Essais

Premier coup d’œil au Subaru Outback 2020 : entièrement nouveau?

Si le style est bien, n’y touche pas

Si le style est bien, n’y touche pas

À première vue, il s’agit d’une de ces refontes où tout est dans les détails, mais le service des relations publiques de Subaru insiste sur le fait que cet Outback est entièrement nouveau. L’équipe jure qu’il migre, comme tous les autres nouveaux véhicules de la marque, vers la plateforme globale Subaru qui soutient les récents modèles Impreza, Forester et Ascent et qui fait maintenant son arrivée sur la Legacy et l’Outback. Nous vous aiderons à repérer les modifications discrètes du style extérieur plus tard; jetons d’abord un coup d’œil sous le capot et dans l’habitacle et discutons des améliorations les plus évidentes.

 

À la demande générale et après une absence de 11 années-modèles, c’est le retour d’un turbocompresseur! C’est exact. Commandez un Outback XT et vous obtiendrez le moteur Boxer de 2,4 litres de l’Ascent, qui développe 260 chevaux et 277 lb-pi, jumelé à une transmission à variation continue Lineartronic semblable capable d’effectuer les mêmes huit changements de rapport – une perte de temps – simulés à palettes que sur l’Ascent. Par rapport au dernier moteur de 3,6 litres à six cylindres à plat, le moteur turbocompressé à quatre cylindres développe 4 chevaux et 30 lb-pi de plus et consomme 1,6 et 0,9 L/100 km de moins en ville et sur la route, soit une consommation de 10,2 et 7,8 L/100 km respectivement. Il s’agit également d’une amélioration d’au moins 1,6 L/100 km par rapport à l’Ascent plus grand équipé du même moteur turbo. Toutefois, l’Outback est de plus petit gabarit et le moteur ne peut remorquer que 1588 kg, soit 680 kg de moins que dans l’Ascent.

Un plus grand nombre de conducteurs patients qui n’optent pas pour les modèles haut de gamme bénéficient d’un moteur de 2,5 litres à aspiration naturelle, à quatre cylindres à plat et à injection directe grandement révisé (90 % de pièces neuves), qui génère une puissance de 182 chevaux et un couple de 176 lb-pi (7 chevaux et 3 lb-pi de plus que le moteur de 2,5 litres de 2019). Ceux dont la vessie peut tenir le coup pourront étirer leur plein de carburant sur 965 km grâce à une consommation de carburant améliorée de 9,0 L/100 km en ville et de 7,1 L/100 km sur l’autoroute selon l’EPA.

Côté suspension, les jambes de force avant sont dotées de nouveaux ressorts de rebond intérieurs qui diminuent la sensation d’atteindre la limite de l’amortissement lorsqu’on franchit une crête, de nouveaux bras inférieurs en L en aluminium et une barre stabilisatrice creuse qui est désormais de 23 mm; elle était auparavant de 24 ou 26 mm selon la version. À l’arrière, la barre stabilisatrice pleine passe de 16 à 19 mm.

La nouvelle plateforme sur laquelle repose le groupe motopropulseur et la suspension aurait, selon les dires, une torsion globale et une suspension avant 70 % plus rigide, et la flexion latérale avant serait deux fois plus résistante. C’est impressionnant, étant donné que la précédente était loin d’être molle. Peut-être plus important encore, la nouvelle structure est censée absorber 40 % plus d’énergie en cas de collision frontale et latérale que l’ancienne, qui avait été nommée Meilleur choix sécurité+ par l’IIHS.

Le système d’aide à la conduite EyeSight de Subaru, qui comprend le régulateur de vitesse adaptatif et le système de maintien au centre de la voie, sera de série sur toutes les versions. Nous sommes un peu choqués de constater que la liste des caméras embarquées comprend une caméra orientée vers le conducteur pour « diminuer les distractions ». Nous ferons un rapport sur la proportion des avantages et des inconvénients de celle-ci dès que possible. Les systèmes d’aide à la conduite en option comprennent notamment un affichage tête haute, des phares à DEL qui suivent les virages, le freinage d’urgence automatique en marche arrière, la surveillance d’angles morts avec l’assistance au changement de voie et l’avertissement de circulation transversale arrière.

Lorsqu’on ouvre la porte, on ne peut que remarquer l’écran vertical de style tablette semblable à celui des Tesla et des Volvo qui mesure 11,6 pouces en diagonale. De série sur toutes les versions à l’exception du modèle de base le plus ascétique, il offre des commandes tactiles directes pour le système d’infodivertissement, les commandes de climatisation, la traction intégrale X-Mode et les réglages du véhicule, et comprend la communication en champ proche pour faciliter le couplage des appareils Android. Évidemment, le système prend en charge les applications Apple CarPlay et Android Auto, ainsi que le logiciel SmartDeviceLink propre à Subaru, Starlink, pour les autres plateformes de téléphone intelligent. Jusqu’à quatre ports USB et deux prises de 12 V vous permettent de tout brancher et recharger. Les modèles haut de gamme sont équipés du système de navigation intégré à commande vocale TomTom, d’un point d’accès Wi-Fi alimenté par LTE et d’une chaîne audio haut de gamme Harman Kardon à 12 haut-parleurs livrable. Un nouvel ajout génial au système d’infodivertissement : Chimani, une application qui fournit un guide complet de chacun des parcs nationaux des États-Unis, y compris leur histoire et les faits saillants, écrit par des spécialistes en tourisme local, ainsi que des centaines d’autres points d’intérêt.

Ceux qui peuvent détourner leur attention de l’écran apprécieront également l’environnement intérieur plus silencieux qu’offrent les joints améliorés et le verre feuilleté acoustique plus épais (devant le pied milieu). Les versions luxueuses Limited et Touring sont munies de sièges à réglage électrique en dix directions avec ajustement du soutien pour les cuisses pour le conducteur et de sièges chauffants à trois niveaux qui réchauffent maintenant les épaules et le bas du dos. L’habitacle de la version Touring est également habillé de cuir Nappa.

Les dimensions complètes n’ont pas encore été publiées, mais l’espace de chargement maximal passe de 2076 L à 2144 L. On dit que le hayon est plus large et qu’il offre maintenant l’ouverture mains libres. Cette caractéristique ainsi que le nouveau couvre-bagages qui s’ouvre à l’aide d’une simple commande tactile sont deux nouveautés pour Subaru et seront de série sur la plupart des versions de l’Outback. Les brancards de pavillon de série sont dotés de barres transversales qui se rétractent dans les brancards lorsqu’elles ne sont pas utilisées.

Voici maintenant notre guide pour reconnaître le nouvel Outback. Les phares antibrouillard passent d’une forme ronde à une disposition verticale, et le revêtement gris dans lequel ils sont placés s’étend en continu sur l’avant. Le revêtement se prolonge aussi sur les côtés en une bande étroite autour des logements des roues et présente un protecteur de bas de caisse qui s’étend du devant de la porte avant et descend à la fin de la porte arrière. La ceinture de caisse est également plus haute et donne une touche angulaire en rapprochant légèrement les vitres de custode arrière. C’est à peu près tout. C’est tout ce que Subaru s’est permis de modifier au design de son meilleur vendeur.