Geneva Listes de voitures Salons de l'auto

Les bizarreries et les merveilles du Salon de l’auto de Genève 2019

Entre autres, un cabriolet comme en 1930 et un tracteur

Entre autres, un cabriolet comme en 1930 et un tracteur

Le Salon de l’auto de Genève 2019 a accueilli une foule de véhicules délicieusement étranges de constructeurs dont vous n’avez jamais entendu parler, mais même des marques bien connues ont profité de l’occasion pour présenter des carrosseries qui sortent de l’ordinaire. Nous avons fait le tour de cette édition pour vous montrer quelques-uns de nos véhicules préférés, certains bizarres et d’autres merveilleux, ainsi que les dernières nouveautés de Mansory.

Lisez ici notre article sur les fruits défendus du Salon  (en anglais), et poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur le côté étrange de l’événement.


Sbarro Renner

Chaque année, c’est l’un de nos kiosques préférés à Genève; les étudiants de l’école de design automobile Espera Sbarro de Franco Sbarro à Montbéliard, en France, y exposent leurs derniers véhicules rapidement conçus et construits. Cette année, notre modèle chouchou est cette magnifique réinterprétation de la fameuse voiture de course Porsche 904. Comme l’originale, celle-ci est propulsée par un moteur central à quatre cylindres à plat, mais dans ce cas il s’agit d’un engin Subaru turbocompressé de 2,5 litres. Le bout d’aluminium fraisé que vous voyez, qui a l’air vulnérable et qui risque de frapper le trottoir lorsque le conducteur recule dans un stationnement, c’est le mécanisme de changement de rapport. Mais il s’agit d’un exercice de conception, d’ingénierie et de développement et non d’un prototype de production. Par rapport à la voiture originale, elle est un peu plus longue et plus large, mais elle a à peu près la même hauteur, soit 106,7 cm.


Tracteur Lamborghini Centenario

Cet homme élégant vêtu d’un veston bleu vif est Fabio Lamborghini, le neveu du fondateur de l’entreprise, Ferruccio. Pour souligner le 100e anniversaire de son oncle défunt (né le 28 avril 1916), le constructeur a fabriqué 40 voitures Centenario (sur lesquelles nous avons beaucoup écrit). Il a aussi construit cinq tracteurs comme celui-ci, que nous n’avions jamais vus avant ce Salon de l’auto de Genève. (Bien sûr, vous saviez déjà que le succès de l’entreprise de tracteurs de Ferruccio a financé les débuts de son projet de supervoiture.) Avec un prix se rapprochant de celui d’une Huracán, chacun de ces tracteurs est une œuvre d’art, avec une finition « metallo nudo » (vous pouvez probablement traduire par vous-même). Le moteur de 2,2 litres à trois cylindres en ligne est doté d’un système perfectionné de refroidissement à air avec un ventilateur qui ressemble à une turbine à l’avant. Et, du moins sur ces modèles redessinés, le rôle des six tuyaux parallèles est alterné : l’un sert de prise d’air, le suivant d’échappement, et ainsi de suite. Il doit y avoir une certaine recirculation accidentelle des gaz d’échappement. Le tracteur arbore même ce qui ressemble à un fragment d’une plaque d’immatriculation de la région natale de Ferruccio. Plutôt génial, comme détail.

 


Devinci DB 718

Ce joli cabriolet de style 1930 provient de Devinci Cars Manufacturer, une entreprise fondée il y a deux ans à Saint-Sulpice-la-Pointe, en France, et est homologué en tant que « quadricycle », un genre de véhicule à basse vitesse qui ne nécessite pas de permis de conduire complet. Conçu en partie par Jean-Philippe Dayraut, champion français de rallycross sur glace, le bolide est doté d’une suspension de course indépendante aux quatre roues incroyablement complexe, avec des poussoirs intérieurs et des ressorts hélicoïdaux. Le tout semble un peu excessif pour une voiture électrique qui atteint 109 km/h et qui n’est pas autorisée sur les autoroutes. Le moteur arrière est alimenté soit par une batterie de 15,3 kWh offrant une autonomie de 150 km, soit par une batterie de 23 kWh permettant de parcourir 230 km. Un prolongateur d’autonomie peut ajouter 48 km supplémentaires. Les trois versions offertes sont affectueusement appelées Brigitte, Lucy et Adèle, et les deux plus chères reçoivent des amortisseurs sport Öhlins. Seulement 200 unités seront construites. Les prix varient de 39 600 à 49 500 euros (soit entre 59 650 $ et 74 560 $).

 


Citroën Ami One

Lors de la conception de ce véhicule, aurait-on demandé « Construisez-nous une version plus petite du carrosse-citrouille de Cendrillon »? Parce que c’est ce à quoi le minuscule concept de Citroën nous fait penser. L’Ami One, dont le nom rappelle la très étrange Ami 6, rappelle vraiment l’excentricité de la 2 CV d’origine et son moteur électrique développe une puissance tout aussi faible. Sa vitesse de pointe n’est que de 45 km/h et son autonomie est de 100 km. Naturellement, il s’agit d’un concept pour une future capsule de mobilité urbaine qui peut être utilisée pour cinq minutes ou louée pour des années. Il est peu probable que le véhicule traverse l’Atlantique (assumant qu’il est un jour construit), mais son allure bizarre en a fait l’un des modèles phares du Salon.

