Essais Premiers essays

Premier essai de la Cadillac CT6 2.0 2019 : un luxe sans artifices

La voiture phare de Cadillac n’aura pas fait long feu

La voiture phare de Cadillac n’aura pas fait long feu

Les jours de la Cadillac CT6 2019 sont comptés. Mais avant que General Motors n’arrête la production (en même temps que celle de cinq autres voitures), nous voulions voir ce que la nouvelle berline de luxe offre, avec son nouveau moteur turbocompressé à quatre cylindres de base. Pratiquement inchangée depuis son arrivée sur le marché, la grande Cadillac se présente comme une option différente des modèles de luxe que l’on voit souvent, comme la Lexus LS, mais son prix est celui d’une berline intermédiaire. Cependant, il n’y a pas que le prix qui détermine si un véhicule peut être considéré de luxe; il doit se distinguer en faisant appel autant au cœur qu’à l’esprit, en particulier dans l’industrie d’aujourd’hui, obsédée par les multisegments.

La première chose que vous remarquerez à propos de la Cadillac CT6 2019, c’est son immense aire de contact. Heureusement, les dimensions extérieures se traduisent bien à l’intérieur. L’habitacle est aéré, avec de grandes fenêtres, une excellente visibilité et suffisamment d’espace pour permettre aux passagers arrière de croiser les jambes, ce qui est parfait pour les longs voyages. Bien qu’il y ait de nombreuses surfaces douces et molles au toucher, il y en a autant qui proviennent du catalogue de pièces de GM, notamment les leviers de commande du clignotant et des essuie-glaces, ce qui place l’assemblage et la finition de la CT6 un cran en deçà de celles de voitures comme la Lexus LS et la BMW Série 7. De plus, la disposition du tableau de bord est démodée, et la garniture en plastique noir brillant est toujours couverte de poussière et d’empreintes.

Le système CUE de Cadillac a été amélioré par rapport aux versions précédentes, mais pour actionner les boutons de rétroaction haptique, vous devrez détourner vos yeux de la route. Les fonctions avec lesquelles le conducteur interagit fréquemment, comme la radio et les systèmes multimédia, de navigation et de climatisation, sont intégrées à l’écran tactile de 10,2 pouces, mais il faut naviguer à travers différents sous-menus et il n’y a pas beaucoup de redondance. Apple CarPlay et Android Auto sont toutefois bien intégrés, et il suffit d’une étape ou deux pour changer la piste qui joue grâce aux commandes vocales. Une chaîne audio Bose Panaray à 34 haut-parleurs complète l’expérience, mais le son est embrouillé et tire trop sur les basses lorsque le volume est bas, comme c’est souvent le cas avec les produits Bose.

Sur la piste, la CT6 2019 a atteint une vitesse de 100 km/h en 7,5 secondes et franchi le quart de mille en 15,7 secondes à 143,5 km/h. C’est 1,1 seconde de plus pour atteindre 100 km/h qu’un modèle 2017 que nous avons testé, et une seconde de plus au quart de mille. Le coupable est le nouveau moteur turbocompressé de 2,0 litres à quatre cylindres en ligne de GM, offrant une puissance inférieure de 28 chevaux et de 37 lb-pi de couple par rapport au modèle précédent. La transmission de puissance est fluide et le délai d’accélération est minimal; toutefois, le nouveau moteur est à peine adéquat pour un véhicule de 1783 kg comme la CT6. De plus, la boîte de vitesses automatique à 10 rapports est mal calibrée. On voit souvent ce problème avec les boîtes de GM – elle change rapidement de rapport, mais passe immédiatement au rapport le plus élevé, ce qui empêche le conducteur de profiter du couple à moyen régime. Chris Walton, notre chef des essais routiers, a fait remarquer que le moteur aime changer de rapport bien en deçà de son régime maximal de 7000 tours par minute et qu’il semble peiner lorsqu’on le force. Il y a toutefois un avantage sur le plan de l’économie de carburant; nos amis du programme Cotes réelles ont obtenu une consommation de 10,0/6,1 L/100 km (en ville/sur route) pendant leurs essais. Par rapport aux cotes officielles de l’EPA, soit 9,8/6,9 L/100 km, la consommation réelle est légèrement supérieure en ville, mais vraiment meilleure sur la route.

