Essais Premiers essays

Premier essai de la Buick LaCrosse 2017 : haut de gamme sauf dans les détails

Lighter LaCrosse (Mostly) Outperforms Last-Gen Model

Lighter LaCrosse (Mostly) Outperforms Last-Gen Model

Bien qu’elles ne jouissent plus de la dominance du marché qu’elles avaient autrefois, les grosses berlines sont loin d’avoir dit leur dernier mot. Buick ne construit désormais plus qu’une seule grosse berline, mais pour plusieurs, ce modèle demeure néanmoins la signature de la marque. Si la marque américaine vend plus de mignons Encore de nos jours, c’est la LaCrosse 2017 qui constitue sa véritable raison d’être.

Étant donné son statut de véhicule vedette et notre amour profond pour la génération précédente de la berline, nos attentes étaient élevées pour le nouveau modèle. Bien que nous ayons trouvé de nombreuses caractéristiques qui nous plaisent dans cette grosse Buick, nous avons été déçus de relever de petits détails qui ont été oubliés dans la quête vers la perfection des bases.

Notre plus grande plainte concerne l’habitacle. Il semble très joli jusqu’à ce qu’on l’examine de trop près. Bon nombre de rédacteurs se sont indignés des matériaux bon marché sur la planche de bord et la console intermédiaire. L’habitacle a également eu droit à de nombreuses critiques au sujet de son faux bois qui ne duperait même pas un bambin et de ses fausses surpiqûres sur le tableau de bord qui ne suivent pas les coins, et qui ne relient rien en réalité. Les boutons à texture de caoutchouc ont également été pointés du doigt. Plusieurs rédacteurs ont froncé les sourcils à la vue du vieux logo monochrome sur le volant terne, alors qu’un monogramme moderne coloré orne l’avant de la voiture. Le levier de commande BMW bâclé n’est pas très intuitif, mais on ne peut pas en vouloir à Buick : ce défaut se retrouve dans plus d’un produit GM.

Lisez-en plus au sujet de la Buick LaCrosse dans les essais de la Voiture de l’année 2017 ici.

2017 Buick LaCrosse front three quarter turn

Nous sommes aussi déçus par la technologie QuietTuning caractéristique de Buick, qui fait régner un silence de mort dans l’habitacle sur l’autoroute, mais semble baisser les bras sur les routes dont l’état laisse à désirer. La banquette arrière, bien que louangée pour son dégagement pour les jambes, les hanches et les épaules, a perdu 2,5 cm de dégagement à la tête, ce qui ne passe pas inaperçu.

La bonne nouvelle, c’est que la balance s’équilibre un peu. Le nouveau châssis Epsilon II est excellent, tout comme la maniabilité de la LaCrosse. Pour une grosse berline, elle s’avère franchement sportive si vous la conduisez avec suffisamment de vigueur. Elle sous-vire lorsqu’elle atteint ses limites, mais celles-ci sont beaucoup plus élevées que ce à quoi vous pourriez vous attendre, et le contrôle de stabilité intervient assez discrètement. Bien sûr, ce n’est pas comme si ces caractéristiques importaient aux clients de Buick.

Les améliorations en matière de performance sont elles aussi quantifiables. Notre véhicule d’essai à traction intégrale a facilement supplanté une LaCrosse 2014 que nous avions testée sur tous les plans. Comme annoncé, le nouveau châssis pèse près de 135 kg de moins que l’ancien, et la comparaison s’effectue donc entre une nouvelle voiture à traction intégrale et un vieux véhicule à traction. Équipée d’une nouvelle boîte de vitesses automatique à huit rapports, la LaCrosse 2017 passe de 0 à 100 km/h 0,5 seconde plus rapidement que sa prédécesseure, soit en 6,1 secondes. Dans le quart de mille, 0,5 seconde fond également. La nouvelle berline a effectué le test en seulement 14,6 secondes à 157,6 km/h.

