Actualités Listes de voitures Paris Salons de l'auto

Les vedettes du cinéma français au Mondial de l’automobile de Paris 2016

L’événement célèbre le rôle de l’automobile à l’écran

L’événement célèbre le rôle de l’automobile à l’écran

Comme la cerise sur le gâteau, le Pavillon 8 du Mondial de l’automobile de Paris 2016 est situé au sommet d’une colline, dominant ainsi toutes les aires d’exposition des nouvelles voitures. Le Pavillon 8 est généralement rempli de voitures de collection mises en scène dans des dioramas parfois très élaborés portant sur un thème précis. Cette année, le thème était « L’Automobile fait son Cinéma » et les voitures qui prenaient part à la scène avaient toutes tenu un rôle dans des émissions de télévision ou des films français, tournés en France ou ailleurs, mais mettant en vedette des voitures françaises. Les véhicules recueillis ne sont pas nécessairement les vraies voitures utilisées dans ces productions, il s’agit cependant de copies conformes. Qui sait? Ils pourraient bien vous inspirer à rajouter quelques classiques à votre liste Netflix.


Peugeot 403 Cabriolet 1961, Columbo

1961 Peugeot 403 front three quarter

L’exposition « Agents secrets / détectives » présente la légendaire voiture française qui était pilotée par Frank Columbo, un détective un peu froissé, mais favori de tous, affecté aux homicides à la brigade criminelle de Los Angeles (LAPD), pendant les 69 épisodes de la série novatrice « à énigme inversée » où le téléspectateur voit le crime être perpétré sous ses yeux et connaît l’identité du malfaiteur dès la première scène, et passe ensuite les 73 à 98 minutes qui suivent à regarder l’acteur Peter Falk démasquer le vilain de façon méthodique et souvent tout en excuses.


1985 Taxi Renault 11 1985, Dangereusement vôtre

1985 Renault 11 Taxi front three quarter

L’agent 007 conduit quelques voitures françaises durant cette performance de Roger Moore, dont ce pauvre taxi Renault 11 (mieux connu sous le nom d’Alliance aux États-Unis). Bond hèle le taxi au pied de la tour Eiffel, tentant de poursuivre un vilain qui se sauve en parachute. Il décapite la voiture en passant sous une barrière et perd ensuite le train arrière lorsqu’une autre voiture la percute de côté. Le réservoir de carburant doit se trouver sous le siège du conducteur, car l’excellente Renault à traction continue sa route et l’amène jusqu’à un pont de la Seine, sous lequel passe, juste au bon moment, le bateau où le vilain s’est posé.


Citroën 2 CV 1980, Rien que pour vos yeux

1980 Citroen 2CV front three quarter

Qui peut oublier cette scène de poursuite épique mettant en vedette James Bond où l’agent 007 réussit, au volant d’une lambine deux chevaux, à semer deux groupes de vilains conduisant de puissantes Peugeot 504? Il réussit l’exploit, bien entendu, au terme d’une série de tonneaux (et en la pilotant également les roues bien au sol) réalisés selon une trajectoire plus ou moins linéaire, jusqu’en bas d’une pente abrupte plantée d’oliviers, alors que les malfrats s’en tiennent aux routes sinueuses en pavé.


Citroën DS 19 1964, Fantômas se déchaîne

1964 Citroen DS 19 side

Ce film de 1965 mettait en scène Jean Marais dans le rôle du grand méchant Fantômas qui s’oppose au sérieux, mais débordé commissaire Juve, joué par Louis de Funès, et au journaliste Fandor, un personnage également campé par M. Marais. La trilogie Fantômas, qui a débuté en 1964, était en quelque sorte la réponse de la France au succès du phénomène James Bond qui balayait le monde entier à cette époque. Dans cette série de films, le protagoniste séduisant, amateur de gadget, joue cependant du côté des vilains. Dans cet opus, Fantômas ose une audacieuse évasion aérienne à bord de sa DS qui déploie alors des ailes et une queue semblables à celles d’un avion.