Comme beaucoup de ses concurrentes, la CT6 2019 accorde la priorité au confort. La conduite est stable, même sur une chaussée endommagée, et l’habitacle est bien isolé du bruit extérieur. Le contrôle des mouvements de la carrosserie et la tenue de route sont louables pour une voiture de cette taille, et elle ne donne pas l’impression de flotter sur les imperfections de la route. La direction, par contre, semble déconnectée. La CT6 a bouclé l’épreuve du huit en 26,6 secondes avec une moyenne de 0,67 g, et elle a généré une accélération latérale de 0,86 g sur la piste de dérapage. Kim Reynolds, directeur des essais, fait remarquer que la voiture est équilibrée, mais qu’elle souffre automatiquement de sous-virage lorsqu’elle est poussée. Pour s’arrêter à partir de 100 km/h, la voiture a besoin de 36,6 mètres. Chris a cependant remarqué que la pédale était « inflexible, puis élastique ». Kim et Chris ont également observé que la CT6 plonge excessivement lors des freinages secs.

Une suite de caractéristiques d’aide au conducteur est de série sur les versions Haut de gamme et supérieures. Elle comprend l’alerte de prévention de collision, le freinage d’urgence automatique, la détection des piétons, l’assistance au suivi de voie, la surveillance des angles morts et l’alerte de circulation transversale à l’arrière. La plupart de ces systèmes fonctionnent discrètement en arrière-plan, à l’exception de l’assistance au suivi de voie qui vous coince dans votre voie et de la trop sensible alerte de circulation transversale à l’arrière. Super Cruise, une caractéristique de conduite semi-autonome, n’est disponible que sur les CT6 Haut de gamme et supérieures équipées de la traction intégrale.

La CT6 a toutes les qualités que vous attendez d’une grande et luxueuse berline : confortable, silencieuse et spacieuse. La somme de ses parties est toutefois un peu générique. L’Audi A8 est à la fine pointe de la technologie et la Kia K900 vaut beaucoup plus que le prix auquel elle est vendue. Ceux et celles qui recherchent une berline de luxe de style américain devraient considérer la Lincoln Continental, et la Jaguar XJ reste intéressante malgré son âge, se conduisant avec l’agilité d’un véhicule plus petit. À l’exception de Super Cruise et du design extérieur angulaire de la CT6, peu d’éléments permettent de distinguer la Cadillac du reste du peloton.

Cadillac CT6 2019 (Haut de gamme))
PRIX DE BASE 73 695 $
PRIX DU MODÈLE AMÉRICAIN TESTÉ 68 815 $ US
PARTICULARITÉS DU VÉHICULE Berline 4 portes pour 5 passagers, propulsion, moteur à l’avant
MOTEUR Turbocompressé de 2,0 L à DACT, 16 soupapes et 4 cylindres en ligne, 237 chevaux et 258 lb-pi de couple
BOÎTE DE VITESSES Automatique à 10 rapports
POIDS À VIDE (RAPPORT AVANT/ARRIÈRE) 1783 kg (50/50 %)
EMPATTEMENT 310,9 cm
LONGUEUR x LARGEUR x HAUTEUR 518,2 cm x 188,0 cm x 147,1 cm
ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 7,5 secondes
QUART DE MILLE 15,7 secondes à 143,5 km/h
FREINAGE DE 100 À 0 KM/H 36,6 mètres
ACCÉLÉRATION LATÉRALE 0,86 g (en moyenne)
ÉPREUVE DU HUIT DE MOTOR TREND 26,6 secondes à 0,67 g (en moyenne)
CONSOMMATION DE CARBURANT SELON NOTRE PROGRAMME COTES RÉELLES 10,0/6,1/8,3 L/100 km
ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA 9,8/6,9/8,4 L/100 km
CONSOMMATION D’ÉNERGIE EN VILLE ET SUR LA ROUTE 87,0/61,5 kWh/100 km
ÉMISSION COMBINÉE DE CO2 197,3 g/km