Essais

Premier coup d’œil à la Dodge Challenger SRT Hellcat Redeye 2019 : possédée du démon

Performance augmentée dans une variante de 797 chevaux

Performance augmentée dans une variante de 797 chevaux

La Hellcat devient une gamme complète de Dodge.

La marque Dodge, que Fiat Chrysler Automobiles (FCA) restreint à une marque de voiture sport, profite du succès de la Challenger SRT Hellcat et de la Demon en agrandissant la famille.

Après le lancement de la Challenger à l’année-modèle 2008, Dodge a ajouté la Hellcat en 2015 et la Demon en 2018. « Pour 2019, on va sortir une Redeye. C’est une Hellcat possédée du démon », a déclaré Steve Beahm, directeur des marques de voitures de tourisme de FCA en Amérique du Nord : Dodge, SRT, Chrysler et Fiat.

« On a la carrosserie d’une Hellcat, soit la suspension et la plateforme, puis le moteur de la Demon », a précisé M. Beahm lors d’une entrevue avec Motor Trend. « Son étalonnage est un peu différent de celui du moteur de la Demon. »

Le moteur V8 Hemi de 6,2 litres suralimenté produit 797 chevaux et 707 lb-pi de couple dans la Challenger SRT Hellcat Redeye 2019, ce qui en fait le moteur V8 le plus puissant dans une voiture de série, maintenant que Dodge a cessé la production de la Demon. Il est maintenant jumelé à une boîte de vitesses automatique à huit rapports.

La muscle car la plus rapide

FCA affirme que la Challenger Redeye est maintenant la muscle car la plus rapide : elle passe de 0 à 100 km/h en 3,4 secondes, franchit le quart de mille en 10,8 secondes à 210,8 km/h et peut atteindre une vitesse de 326,7 km/h selon le constructeur. La Demon, d’une puissance de 840 chevaux et d’un couple de 770 lb-pi lorsqu’alimentée au carburant à indice d’octane élevé, accélère de 0 à 100 km/h en 2,3 secondes, selon son constructeur. Sa production de 3300 unités s’est terminée en mai.

« En ce qui a trait aux performances, la Demon était destinée aux pistes de course même si elle était homologuée pour la route », a déclaré M. Beahm. La Redeye est issue d’un désir d’offrir une voiture que l’on verrait sur les routes, pas seulement sur la piste ou dans un garage. Dodge a conçu la Redeye comme un véhicule grand public comprenant bon nombre des mêmes caractéristiques de performance que la Hellcat ou la Demon.

La Redeye « a également une carrosserie large, alors vous obtenez 3,5 pouces [8,9 cm] de largeur de roue supplémentaires, ce qui procure plus d’adhérence », a expliqué M. Beahm. Elle est équipée de pneus Pirello P Zero.

Contrairement à la Demon, la Redeye ne possède pas de suspension ajustée pour la course d’accélération pour le transfert de poids au démarrage, ni de système Transbrake, qui verrouille mécaniquement l’arbre de sortie de la boîte de vitesses lorsque l’accélérateur se met au travail, et garde plus de puissance pour le démarrage en mode Drag, mais ses roues sont verrouillables.

Pas une série ou une édition limitée

Tout comme la Hellcat, la Redeye n’est pas une édition spéciale ni une série limitée, a déclaré M. Beahm. « Sa production n’est limitée à aucune quantité. » Il prévoit que la Redeye représentera 7 à 8 % des ventes totales de Hellcat.

La Redeye entrera en production cet automne à Brampton, en Ontario, et sera livrée d’ici la fin de l’année. Elle surpassera la gamme de la Challenger 2019, qui comprend encore la SRT Hellcat, dont les performances grimpent à 717 chevaux de puissance et 656 lb-pi de couple. Cela est possible en raison de deux prises d’air surélevées de type schnorkel, qui rendent hommage aux muscle cars du milieu des années 60 au début des années 70, qui sont pleinement fonctionnelles et qui permettent une aspiration d’air maximale. La prise d’air de gauche se rend directement au système d’induction et permet au moteur de produire les 10 chevaux supplémentaires.

Le capot bombé en aluminium précédent de la Hellcat est transféré sur la Scat Pack pour 2019. De plus, pour la première fois, Dodge offre la carrosserie élargie en option sur la Scat Pack. La R/T Scat Pack à carrosserie élargie est équipée des mêmes élargisseurs d’ailes que la SRT Hellcat à carrosserie élargie, ce qui ajoute 8,9 cm à la largeur hors tout, et est chaussée de pneus Pirelli P Zero 305/35ZR20 montés sur des jantes Devil en aluminium forgé de 20 x 11 pouces. Pour 2019 également, les versions Challenger GT à propulsion et R/T sont dotées d’une suspension hautes performances.

