Uncategorized

La deuxième partie du plan de Tesla : bientôt un camion et un semi-remorque

Tesla has even bigger dreams than Model 3

Tesla has even bigger dreams than Model 3

Il y a déjà 10 ans, Tesla Motors avait presque prophétisé son propre avenir dans un billet de blogue écrit par le PDG de l’entreprise, Elon Musk, et intitulé « Le plan directeur secret de Tesla Motors ». Récemment, le constructeur a dévoilé la deuxième partie de ce plan directeur, et elle est absolument géniale. Comme l’on s’y attendait, M. Musk a annoncé son projet d’intégrer SolarCity dans Tesla, mais le plan présente aussi la stratégie de l’entreprise pour révolutionner le transport, la fabrication et l’expédition. Oh, et on annonce l’arrivée d’une camionnette Tesla.

Voici donc un résumé de l’ensemble du plan directeur :

En gros, la deuxième partie comprend les points suivants :

  • Créer de merveilleux toits solaires avec compartiments à batterie parfaitement intégrés.
  • Agrandir la gamme de véhicules électriques afin de toucher à tous les principaux segments.
  • Mettre sur pied une technologie de conduite autonome 10 fois plus sécuritaire que la conduite traditionnelle grâce au partage élevé entre les véhicules.
  • Permettre à la voiture d’engendrer un revenu pour la propriétaire lorsqu’il ne l’utilise pas.

Tesla-Powerwall-battery-system

Nous étions au courant du premier élément depuis longtemps. M. Musk rappelle même qu’« offrir de l’énergie solaire » fait partie des objectifs de Tesla et est même inscrit sur le site Web depuis 10 ans. Le constructeur a récemment annoncé son projet de rachat de SolarCity, une autre entreprise à laquelle participe M. Musk. Le but est d’intégrer les activités liées à l’énergie solaire de SolarCity à Tesla Energy et son Powerwall, assurant à la société unifiée ainsi créée une position solide en tant que fournisseur d’énergie renouvelable.

Puis, enfin, les détails intéressants : M. Musk a déjà fait savoir qu’il aimait l’idée d’une camionnette Tesla, mais nous avons enfin la confirmation que le projet est bel et bien dans les plans! Le PDG a également annoncé l’arrivée prochaine d’un multisegment compact plus petit que le Model X.

« Aujourd’hui, Tesla se tourne vers deux segments relativement restreints de berlines et de VUS haut de gamme. La Model 3, un futur VUS compact et un nouveau type de camionnette nous permettront de toucher à une grande partie du marché de la consommation. »

Et ce n’est pas tout! M. Musk veut également se tourner vers le transport commercial et de charges lourdes avec un autobus et un semi-remorque électriques; ces projets seraient actuellement dans les premiers stades de développement. Selon lui, le semi-remorque Tesla permettra de « réduire de beaucoup les coûts du transport de marchandises tout en améliorant la sécurité et en étant beaucoup plus amusant à conduire ». On ne sait pas encore comment l’autonomie de la batterie sera assurée pour ces véhicules devant parcourir de longues distances, mais les modèles devraient être prêts à être dévoilés l’an prochain.

Puis, M. Musk illustre sa vision pour les autobus de l’avenir :

« Avec l’avènement de la conduite autonome, il sera tout à fait logique de réduire la taille des autobus et de transformer le rôle de chauffeur en responsable de parc. La congestion routière diminuera grâce à une plus grande densité de voyageurs pour la surface de l’autobus; on éliminera l’allée centrale et installera des sièges où les portes se trouvent actuellement. L’accélération et le freinage suivront ceux des autres véhicules, évitant ainsi la façon dont les autobus traditionnels, très lourds, entravent la circulation fluide sur la route. L’autobus va aussi porter les usagers jusqu’à leur destination. Des boutons d’appel fixes aux arrêts d’autobus serviront aux personnes qui n’ont pas de téléphone. La conception sera adaptée aux fauteuils roulants, aux poussettes et aux vélos. »

Les ingénieurs de Tesla sont sans doute très occupés avec ces projets, mais M. Musk affirme que l’entreprise concentre aussi ses efforts pour améliorer la fabrication. Le PDG croit qu’augmenter le volume de production est la solution pour accélérer l’avènement d’une culture basée sur l’énergie durable – c’est d’ailleurs pourquoi il vise une capacité de production annuelle totale de 500 000 unités d’ici 2018.

