Actualités

Le pare-soleil de 95 ans vient d’être complètement réinventé

Bosch rend le pare-soleil actuel transparent et intelligent

Bosch rend le pare-soleil actuel transparent et intelligent

En 1924, un certain Hathaway invente le premier pare-soleil, ou « écran anti-éblouissement » selon ses propres termes, qui se monte à l’extérieur d’une Ford Modèle T. Le pare-soleil tel que nous le connaissons est déplacé à l’intérieur en 1931 et il combine depuis de nouveaux modes d’oscillation, de pivotement et de glissement. Néanmoins, il reste un instrument assez rudimentaire, en ce sens qu’il bloque toujours beaucoup plus la vue que le soleil. Pourtant, selon les données de la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l’éblouissement causerait près de deux fois plus d’accidents que le prochain phénomène météorologique sur la liste (!). Lors de la conférence du Consumer Electronics Show (CES) de 2020, Bosch a proposé la première amélioration véritablement à la fine pointe de la technologie de ce concept nonagénaire.

Au lieu d’un panneau opaque qui bloque totalement la vue du conducteur ou d’un panneau teinté qui ne masque pas complètement l’éblouissement aveuglant des rayons du soleil, Bosch propose un écran transparent avec des segments ACL hexagonaux opaques qui fonctionnent comme une main bien placée bloquant uniquement les rayons du soleil qui frappent directement les yeux du conducteur.

Baptisé « Virtual Visor » (pare-soleil virtuel), ce concept qui a remporté le prix de l’innovation du CES de 2020 utilise une caméra de surveillance des occupants qui détecte les points de repère du visage (yeux, nez et bouche) et les ombres sur le visage. Un algorithme utilisant l’intelligence artificielle déclenche alors l’assombrissement des segments de l’écran ACL qui vont ainsi ombrager uniquement la zone des yeux du conducteur et suivre leur position lorsque la tête du conducteur ou le véhicule se déplace par rapport au soleil. La visibilité à travers le pare-soleil est ainsi améliorée d’environ 90 %, tandis que le reste du pare-soleil conserve la transparence d’une paire de lunettes de soleil polarisées (avec une polarisation correspondant à celle des lunettes de soleil). Il est à noter que le système n’est pas conçu pour fonctionner avec d’autres sources de lumière vive n’ayant pas le rapport de contraste du soleil.

Ces segments ACL hexagonaux mesurent 1,8 cm de longueur (et environ 1 cm par côté). Cette forme est plus efficace que les carrés; grâce à elle, les yeux sont ombragés par le moins de segments possible et une plus grande partie du pare-soleil reste transparente. Évidemment, la résolution est beaucoup plus basse et les différents ordres de grandeur de l’écran sont plus simples et meilleur marché que ceux d’un écran ACL de télévision ou d’ordinateur. La consommation d’énergie du système est minime, son poids total devrait être à peu près égal ou légèrement supérieur à celui d’un pare-soleil opaque traditionnel, et sa résistance en cas de collision devrait y être équivalente.

Comme il est en grande partie transparent, le pare-soleil virtuel pourrait être plus grand que les pare-soleil actuels, mais on s’attend toujours à ce qu’il puisse pivoter vers le bas et sur le côté; son fonctionnement dépendra alors du champ de vision global de la caméra et de la capacité de cette dernière à détecter les contours du visage du conducteur pour calculer la zone de couverture. Les représentants de l’entreprise ont déjoué toutes nos tentatives nuancées visant à avoir une idée du coût du système, que ce coût soit absolu ou relatif aux pare-soleil actuels ou à d’autres systèmes d’aide à la conduite ou d’infodivertissement, mais il est clair que le coût différentiel sera moins élevé dans les véhicules qui comprennent déjà une caméra de reconnaissance des occupants. En parlant de caméra, celle-ci doit capter les données RVB de la lumière visible. Les caméras infrarouges ne fonctionnent pas aussi bien, c’est pourquoi les caméras de surveillance des occupants sont nécessaires, plutôt que celles de type infrarouge qui surveillent l’attention du conducteur et suivent à peine son regard.

Le pare-soleil virtuel est encore en cours de développement, et Bosch est au CES pour promouvoir le concept auprès des équipementiers, et non des vendeurs du marché de la deuxième monte. Inutile de vous demander s’il est possible de pixelliser en entier un pare-brise ou une vitre latérale comme le pare-soleil virtuel, ce n’est pas le cas, car en cas de panne, le système s’assombrirait totalement et ne serait plus transparent. Même si ce problème était résolu, il est peu probable que la transparence seule du système réponde aux normes sur les pare-brise. Attendez de voir les innovations dans trois à cinq ans, peut-être moins si Tesla mord à l’hameçon.