Prix Voiture de l’année

Introduction à la Voiture de l’année 2019 : Tout n’est pas encore perdu

La voiture est morte, vive la voiture!

La voiture est morte, vive la voiture!

Le monde a beaucoup changé depuis que nous avons décerné notre premier Compas d’or pour Voiture de l’année à Cadillac, en 1949. Les voitures sont passées d’une forme dominante de transport à une simple option parmi les VUS, les camionnettes, le transport en commun et, oui, ces scooters électriques agaçants qui filent maintenant sur nos trottoirs.

Bien qu’on ait écrit énormément d’articles déplorant la mort de la voiture traditionnelle et la montée des modes de transport alternatifs, si la liste de nos concurrentes au titre de Voiture de l’année de cette année prouve quelque chose, c’est bien que si le marché de la voiture de tourisme est assiégé, il ne se laissera pas couler sans se défendre.

Cette année, 20 modèles différents totalisant 36 variantes, dont des berlines, des familiales, un coupé à quatre portes (peu importe ce que c’est…) et une minifourgonnette, sont de la compétition. Non seulement ont-ils été créés par des constructeurs de partout dans le monde, mais ils ont été construits dans des usines situées partout dans le monde. Il y a des voitures à hayon de marques sud-coréennes assemblées au Mexique, des berlines suédoises construites en Caroline du Sud et même une minifourgonnette américaine fabriquée en Espagne, ce qui montre bien la réalité de l’économie mondiale malgré l’évolution constante des sentiments commerciaux nationalistes.

Ces véhicules ont des objectifs aussi variés que leurs lieux de fabrication. La liste des concurrentes de cette année se distingue des précédentes par le nombre de véhicules de luxe et compacts qu’elle contient. Malgré la baisse de popularité de ces segments, des constructeurs comme Audi, Buick, Genesis, Mercedes-Benz et Volvo ont lancé cette année de nouvelles berlines et familiales haut de gamme pour tirer le meilleur parti possible de la part de marché en décroissance des voitures. (Quant à savoir si ces modèles apportent des profits à leur constructeur, c’est une autre question.) À l’inverse, des constructeurs comme Honda, Hyundai, Kia et Toyota ont dévoilé diverses petites voitures qui prouvent qu’il n’est pas nécessaire de dépenser beaucoup d’argent pour obtenir une bonne économie de carburant, une performance satisfaisante ou un style attirant.

Il est toujours difficile de choisir une gagnante, mais heureusement, nous avons nos six critères clés et nous profitons pleinement du centre d’essais de Hyundai, en Californie.

Après une semaine de rigoureux tests instrumentés, il est temps de passer à des évaluations un peu plus subjectives. En gardant à l’esprit nos six critères – l’évolution du design, l’efficacité, l’excellence en matière d’ingénierie, le respect du rôle prévu, la sécurité et le prix – nos juges ont passé deux journées de 14 heures à déterminer lesquelles des concurrentes ne sont pas notre Voiture de l’année.

Nos critères sont très importants. Un hypothétique coupé sportif dont le comportement dans les virages sur la piste sinueuse de Hyundai nous fait penser au Titanic va couler pour non-respect du rôle prévu. Une berline de luxe avec des sièges arrière qui tremblent sur la section des surfaces spéciales échouera lorsqu’il est question d’excellence en matière d’ingénierie.

Après ces journées imprégnées de soleil brûlant, nous séparons les prétendantes des véritables aspirantes. À la fin de cette brutale étape, il ne restait que six véhicules qui, selon nous, répondaient à nos critères.

Bien que d’autres magazines automobiles puissent s’arrêter là et se féliciter d’un travail bien fait, nous sommes les seuls à avoir le courage et la rigueur méthodologique nécessaires pour continuer nos essais afin de couronner une seule championne.

Nous quittons le centre d’essais et, au beau milieu de la nuit, entreprenons avec nos aspirantes un trajet sur l’autoroute 58 en direction ouest jusqu’à la ville de Tehachapi, dans le désert. Le poids de cette énorme responsabilité commence à se faire sentir.

Au cours des jours suivants, nous conduisons chacune de nos finalistes sur notre boucle éprouvée de 44,4 km, l’épreuve ultime. Les conditions diverses et les surfaces routières que la boucle contient imitent parfaitement toutes les situations auxquelles le conducteur nord-américain moyen peut faire face chaque jour. Chaque panneau d’arrêt est traité de la même façon pour tester le choc de changement de rapport à basse vitesse. Tous les systèmes d’aide au suivi de voie sont activés sur le même tronçon de route aux marques quasi effacées pour voir si ces technologies semi-autonomes sont prêtes pour la vraie vie. Et le passage à niveau à un angle étrange qui secoue la suspension doit être frappé exactement à la même vitesse par chaque véhicule. Vous voyez le genre. Notre processus est peut-être pointilleux, mais il est nécessaire pour noter les défauts qui pourraient amener un propriétaire de véhicule à s’arracher les cheveux des mois après l’achat.

Une fois que nos finalistes ont toutes été évaluées avec justesse, un débat sain s’ensuit. À la fin de nos délibérations énergiques (avec un vote secret pour s’assurer qu’aucune personnalité forte ne puisse influencer un vote à main levée), nous avons non seulement couronné notre Voiture de l’année 2019, mais nous avons aussi prouvé que, 70 ans après notre premier prix de la Voiture de l’année, la voiture traditionnelle est toujours bien vivante.