Alpine M65 1965 , Michel Vaillant

1965 Alpine M65 front three quarter

Michel Vaillant est apparu pour la première fois dans une série de nouvelles publiées dans le magazine de bandes dessinées Tintin avant de devenir la vedette de sa propre série de bandes dessinées en 1957. Elles sont d’ailleurs toujours publiées à ce jour. Dans cette série, la famille Vaillant dirige une entreprise de construction de voitures et de camions et lance sa propre écurie de Formule 1 pour laquelle Michel agit en tant que pilote vedette. Au milieu des années 60, une série télévisée basée sur ces personnages a été diffusée; dans Les aventures de Michel Vaillant, Michel troque sa voiture de course pour une Alpine. Le feuilleton télévisé montrait des scènes de course automobile tirées des circuits des Rallyes des Routes du Nord, de Magny-Cours, du Nürburgring, de Monza, de la course Targa Florio, du Mans, de Monaco, de Rouen-Les-Essarts, de Sebring et de Reims.


Mini 1000 1982, Mr. Bean et Renault 4R4 1993 Les Visiteurs

1982 Mini 1000 and 1983 Renault 4F4 front three quarter

Rowan Atkinson, un amateur de voiture invétéré et grand collectionneur, jouait le naïf et maladroit Mr. Bean, qui (naturellement) conduisait une Mini vert lime dans la populaire comédie de situation britannique du même nom. Le lien avec le cinéma français arrive dans le film de 2007 Les vacances de Mr. Bean, où Mr. Bean remporte un voyage en train jusqu’à Cannes. C’est alors que toute une suite de mésaventures, du type qui n’arrive qu’à Mr. Bean, entraîne comme conséquence qu’il doit faire de l’autostop pour compléter le dernier tronçon de son voyage. Il est alors recueilli par une actrice en devenir (qui par hasard conduit une Mini identique à la sienne) qui se rendait au 59e Festival de Cannes. La Renault jaune exposée juste à côté est apparue, elle, dans le film Les Visiteurs. Succès numéro un du box-office en France en 1993, ce film qui raconte l’histoire d’un chevalier du moyen-âge qui voyage dans le temps pour se retrouver à la fin du XXe siècle, où il ne comprend rien au monde qui l’entoure.


Porsche 908/2 Spyder 1969, Le Mans

1969 Porsche 908 2 Spyder front three quarter

Acclamé comme le meilleur film de course automobile de tous les temps, ce long-métrage mettant en vedette Steve McQueen retrace la course des 24 Heures du Mans de 1970. La majorité des scènes où l’on voit le véhicule ont d’ailleurs été tirées de l’événement. Dans le film, on voyait la véritable course des 24 Heures du Mans de la saison, qui s’était déroulée à la mi-juin. Pendant cette course, M. McQueen a tenté de copiloter une Porsche 917 aux côtés du légendaire pilote écossais Jackie Stewart, mais cette voiture a été refusée. À la place, on le voit commencer la course au volant d’une Gulf-Porsche 917K arborant le numéro 20. La Porsche 908/2 que M. McQueen a copilotée, et qui lui a permis de monter sur la deuxième marche du podium lors des 12 Heures de Sebring, a servi d’auto-caméra, capturant toutes les scènes de course que l’on aperçoit dans ce film. Elle a complété 282 tours de piste et terminé neuvième, mais sans parcourir le kilométrage minimal requis en raison des nombreux arrêts qui ont été nécessaires pour changer la pellicule dans les caméras.


Mercedes-Benz 450SEL 6.9 1974 , Ronin

1974 Mercedes Benz 450 SEL 69 front three quarter

La poursuite automobile la plus grandiose du réalisateur John Frankenheimer est apparue dans le film Ronin en 1998. Cette production relate l’histoire d’une bande de mercenaires qui doivent tenter de récupérer une mystérieuse mallette des mains d’un groupe d’individus très peu recommandables. Lors de leur première tentative pour retrouver la mallette, une imposante Mercedes de couleur brune poursuit la fourgonnette ciblée sur les routes côtières, dans les hauteurs de Nice, en France, alors que Robert De Niro tire du lance-roquette par le toit ouvrant. La voiture finit par poursuivre une Citroën XM, dans laquelle « la mallette » se trouve, à très grande vitesse, dans les rues étroites et les allées du Vieux-Nice. C’est un film à ne pas manquer pour tous les passionnés de voiture qui n’ont pas encore eu la chance de le visionner.