Actualités

La Cruise AV : la première voiture autonome de production de GM

Des véhicules autonomes sans volant ni pédales d’ici 2019

Des véhicules autonomes sans volant ni pédales d’ici 2019

General Motors a dévoilé la Cruise AV, sa première voiture entièrement autonome prête pour la production qui sera utilisée au sein d’un parc dédié au covoiturage en 2019.

Basée sur la Chevrolet Bolt électrique, la Cruise AV est une berline électrique conçue pour être entièrement autonome – elle ne possède ni volant ni pédales. Cela signifie que chaque siège est un siège passager et que le conducteur est remplacé par une intelligence artificielle et des technologies connexes.

Il s’agit de la quatrième version du véhicule autonome mis au point par GM et Cruise Automation, une entreprise que le constructeur a achetée en 2016, au cours des 18 derniers mois. Et le PDG de GM, Dan Ammann, promet qu’elle ne sera pas la dernière. Au départ, le constructeur s’est contenté de moderniser les véhicules en leur ajoutant un lidar, des capteurs et d’autres technologies permettent d’analyser l’environnement et de prendre des décisions de conduite, mais l’objectif a toujours été d’offrir une voiture autonome personnalisée.

GM a présenté le prototype de troisième génération en octobre dernier et l’a mis à l’essai à San Francisco, dans une zone spécialement délimitée pour assurer que les véhicules puissent faire face à toutes sortes de situations. GM avait alors construit environ 50 véhicules que des employés de Cruise Automation ont essayés sur les routes de la région de la baie de San Francisco. Des essais des différents modèles de Bolt sont également en cours à Phoenix, en Arizona, et d’autres sont prévus à New York afin de voir si les véhicules pourront survivre à des climats plus rudes. Toutefois, ce n’est qu’à San Francisco que la population sera invitée à participer.

La prochaine étape du projet est prévue pour 2019, lorsque le nouveau véhicule de production, assemblé à l’usine d’Orion dans le Michigan, débarquera sur les routes.

Bien sûr, GM devra aussi s’assurer que les réglementations ne posent pas trop problème. À l’heure actuelle, environ 16 règlements sur la sécurité des véhicules automobiles en vigueur aux États-Unis ne s’appliquent pas aux voitures autonomes; difficile de s’assurer de la présence d’un coussin gonflable dans le volant lorsqu’il n’y a tout simplement pas de volant, par exemple. La semaine dernière, GM a déposé auprès de la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) une requête qui répondrait aux mêmes exigences en matière de sécurité, mais par différents moyens. Cette requête devra être approuvée pour que la Cruise AV puisse rouler sur les routes des États-Unis comme prévu en 2019.

GM doit également respecter les lois de tous les différents États – ou même changer ces lois lorsqu’aucune autre solution n’existe. Pour l’instant, la conduite autonome n’est permise que dans 7 États, dont la Californie et le Michigan.

Le constructeur n’a pas encore dit où sera déployé le parc de véhicules de covoiturage autonomes, encore moins s’il sera inauguré vers le début ou la fin de 2019, mais il est très probable que ce soit en Californie.

Les représentants de GM ne veulent pas non plus s’avancer sur la taille du parc, mais les règlements de la NHTSA permettent jusqu’à 2500 véhicules. M. Ammann affirme que l’usine d’Orion, où la Bolt est déjà assemblée, pourra très bien s’occuper de la construction des voitures autonomes. GM voudrait un jour construire des centaines de milliers de véhicules autonomes par année, un peu comme les véhicules à conducteur d’aujourd’hui.

Selon M. Amman, les effets de ces avancées technologiques seront ressentis partout dans le monde, puisque l’objectif est de rendre le transport plus abordable, humain et universel. GM prévoit que, d’ici 2025, le covoiturage pourrait coûter moins d’un dollar par kilomètre parcouru et que ce type de service pourrait se retrouver au cœur de ses activités.

Le constructeur a d’ailleurs rédigé un rapport de sécurité relatif à la conduite autonome qu’on peut lire sur son site Web. Ce rapport donne un aperçu de la mission en matière de sécurité routière, de la conception des véhicules, de leur fonctionnement, des redondances, de l’électricité, du freinage et des autres systèmes qui prendraient la relève en cas de défaillance.

Doug Parks, le vice-président des technologies autonomes de GM, explique que le véhicule pourra, entre autres, fermer automatiquement les portes si les passagers oublient ou en sont incapables. Les détails de la voiture sont toujours en cours de finalisation.

M. Parks dit également que le constructeur cherche à s’assurer d’avoir un bon fournisseur de lidars abordables et d’autres solutions pour répondre à la demande.