L’amélioration ne concerne pas que la vitesse en ligne droite. Bien que la performance à la piste de dérapage ne se soit améliorée que de 0,01 g en moyenne pour atteindre 0,84 g, la nouvelle LaCrosse diminue son temps de 0,3 seconde à l’épreuve du huit pour atteindre 26,8 secondes à une moyenne de 0,66 g. Le châssis et la nouvelle boîte de vitesses expliquent en grande partie ce perfectionnement, puisque le moteur V6 de 3,6 litres mis à jour ne développe que 6 chevaux et 18 lb-pi de couple de plus que l’ancien moteur.

Le freinage constitue la seule anomalie relevée durant les tests. Malgré sa perte de poids, la nouvelle voiture a dû parcourir 3 m de plus pour s’arrêter complètement à partir de 100 km/h. Nous croyons que le choix de pneus pourrait expliquer cette régression, puisque l’accélération latérale n’a pas vraiment augmenté sur la piste de dérapage et n’a pas changé dans l’épreuve du huit. Avec un tel châssis, une performance accrue ne pourrait être qu’une question d’amélioration des pneus.

La Buick se démarque également d’autres manières. Une consommation estimée à 11,2/7,6/9,4 L/100 km (ville/route/combinée) pour la traction et à 11,8/8,1/10,2 L/100 km pour la traction intégrale par l’EPA est bonne pour une aussi grosse voiture. La voiture est aussi magnifique, à l’intérieur comme à l’extérieur, et elle brille sur ce point dans son segment. La longue liste de caractéristiques est tout aussi attrayante. Vous y retrouverez entre autres un centralisateur informatique de bord à écran tactile, un système OnStar avec 4G LTE et point d’accès sans fil intégré, des sièges à réglage électrique, le déverrouillage et le démarrage sans clé et une caméra arrière, le tout de série.

Tout ce luxe n’est pas donné, cependant. Bien que le prix de la LaCrosse de base soit de 35 545 $, notre modèle américain Haut de gamme bien équipé vaut 48 495 $ US, ce qui le classe parmi les voitures de grand luxe. Une Kia Cadenza bien équipée, à titre de comparaison, coûte plusieurs milliers de dollars de moins.

La nouvelle Buick LaCrosse est foncièrement une bonne voiture et représente une amélioration considérable par rapport au modèle précédent. Par contre, elle déçoit en raison de l’absence de minutie dans les petits détails, ce qui est dommage puisque cette berline est presque parfaite autrement. C’est une bonne voiture, mais nous en sommes venus à en attendre davantage de la part de Buick. Heureusement, les défauts de la LaCrosse peuvent facilement être corrigés par la marque américaine, mais nous devrons attendre ces rectifications pendant quelques années puisque la berline est flambant neuve.

Buick LaCrosse 2017 (Haut de gamme) )
PRIX DE BASE 47 050 $
PRIX DU MODÈLE AMÉRICAIN TESTÉ 48 495 $ US
PARTICULARITÉS DU VÉHICULE Berline 4 portes pour 5 passagers, traction, moteur à l’avant
MOTEUR V6 de 3,6 litres à DACT et 24 soupapes, 310 chevaux, 282 lb-pi de couple
BOÎTE DE VITESSES Automatique à 8 rapports
POIDS À VIDE (RAPPORT AVANT/ARRIÈRE) 1693 kg (59/41 %)
EMPATTEMENT 290,6 cm
LONGUEUR x LARGEUR x HAUTEUR 501,6 cm x 186,7 cm x 146,1 cm
ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 6,1 secondes
QUART DE MILLE 14,6 secondes à 157,6 km/h
FREINAGE DE 100 À 0 KM/H 37,5 m
ACCÉLÉRATION LATÉRALE 0,84 g (en moyenne)
ÉPREUVE DU HUIT DE MOTOR TREND 26,8 secondes à 0,66 g (en moyenne)
CONSOMMATION DE CARBURANT SELON NOTRE PROGRAMME COTES RÉELLES 12,6/7,7/10,4 L/100 km
ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA 11,2/7,6/9,4 L/100 km
CONSOMMATION D’ÉNERGIE EN VILLE ET SUR LA ROUTE 99/68 kWh/100 km
ÉMISSION COMBINÉE DE CO2 222,66 g/km