Actualités

L’Audi AI:ME : un concept autonome qui a du style

Prêt pour l’avenir à court terme de la conduite autonome

Prêt pour l’avenir à court terme de la conduite autonome

On ne sait pas encore à quoi ressemblera l’avenir de la conduite. Les voitures autonomes pourraient bien être à notre génération ce que les voitures volantes étaient aux conducteurs des années 1960 : un développement apparemment imminent, si seulement nous pouvions résoudre quelques problèmes. Mais elles pourraient aussi arriver plus tôt qu’on le croirait. Si les voitures autonomes sont effectivement à nos portes, le concept AI:ME d’Audi nous procure ce qui pourrait être le regard le plus réaliste sur cet avenir.

S’appuyant sur des principes fondamentaux solides pour tout véhicule urbain de l’avenir, qu’il soit autonome ou non, l’AI:ME est compact et entièrement électrique. Avec des dimensions de seulement 429,3 cm de long et 190,0 cm de large, l’AI:ME est facile à glisser dans un espace de stationnement, mais son long empattement de 276,9 cm et sa hauteur de 151,9 cm offrent plus d’espace d’intérieur pour la configuration 2+X.

Mais qu’est-ce qu’une configuration 2+X? Ça signifie que la cabine peut être reconfigurée pour diverses utilisations, une telle flexibilité étant essentielle pour les futures nacelles de transport autonomes équipées d’intelligence artificielle. La voiture est en train d’être repensée en tant qu’extension de nos espaces de vie et de travail, essentiellement une pièce de notre maison dans laquelle il est possible de se déplacer. Les sièges peuvent être réaménagés, ce qui permet plus d’espace pour s’étirer et se reposer, plus de surfaces sur lesquelles travailler, ou encore plus d’espace pour le chargement après les séances de magasinage intense. Des porte-gobelets et porte-assiettes magnétiques permettent même aux passagers de prendre leurs repas sans devoir s’arrêter.

En tant que véhicule de conduite autonome de niveau 4, l’AI:ME conservera son volant et ses pédales, contrairement au concept AIcon de conduite autonome de niveau 5. L’avenir imaginé par l’AI:ME n’est peut-être pas totalement dramatique pour les conducteurs qui espèrent toujours avoir un lien direct avec leur voiture, même si le volant et les pédales sont quand même cachés la plupart du temps.

Alors, comment les utilisateurs interagiront-ils avec l’AI:ME sans les rôles typiques de conducteur/passager orienté vers l’avant auxquels ils sont habitués? Ils utiliseront leur voix, la technologie de suivi oculaire, les commandes gestuelles et la réalité virtuelle, bien sûr. Les surfaces intelligentes s’éclairent lorsque la voiture détecte que vous voulez interagir avec elles, et disparaissent à l’arrière-plan lorsqu’elles ne servent pas. Un écran à DELO tridimensionnel couvrant la largeur du tableau de bord sous le pare-brise fournit des informations contextuelles, contrôlées par les yeux du conducteur grâce à une technologie de suivi oculaire. L’accès à Internet, l’affichage de divertissement et plus encore passent par les lunettes de réalité virtuelle.

Il y a même des plantes à l’intérieur de l’AI:ME – et pas seulement leurs dérivés. Hé oui, il y a des plantes qui poussent le long du pavillon, visant à « donner aux occupants un sentiment de proximité avec la nature » et à « améliorer objectivement la qualité de l’air ».

Pour ceux qui se trouvent à l’extérieur de l’AI:ME, un ensemble de matrices lumineuses à DEL sont visibles de partout autour du véhicule et aident non seulement à éclairer la voiture et ses environs, mais aussi à signaler aux autres conducteurs, piétons et cyclistes les intentions du véhicule. Les DEL à l’avant peuvent même servir de micro-projecteurs, en projetant des symboles sur la route ou sur un mur voisin, par exemple, pour faire savoir aux piétons qu’ils peuvent sans danger traverser la route devant la voiture.

La partie la plus intéressante de la vision de l’avenir que nous offre l’AI:ME est peut-être l’aspect le plus pratique. Comme on s’attend à ce que le concept passe la plus grande partie de son temps à être conduit entre 19 et 72 km/h et qu’il devra pouvoir fonctionner pendant des heures entre chaque charge (il n’aura probablement pas besoin d’une grande autonomie sur autoroute), les ingénieurs d’Audi ont choisi une solution qui équilibre le poids du véhicule et le stockage d’énergie. Cela signifie que l’AI:ME n’a besoin que d’une batterie de 65 kWh et d’un moteur électrique synchrone à aimant permanent de 167 chevaux monté sur l’essieu arrière, pour un tout plus léger et moins coûteux. Même si nous ne serons probablement jamais prêts à abandonner complètement le volant, un petit véhicule comme celui-ci pourra très bien gérer la circulation à notre place.

Source(s) : Audi