Essais

Essai du prototype de la Hyundai Sonata 2020 : trois impressions sur la piste

Un essai d’un prototype de la berline intermédiaire Hyundai

Un essai d’un prototype de la berline intermédiaire Hyundai

Après avoir vu de près la Hyundai Sonata 2020 au centre de recherche et de développement du constructeur à Namyang, juste à l’extérieur de Séoul, en Corée du Sud, nous avons pu conduire quelques-uns des premiers prototypes.

Nous avons pris le volant de ce que Hyundai appelle les prototypes P1, qui représentent le premier stade des quatre prototypes (P1, P2, M1 et M2) construits avant la production de série. Bien que les véhicules M1 et M2 soient fabriqués à partir de pièces de l’outillage de production finale et qu’ils soient visuellement indissociables des unités vendues au détail, les P1 sont en grande partie construits à la main et possèdent des pièces extérieures et intérieures dont la couleur et la texture pourraient ne pas correspondre au reste de la voiture, ou même, dans certains cas, être complètement lisses et non peintes. Les pneus sont également encore en cours de développement à l’étape P1. Au studio de conception, la Sonata haut de gamme munie du moteur turbocompressé de 1,6 litre que nous avons vue chaussait des pneus d’été Hankook Ventus V12 Zero2 (245/40/ZR19), tandis que la Sonata grise avec moteur de 2,5 litres était munie de pneus toutes saisons Pirelli PZero 235/45/R18. Ni l’un ni l’autre de ces pneus a été confirmé pour la Sonata de production, et sur la piste, nous avons conduit des prototypes sur des pneus Continental.

Voici trois choses que nous avons apprises lors de notre essai des prototypes de la Sonata 2020 :


PAS DE SURPRISE DU CÔTÉ DE LA MANIABILITÉ

Trois tours sur une courte piste de maniabilité, c’est trop peu pour tirer des conclusions définitives, mais ce que nous pouvons dire, c’est que vous ne serez pas surpris par la Sonata 2020. Notre P1 était équipée du moteur turbocompressé de 1,6 litre à quatre cylindres amélioré, et rien ne se distinguait – ni pour le meilleur, ni pour le pire – dans la façon dont elle accélérait, freinait ou se retournait. Comme l’on s’y attendait, la voiture a souffert de sous-virage vers le milieu de la piste, dans le seul virage à gauche à rayon décroissant de l’essai. Faire tourner davantage le volant dans ce virage de plus en plus serré n’était pas suffisant pour corriger le tir. Ce n’est qu’après avoir levé le pied de l’accélérateur pour réduire un peu la vitesse que l’on a pu redresser l’avant de la voiture. La boîte de vitesses automatique à huit rapports Smartstream de Hyundai offre des changements en douceur, et vous pouvez certainement sentir la programmation correspondant à la conduite d’une berline familiale à faible consommation de carburant, malgré son design attrayant. Même lorsqu’on utilisait les palettes de changement de rapports, la boîte changeait de vitesse bien avant que le tachymètre n’atteigne le régime critique, que l’on soit en mode sport ou non. Le bruit de la route et du vent pénétrait dans l’habitacle, mais à ce stade précoce de la conception et sur des pneus d’essai, on comprend que ce problème sera corrigé en temps et lieu.


NAVIGUER SUR LES AUTOROUTES

Lors d’une brève réunion, l’ingénieur en chef de Hyundai, Albert Biermann, a rapidement passé en revue les caractéristiques techniques du tout nouveau moteur de base, le Smartstream GDI 2.5. Ce nouveau moteur à quatre cylindres et à cycle d’Atkinson est doté d’un système d’injection directe à ports multiples, de la distribution à programme variable continue, d’un collecteur d’échappement intégré, ainsi que de systèmes de recirculation des gaz d’échappement et de refroidissement des blocs-cylindres et des culasses optimisés thermiquement. Il est clair que Hyundai accorde la priorité à l’efficacité et aux émissions plutôt qu’à la pure performance. M. Biermann l’a confirmé en disant : « Ja, la 2.5 est une voiture de promenade, c’est certain. »

Un tour en tant que passager et un autre en tant que conducteur autour de la piste ovale de 4 km de Namyang nous a l’a bien confirmé. Avec une puissance prétendue de 191 chevaux et un couple de 181 lb-pi, la Sonata GDI 2.5 peut entrer sur une piste d’essai bondée sans crainte ni angoisse. L’accélération n’est pas puissante au point de vous couper le souffle, mais l’habitacle est silencieux et calme, même sécurisant lorsque vous utilisez certains des systèmes avancés d’assistance à la conduite, comme le régulateur de vitesse adaptatif.


PRATIQUEMENT IMPERTURBABLE

Sur le périmètre intérieur de l’ovale haute vitesse, il y a une route à deux voies, que nous avons parcourue dans la Sonata P1 équipée du même moteur GDI 2.5.

L’équipe de Motor Trend a passé plus de 12 ans sur les terrains d’essai de Hyundai, en Californie, parcourant la piste de maniabilité, l’ovale à haute vitesse et les surfaces spéciales dont les voies sont faites de divers matériaux, avec différentes caractéristiques, destinées à offrir une variété de sensations routières. La piste de Namyang, elle, est très différente, longue et large de deux voies seulement, avec de grandes étendues de surfaces et des « événements »; on est loin de la surface compacte pleine de caractéristiques que l’on trouve en Californie.

Comme sur les autres pistes, il n’y a pas eu de véritables surprises à propos de la conduite du prototype de la Sonata 2020. Aucune des surfaces grossières ou non finies n’a causé des bruits ou des vibrations inacceptables à l’intérieur de la voiture, et le rugissement des pneus était étonnamment faible, même à des vitesses avoisinant les 100 km/h sur un terrain accidenté. Les buttes et les collines étaient atténuées sans l’écrasement des butées et sans bruit provenant de la suspension. La Sonata semble pratiquement imperturbable; elle a roulé avec facilité sur un tronçon de route inégal qui faisait pencher l’horizon vers la droite d’environ 15 degrés.


NOTRE VERDICT

Il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions. Au total, nous avons passé moins de 20 minutes à conduire deux prototypes différents sur trois pistes d’essai différentes. Un ingénieur de Hyundai était toujours assis du côté passager, de sorte que notre capacité à explorer pleinement les limites de la Sonata n’était pas seulement limitée par le temps. Attendez-vous à des impressions de conduite beaucoup plus détaillées après l’arrivée de la Sonata 2020, lorsque nous aurons l’occasion de passer des heures derrière son volant.

Lisez notre Premier coup d’œil à la Hyundai Sonata 2020 ici (en anglais).