Prix VUS de l'année

Infiniti QX50 : aspirant au titre de VUS de l’année Motor Trend 2019

Nous aimons : son fantastique moteur, son style magnifique, son habitacle spacieux

Nous n’aimons pas : la TVC décevante, le système d’infodivertissement frustrant

Un petit bijou de technologie motorisée repose sous le capot de l’étonnant QX50, mais ce magnifique multisegment de luxe perd des points à cause de sa boîte de vitesses et de son système d’infodivertissement.

Le nouveau moteur turbocompressé à compression variable et à quatre cylindres du constructeur, bon pour 268 chevaux, a un excellent potentiel, malheureusement impossible à réaliser puisqu’il est jumelé à une TVC décevante. Les TVC peuvent fournir un déplacement en douceur, mais dans ce cas, la transmission a de la difficulté à gérer le moteur, ce qui entraîne parfois des coups et une expérience de conduite qui manque de raffinement.

« Il y a un conflit constant entre les nombreuses variables du moteur et les variables de la boîte de vitesses », a expliqué Frank Markus.

Avant de conduire le QX50, cependant, les gens vont certainement le regarder. Le design impeccable d’Infiniti rehausse efficacement le joli QX30. À l’intérieur d’un QX50 en version Autograph, l’intérieur accueille le conducteur avec une combinaison époustouflante de bois mat de couleur pâle, d’une garniture en ultrasuède bleu foncé, de sièges en cuir semi-aniline avec surpiqûres blanches en motif diamant et d’un tableau de bord supérieur brun. À tout le moins dans sa version à plus de 60 000 $, le QX50 à l’air aussi luxueux qu’il le devrait. La première impression positive se poursuit avec la banquette arrière et l’aire de chargement, toutes deux très spacieuses.

Mais l’ensemble de l’œuvre commence à s’appauvrir quand on le regarde de plus près. Il n’y a ni Apple CarPlay ni Android Auto, et l’affichage à double écran d’Infiniti continue de traîner derrière le reste de l’industrie en matière de convivialité. La console centrale comprend un écran de navigation dans le haut, avec un écran d’information multi-usage au bas, entouré de boutons – mais il n’y a pas de bouton de réglage ni de boutons de contrôle pour le système de climatisation. Angus MacKenzie a dit du système d’infodivertissement qu’il était « si complexe qu’il en devient frustrant », et Scott Evans l’a décrit comme une « expérience utilisateur catastrophique ». Jusqu’à ce qu’Infiniti puisse réviser le système d’infodivertissement et réparer le mariage du moteur et de la boîte de vitesses, le QX50 demeurera simplement un concurrent attrayant.