Le moteur de la Hellcat se retrouve dans un camion

Le moteur de la Hellcat migre également dans le Ram, créant ainsi un camion hautes performances qui fera concurrence au Ford F-150 Raptor. Le Ram TRX entrera en production d’ici 2022, selon le dernier plan quinquennal de FCA. « On dispose d’excellents ingénieurs qui ont créé pour nous un moteur impressionnant hautes performances. L’équipe du Ram croit que c’est avantageux pour elle d’en profiter, et on n’y voit aucun problème », affirme M. Beahm.

Il y a-t-il possibilité d’agrandir davantage la famille Hellcat? « Nous lançons constamment des défis à nos ingénieurs. Nous mettons toujours nos employés du marketing au défi de trouver ce que les consommateurs recherchent. Voilà une chose que l’équipe de Dodge fait bien », a expliqué M. Beahm, soulignant que Dodge a le plus grand bassin d’adeptes sur les médias sociaux (Facebook, Twitter et Instagram) parmi toutes les marques qui permettent des interactions avec les consommateurs. « Notre travail consiste à les écouter, après quoi nous pouvons emprunter les chemins qu’ils souhaitent que l’on emprunte. Si c’est bon pour notre marque, on le fera. » C’est ce qui s’est passé au cours des dernières années avec la Hellcat, la Demon, et ensuite la Redeye, car une grande partie des Demon se trouvent dans des espaces de rangement, et quelques-unes sont sur la piste. Je veux voir des Redeye sur la route. »

M. Beahm continuera également de développer la marque SRT, qui repousse les limites de la performance, ce qui est fondamental pour Dodge.

Reprendre le flambeau après Tim Kuniskis

En février, Steve Beahm a pris la direction des marques de voitures de tourisme. Il a ainsi remplacé Tim Kuniskis, qui a été promu dirigeant mondial de Maserati et d’Alfa Romeo. M. Kuniskis est reconnu pour avoir créé des voitures hautes performances de niche qui ont créé un grand engouement, à partir de la presque défunte marque Dodge. Il a affirmé que son objectif était de « graver le nom de Dodge dans le subconscient de chaque amateur de performance ».

Steve Beahm est un autre bon choix. « J’ai commencé à faire des courses avec mon père lorsque j’avais 16 ans, et j’ai continué pendant une vingtaine d’années, après quoi j’ai arrêté uniquement par manque de temps », a-t-il confié à Motor Trend. « Ma première voiture était une [Plymouth] Road Runner 69, et ma deuxième était une [Dodge] Challenger 70. Ensuite, je suis passée du côté obscur et j’ai fait des courses avec quelques modèles GM pendant un bout de temps, mais j’ai commencé avec Mopar, et à cette époque, j’étais prêt à conduire tout ce que mon père avait pour moi. » Plus tard, ses responsabilités professionnelles et familiales ont fini par lui laisser peu de temps pour la course, mais il suit encore cela aujourd’hui.

Lorsque Sergio Marchionne, le PDG de FCA, a demandé à M. Beahm de reprendre le flambeau des marques de voitures de tourisme, ce dernier n’a pas tardé à accepter.

Dodge et Chrysler ne sont pas des priorités du plan quinquennal

Le dernier plan quinquennal, qui se poursuit jusqu’en 2022 pour FCA, concerne principalement les quatre marques à grand volume du constructeur : Jeep, Ram, Alfa Romeo et Maserati. Les marques gérées par Steve Beahm sont reléguées à des marques possédant moins de ressources et dont les gammes et les ventes sont plus limitées. Il faudra conserver des ressemblances et faire preuve d’ingéniosité pour créer de nouveaux véhicules à partir des vieilles plateformes.

Cela signifie que la Challenger et la Charger, tout comme la Chrysler 300, sont encore construites sur la même plateforme vieillissante, mais que leur tôle ainsi que d’autres éléments font l’objet d’améliorations afin qu’elles restent aussi actuelles que possible.

« L’objectif de Dodge est d’être une marque de voitures de sport dominante en Amérique. C’est comme ça qu’on l’a qualifiée dans les dernières années, et je crois sincèrement qu’elle est au point où elle doit se trouver aujourd’hui et qu’elle se dirige dans la bonne direction pour l’avenir », a déclaré Steve Beahm.

La Viper a rendu l’âme

L’avenir de la marque n’implique pas le retour de la Viper. « À l’étape actuelle, comme l’a indiqué M. Marchionne, la Viper ne fait pas partie du plan [des cinq prochaines années]. »

Et bien que la version SRT du Durango correspond au profil, l’avenir du Journey n’est confirmé que pour l’année-modèle 2019 pour l’instant. Le plan consiste encore à cesser la production de la minifourgonnette Grand Caravan lorsqu’une capacité supplémentaire sera nécessaire à l’usine de Windsor, en Ontario, où est également produite la Chrysler Pacifica. De plus, la marque ajoutera peut-être un multisegment Chrysler inspiré de la Pacifica. Steve Beahm a affirmé que son travail consistait à développer la marque Chrysler, qui pourrait conserver ou non la berline 300.