Actualités

EXCLUSIVITÉ! Performance des Corvette C7 et C8 sur la piste selon notre pilote professionnel Randy Pobst

Test du modèle 2020 avec l’équipe d’ingénieurs de Chevrolet

Test du modèle 2020 avec l’équipe d’ingénieurs de Chevrolet

La Corvette a longtemps été le bolide rebelle du circuit, le Bart Simpson des supervoitures. Grossier, bruyant, bon marché, imprévisible et difficile à contrôler, mais rapide et amusant à sa façon. Aujourd’hui, la Corvette a enfin grandi. Le modèle C8 est plus sophistiqué, compétent et mature que jamais. Récemment, nous avons eu l’honneur d’effectuer quelques tours de piste exclusifs sur le circuit Virginia International Raceway (VIR) avec la Chevrolet Corvette Z51 2020 en conduisant la rivale de la 911 en configuration route et piste.

À notre agréable surprise, Chevrolet nous a également prêté une C7 Grand Sport 2019, que je considère comme la version ayant la meilleure tenue de route de toutes celles du modèle C7. Lors de cet essai, le constructeur a exigé qu’un passager m’accompagne et la victime n’a été nulle autre que Mike Petrucci, l’ingénieur responsable du développement de la Corvette.

Si vous êtes un adepte de Motor Trend, vous connaissez mes critiques au sujet du comportement de la C7 lors d’une conduite à grande vitesse. Plus précisément, sur la façon dont elle dépasse si soudainement la limite d’adhérence. La C7 a le douteux privilège d’être l’une des seules voitures d’essai dans lesquelles je laisse le système de contrôle de la stabilité en marche, quoiqu’en réglage minimal, en prévention d’une vrille gênante et possiblement dangereuse lors des tours de rodage en raison du brusque survirage de puissance instantané.

Et j’ai dit ce que je pensais. « Il y a un flottement à l’arrière, Mike, qui a toujours été là, et plus vous ajoutez de la puissance sur le châssis, plus ça empire. » Mon sixième sens a toujours été alerté par la C7, en particulier lorsqu’on lui donne de la puissance. Maintenant qu’il n’y a plus de Corvette C7 à moteur avant, les ingénieurs permettent que les ressorts transversaux à lame influencent le taux de compression des ressorts aux roues, et qu’ils aient même un composant antiroulis. C’est tout à fait plausible, parce que la voiture sautillerait à l’arrière. De plus, la conduite était plutôt douce sur la piste, elle absorbait les impacts rapides comme les bordures, mais avec trop peu de contrôle de la vitesse d’amortissement à haute vitesse.

Impressions sur la Corvette 2020 réglée pour la route

C’est en configuration pour la route que j’ai conduit mes premiers tours au volant de la nouvelle Corvette C8 à moteur central. Plein d’enthousiasme, j’ai bouclé ma ceinture à bord d’un habitacle amélioré, et bien que le volant carré soit un peu étrange, je ne l’ai presque pas remarqué. J’ai laissé Mike appuyer sur les boutons pour régler les nombreux modes possibles selon ses recommandations, en lui demandant seulement d’éteindre tous les systèmes autonomes (de contrôle de la stabilité); c’est moi qui veux conduire, merci. En gros, cela signifie la sélection du mode Course.

Pour tout connaître de la Corvette C8 et de ses prédécesseures, consultez le site motortrend.com/corvette (en anglais seulement).

J’ai été emballé par ma première impression. Le flottement avait finalement disparu – hourra! Ensuite, la réponse immédiate de la direction était simplement sublime. Rapide et stable quand j’ai amorcé le virage, la voiture a révélé un vif survirage au lever de pied lorsque j’ai relâché le frein. Les deux réactions sont de toute évidence influencées par le faible moment d’inertie polaire du moteur central. J’ai ensuite remarqué l’adhérence au sol de la C8 alors que j’accélérais après une courbe semblable à celle du circuit VIR où était le vieux chêne. Incroyable! La voiture se propulse et reste bien équilibrée, même si on a l’impression qu’elle va se cabrer!

J’ai constaté un dérapage latéral graduel constant en troisième et quatrième rapports en sortant plus rapidement de la courbe. La C8 a un survirage de puissance plus marqué à 130 km/h qu’à 65 km/h. C’est inhabituel. Le freinage était ferme et stable suivi d’une plongée modérée de l’avant. Il y a eu un certain délai, à moins que ce ne soit dû au degré d’engourdissement de la pédale électronique, ce que je craignais, et les freins ont été refroidis par de bons conduits de frein du groupe performance Z51. Enfin, il n’y avait plus de flottement, un meilleur amortissement de la suspension, mais rien de trop ferme.

Impressions sur la Corvette 2020 réglée pour la piste

Ensuite, nous sommes passés aux réglages pour la piste. Chevrolet nous a montré les spécifications, lesquelles se résument simplement à un carrossage négatif à l’avant comme à l’arrière. Les ingénieurs sont fiers de l’augmentation de la plage de réglage et de l’angle de huit degrés de chasse, sur route ou sur piste, ce qui est beaucoup. La chasse a l’avantage de créer un gain de carrossage lorsque les roues sont tournées, ce qui est particulièrement bien en virages serrés, et d’avoir une grande force d’autocentrage, ce qui procure de la stabilité et la sensation d’être bien centré. L’augmentation de la chasse déplacera transversalement le poids du châssis, car la roue extérieure pivote en arc de cercle ascendant lorsque la roue intérieure pivote vers le bas. La première et la dernière de ces mesures ont généralement pour but de réduire le sous-virage. Le carrossage supplémentaire a eu pour effet d’améliorer considérablement l’adhérence générale, ce qui a réduit, sans toutefois les éliminer, les caractéristiques reliées au sous-virage en milieu de courbe et au survirage au relâchement de l’accélérateur, et d’améliorer le passage des rapports plus élevés. Les caractéristiques de base de ce sous-virage et de ce survirage se faisaient toujours sentir, mais pas autant.

Les temps ont été plus rapides de 2 à 3 secondes avec moins de chutes de vitesse et une meilleure adhérence sur une longue course. Pour compléter le tout, une boîte de vitesses à double embrayage et à huit rapports, laquelle fonctionnait assez bien à plein régime, ajoute aux performances d’un produit nettement supérieur signé Corvette. En plus de porter fièrement l’insigne du constructeur automobile, ce dernier modèle marque le début d’un nouveau chapitre au XXIe siècle, où les progrès seront possibles. Le pas en arrière en ce qui concerne le moteur représente un énorme pas en avant pour la Stingray.