $ US
PARTICULARITÉS DU VÉHICULE VUS à 4 portes pour 7 passagers, moteur à l’avant, quatre roues motrices
MOTEUR V8 de 6,2 litres, 16 soupapes en tête, 420 chevaux, 460 lb-pi de couple
BOÎTE DE VITESSES Automatique à 10 rapports
POIDS À VIDE (RAPPORT AVANT/ARRIÈRE) 2588 kg (52/48 %)
EMPATTEMENT 294,6 cm
LONGUEUR x LARGEUR x HAUTEUR 517,9 cm x 204,5 cm x 189,0 cm
ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 5,8 secondes
QUART DE MILLE 14,2 secondes à 158,2 km/h
FREINAGE DE 100 À 0 KM/H 39,3 m
ACCÉLÉRATION LATÉRALE 0,77 g (en moyenne)
ÉPREUVE DU HUIT DE MOTOR TREND 27,3 secondes à 0,64 g (en moyenne)
ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA 16,8/10,7/13,8 L/100 km
CONSOMMATION D’ÉNERGIE EN VILLE ET SUR LA ROUTE 149,7/95,1 kWh/100 km
ÉMISSION COMBINÉE DE CO2 326,9 g/km