« Une analyse de la production automobile qui s’appuie sur des principes de base de la physique indique qu’il serait possible de quintupler, même décupler la production de la troisième version de la machine avec un cycle de version d’environ 2 ans. La première machine de fabrication de la Model 3 est ainsi la version 0.5, et la version 1.0 devrait être mise au point en 2018. »

Puis, le fondateur de Tesla se penche sur la conduite autonome. Il commente le récent accident mortel impliquant une Model S en mode Autopilot en expliquant les raisons pour lesquelles Tesla décrit Autopilot comme un système « bêta » :

« Il ne s’agit pas d’un logiciel bêta comme l’on entend normalement. Toutes les mises à jour passent par un processus de validation interne complet avant d’être offertes aux consommateurs. Mais on le qualifie de bêta afin d’assurer que les conducteurs demeurent vigilants et pour rappeler que le système est toujours en train d’être amélioré (Autopilot est toujours désactivé par défaut). Lorsque nous pourrons nous assurer qu’Autopilot est 10 fois plus sécuritaire que la moyenne des véhicules aux États-Unis, nous retirerons l’étiquette bêta. »

Musk affirme qu’au fur et à mesure que la technologie s’améliorera, tous les véhicules Tesla seront adaptés à la conduite entièrement autonome et que leur sûreté intégrée sera garantie, ce qui signifie que si un élément du système brise, la voiture pourra quand même fonctionner de manière autonome et être sécuritaire. Il indique que la validation du logiciel prendra beaucoup plus de temps que l’installation des caméras, sonars, radars et ordinateurs nécessaires. Tesla s’attend à ce que les organismes de réglementation de partout dans le monde approuvent des voitures autonomes lorsqu’un total de 10 milliards de kilomètres de conduite autonome sera accumulé. « Pour l’instant, les véhicules autonomes parcourent un total d’un peu plus de 5 millions de kilomètres par jour », affirme M. Musk. Ensemble, les conducteurs de Tesla ont cumulé un total de plus de 200 millions de kilomètres en mode Autopilot.

2015-Tesla-Model-S-P90D-autopilot-feature

Lorsque la conduite autonome sera officiellement approuvée, M. Musk promet que vous pourrez « dormir, lire ou faire ce que vous voulez pendant que votre voiture vous mènera à votre destination ». Vous pourrez aussi appeler votre Tesla « à partir d’à peu près n’importe où ». Grâce à cette capacité, une application Tesla pour téléphones vous permettra de partager votre voiture lorsque vous ne l’utilisez pas en échange d’un revenu supplémentaire. Selon M. Musk, cette fonction permettra de réduire le coût de la voiture pour le propriétaire, puisque la plupart des voitures ne sont utilisées que pendant 5 à 10 % de la journée. C’est aussi la raison pour laquelle Tesla n’envisage pas de construire une voiture moins chère que la Model 3, dont le prix de départ est de 35 000 $ US.

La conduite entièrement autonome permettra aussi au constructeur d’intégrer le marché du jumelage entre conducteurs et passagers. Tesla devrait exploiter son propre parc de véhicules « dans les villes où la demande est plus grande que l’offre pour les voitures appartenant aux clients ».

Certaines des idées décrites dans le billet du blogue semblent un peu trop belles pour être vraies, mais c’était également le cas de la première partie du plan directeur. Les objectifs de Tesla sont-ils réalistes? Seul l’avenir nous le dira.

Pour lire le plan directeur ultrasecret de Tesla, cliquez ici (en anglais seulement).