Essais Geneva Salons de l'auto

Premier coup d’œil à la Morgan Plus Six 2020 : on ne « frêne » pas le progrès!

Après 19 ans, voici la nouvelle Morgan!

Après 19 ans, voici la nouvelle Morgan!

À l’occasion de son 110e anniversaire à Genève, le minuscule constructeur des voitures de sport intemporelles à trois roues, aux ailes surexposées et à châssis en bois de Malvern Link, en Angleterre, avait de grandes nouvelles à annoncer. Pour coïncider avec la fin (l’année dernière) du moteur V8 à aspiration naturelle fourni par BMW, la compagnie a construit un châssis complètement neuf pouvant accueillir le moteur de remplacement : un vénérable moteur BMW TwinPower Turbo à six cylindres en ligne B58. Le modèle Plus 8 est mort, vive la Morgan Plus Six!

Oui, le même moteur qui propulse la BMW Z4 et la Toyota Supra deux places équipera aussi cette voiture et développera 335 chevaux et 369 lb-pi de couple, et sera jumelé à la boîte automatique d’usage à huit rapports que l’on retrouve dans les produits BMW. C’est à la fois le premier moteur à six cylindres en ligne et le premier moteur turbocompressé que l’on emploie dans une Morgan. On dit que l’engin propulse le cabriolet d’environ 1130 kg à 100 km/h en seulement 4,2 secondes et qu’il lui permet d’atteindre une vitesse de pointe de 265 km/h. C’est une amélioration de 0,3 seconde et de 16 km/h par rapport aux performances enregistrées par la Plus 8 de 367 chevaux et 370 lb-pi. Encore mieux, le taux officiel de production de CO2 s’est amélioré d’un impressionnant 40 %, éliminant ainsi la lourde imposition de certains marchés qui ont fait de la Plus 8 une voiture quasi invendable.

Tout comme pour le châssis, l’avantage d’avoir attendu 19 années avant la refonte est que la technologie d’ingénierie et les pratiques exemplaires sont maintenant beaucoup plus poussées, ce qui nous permet de formidables déclarations, comme celle-ci : « La rigidité en torsion a été augmentée de 100 pour cent depuis la génération de châssis précédente, sans pénalité de charge supplémentaire. » Wow! L’ancien modèle devait être aussi souple qu’une nouille!

Surnommé « génération CX » (qui signifie 110 en chiffres romains, vous saisissez?), ce châssis en aluminium collé, élaboré à l’interne, possède un empattement accru de 20 mm qui, conjointement au nouveau design plus étroit des sièges et à l’aménagement ingénieux, donne 200 mm d’espace de plus pour les jambes et augmente celui du rangement de 31 %. Je n’ai pas immédiatement fait la conversion de ces données (0,8 pouce et 7,9 pouces) suite au remarquable énoncé de John Beech, l’ingénieur en chef, lors de la conférence de presse : « La Plus Six est la première Morgan métrique, ce qui peut sembler étrange, mais c’est la première fois que nous avons revu l’ensemble de l’architecture du véhicule : châssis, [structure de caisse en blanc], suspension, système électronique et garniture intérieure. » Encore plus impressionnant.

Moins d’un pour cent de la nomenclature est partagée avec les autres modèles Morgan, même si les voitures sont confectionnées de manière très semblable. Les panneaux de carrosserie en aluminium façonnés à la main sont fixés au châssis de bois de frêne d’origine anglaise (lequel est maintenant plus épais pour une solidité accrue) et la suspension est dotée d’amortisseurs à ressorts combinés avec bras de suspension aux quatre roues renforcée par des bras d’équilibrage à l’arrière. La géométrie et le réglage de la suspension et des coussinets profitent pleinement de la plus grande résistance de la plateforme CX.

D’autres améliorations technologiques audacieuses comme la configuration de phares automatiques et le tapis de lumière sont proposées pour la toute première fois sur une Morgan. Un petit écran ACL est intégré dans le groupe d’instrumentation, mais on a pris soin de ne pas y présenter d’information distrayante. Les portes ont reçu une protection supplémentaire contre les impacts latéraux et les haut-parleurs sont discrètement logés derrière le revêtement en cuir. Avant longtemps, Morgan offrira un système à commandes vocales et un régulateur de vitesse radar…

Quatre variantes de la Plus Six seront offertes dès le lancement : la Plus Six, la Plus Six Touring et deux versions First Edition (une de couleur poussière d’étoiles et l’autre de couleur émeraude). La première production de ces First Edition sera vendue au prix de 89 995 £ et les futurs modèles de base se détailleront à 77 995 £ (l’équivalent de 157 623 $ et de 136 606 $ au taux de change actuel, avec la taxe sur la valeur ajoutée). Morgan a bien hâte de vendre son produit vedette aux États-Unis, et sa plateforme CX est complètement protégée pour respecter notre réglementation. L’approbation finale de la loi sur les constructeurs de véhicules automobiles à faible volume – la Low Volume Motor Vehicle Manufacturers Act – de 2015 aurait sans doute accéléré le processus, mais le Congrès américain étant ce qu’il est… mieux vaut s’armer de patience. Le directeur du marketing, Toby Blythe, mentionne qu’il s’attend à une présence sur notre marché d’ici deux ans. Pour l’instant, Morgan importe les 3 Wheeler ainsi que les modèles Plus 4 à « carrosserie étroite » que vous pouvez importer en tant que « matériel roulant » sans moteur et dont l’assemblage pourra se compléter aux États-Unis. Vous voulez connaître le concessionnaire le plus près? Communiquez avec celui situé à Detroit, à moins de deux kilomètres des bureaux de Motor Trend : Auto Europe.

Oh! Et une autre grande nouvelle : Morgan vient tout juste de recevoir une injection de fonds de la part d’un nouvel acteur majoritaire, Investindustrial, une firme européenne qui a aussi investi chez Aston Martin. Qu’un autre constructeur britannique tombe aux mains de propriétaires européens peut soit être perçu comme une mauvaise nouvelle, soit comme la bouée de sauvetage nécessaire à l’un des plus anciens constructeurs automobiles de l’Angleterre. Nous croyons que le monde est bien plus intéressant si Morgan en fait partie.