 


Golden Sahara II

Goodyear a restauré cette spectaculaire voiture sur mesure du milieu des années 50, et elle est dotée d’un éventail de technologies avant-gardistes pour attirer l’attention sur les divers concepts technologiques de pointe présentés à son kiosque à Genève (dont le plus important était un pneu sans air et une roue sans moyeu à grand diamètre qui supporte le poids du véhicule à l’aide d’ailettes en plastique qui peuvent aussi servir de pales de turbine, ce qui permet à la voiture de voler). Le roi des voitures personnalisées, George Barris, a acheté une nouvelle Lincoln Capri 1953 et l’a conduite à l’un des premiers salons Petersen Autorama, mais, en rentrant chez lui, l’a détruite dans un accident. Il a donc décidé de créer une voiture sur mesure à partir de la carcasse. Après s’être amusé un peu, il l’a vendue à Jim Street, un bricoleur dont le génie s’apparente à celui de notre collègue Kim Reynolds. M. Street a personnalisé l’apparence de la voiture et l’a équipée de radars à l’avant pour le freinage automatique en cas de collision, avec une commande par câble pour la direction, le freinage et l’accélération qui permettait de contrôler la voiture à l’aide d’un manche à balai. Il a également bricolé un prototype de système de commandes vocales qui comprenait un système de recherche élaboré sur le magnétophone à bobines centré sur le siège avant. Tout porte à croire que le dispositif n’a jamais fonctionné, mais M. Street aurait simulé sa fonctionnalité en utilisant une vieille télécommande de télévision Zenith Space Command. La commande à quatre boutons frappait des tiges pour générer des tonalités qui se traduiraient, sur le téléviseur, par l’ajustement du volume ou le changement de chaîne, et le petit machin à l’avant du couvercle de coffre pouvait capter ces quatre tonalités. Le propriétaire du bolide pouvait se tenir à l’arrière en criant les quatre commandes vocales, tout en cliquant subtilement sur les boutons de la télécommande cachée dans sa poche. On ne peut pas dire que ce n’était pas ingénieux. Les pneus Goodyear translucides étaient illuminés par des ampoules intégrées alimentées par des câbles reliés à un anneau de glissement sur chaque moyeu. Pour les roues arrière, c’était facile : il a suffi de faire passer le fil à partir de la jupe de l’aile. À l’avant, les fuseaux ont été percés pour faire passer le fil. Pas étonnant que Motor Trend ait présenté la voiture sur la couverture du numéro de mai 1955 (on pouvait alors voir une phase de conception légèrement antérieure de la voiture).

 


Véhicules Mansory

Bentley Continental GT

Lorsque Bentley a mis au rancart la Continental GT de la dernière génération, l’âge de la voiture avait vraiment commencé à paraître. C’est pour cette raison que la magnifique conception de la nouvelle Continental GT se démarque vraiment. Mais pour ce qui est de cette version modifiée par Mansory, si vous tenez tant à faire tourner les têtes, pourquoi ne pas opter plutôt pour une Lamborghini?


Lamborghini Urus

Même si vous aimez l’Urus, vous devez admettre qu’il a déjà l’air de porter une carrosserie du marché de la deuxième monte. Mais bien que l’Urus de base ne soit pas vraiment le plus joli, la version Mansory est tout aussi exagérée que ce à quoi on s’attendait.


Mercedes-Benz Classe G

Il y a quelque chose de particulièrement dérangeant à propos de cette peinture à motif de camouflage. N’avons-nous pas déjà appris notre leçon à propos de ce motif en tant qu’élément de mode? Nous n’acceptons tout simplement pas que cette tendance soit de retour. En plus, le véhicule s’appelle Star Trooper.


Cabriolet Mercedes-Benz Classe S

Prendre un coupé attrayant mais discret, le peindre d’une couleur étrange, lui donner un ensemble de carrosserie élargie avec des éléments d’aérodynamisme tape-à-l’œil en fibre de carbone et refaire l’intérieur n’est pas vraiment une recette que nous approuvons.


Land Rover Range Rover

Le Range Rover n’a pas une allure particulièrement insolite, et Land Rover offre également de multiples options de peinture à deux tons, dont le blanc Meribel à deux tons à 22 550 $. Mis à part la carrosserie élargie, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser qu’il ressemble à une imitation de l’Overfinch London Edition, sauf que dans son cas, la palette de couleur se retrouve aussi à l’intérieur.


Rolls-Royce Cullinan

La carrosserie et la peinture de ce Cullinan ne sont pas trop scandaleuses, du moins pour Mansory, mais son nom l’est. On l’a baptisé Billionaire, c’est-à-dire milliardaire, parce qu’il a été créé en collaboration avec la marque de mode du même nom. Les vêtements Billionaire sont de mauvais goût, le nom est désagréable, et comme l’a dit Russ Hanneman dans la série Silicon Valley, ces portes, ce ne sont pas des portes de milliardaire; ce sont des portes de millionnaire.


Smart ForTwo

L’ajout de nouvelles roues, d’une carrosserie élargie, d’une peinture personnalisée et d’un intérieur plus luxueux à une Smart garantit que cette voiture plaira à un public extrêmement restreint. En théorie, j’imagine que la voiture pourrait convenir à une personne riche qui vit dans une ville surpeuplée et qui n’a pas de stationnement privé, mais est-ce que vous dépenseriez autant d’argent pour une voiture dont le prix de départ est inférieur à celui d’une Toyota Yaris à hayon en Allemagne?