Listes de voitures

Essai du Mazda CX-9 2020 : cinq choses que nous avons apprises lors d’un voyage à Vegas

Des vacances en famille à bord du plus grand VUS de Mazda

Des vacances en famille à bord du plus grand VUS de Mazda

Si vous deviez conduire toute votre petite famille et leurs bagages à Las Vegas pour une longue fin de semaine, quel VUS à trois rangées choisiriez-vous? Alors que nous étions en route vers la ville du péché à l’occasion de l’Action de grâce, nous avons vu défiler des Hyundai Palisade, des Lexus LX 500 et des BMW X7, qui sont tous d’excellents choix. J’étais cependant plus qu’heureux derrière le volant du CX-9 Signature 2020 de Mazda, qui offre maintenant des sièges Capitaine pour la rangée du milieu.

À la fin de l’année dernière, William Walker, photographe de Motor Trend, a dit au revoir à notre CX-9 Touring en essai à long terme. Son verdict? C’est un véhicule élégant, confortable et amusant à conduire. Considérant que le CX-9 est pratiquement inchangé pour 2020, nous ne nous attendions pas à être étonnés par le finaliste du VUS de l’année 2017. Toutefois, rouler plus de onze heures en famille nous réserve toujours quelques surprises. Voici ce que nous avons appris en cinq jours et plus de 1125 km parcourus.


Insérez une blague nautique ici

Le plus grand changement apporté au CX-9 pour 2020 est l’ajout des sièges Capitaine que j’ai déjà mentionnés. Ces sièges ont d’ailleurs fait une énorme différence dans la façon dont ma famille a vécu ce long trajet. Comme nous ne sommes que quatre, l’absence d’un siège central dans la deuxième rangée n’a posé aucun problème, et les sièges arrière chauffants avec leurs réglages avant et arrière ont été grandement appréciés. En fait, à un moment donné, la cabine du Mazda est devenue étonnamment silencieuse. Quand j’ai jeté un coup d’œil à mes passagers, tout le monde était confortablement installé et rattrapait un peu de sommeil pendant que je nous conduisais consciencieusement à travers la nuit.


Un confort comme on ne l’a jamais expérimenté

Nous sommes de grands amoureux de Las Vegas et sommes allés plus d’une fois dans la ville du péché. La liste des véhicules que nous avons conduits pour nous y rendre comprend une Jaguar XJ8, un Acura MDX et une Golf GTI. La raison pour laquelle je vous dis cela, c’est que le CX-9 était de loin le véhicule le plus confortable et le plus douillet que nous ayons eu pour parcourir le long trajet en ligne droite sur l’autoroute 15. La suspension absorbait les bosses et les nids-de-poule que présentait le pavé négligé, et l’habitacle était silencieux et nous coupait du monde extérieur; exactement ce que l’on recherche pour un long trajet. Nous étions officiellement choyés.


Tout le mauvais temps, aucun souci

Une tempête assez violente a balayé la Californie pendant la semaine de l’Action de grâce, déversant pluie et neige sur les routes entre Los Angeles et Las Vegas. Le trajet vers Vegas a commencé sur le pavé sec, mais trois heures de route plus tard, dame nature se déchaînait, nous envoyant une pluie si forte que nous pouvions à peine voir la voiture devant nous. Or, la traction intégrale du Mazda a fait un excellent travail sur la chaussée détrempée. Sur le chemin du retour, l’application Plans d’Apple nous a avertis que la circulation sur l’autoroute 15 était si dense que nous serions coincés dans un embouteillage pendant quelque trois heures supplémentaires. Redoutant ce ralentissement, nous avons décidé de traverser cette partie de l’État en direction de Lancaster et de prendre l’autoroute Angeles Crest pour rentrer chez nous. C’est alors que dame nature a de nouveau relâché sa colère sur nous. Les averses de neige tombées le long des montagnes la veille signifiaient que les routes étaient mouillées dans la plupart des endroits et verglacées dans d’autres; or pour le CX-9, la météo n’avait que peu d’importance. En fait, même chargé au maximum de sa capacité avec quatre passagers sur des routes glissantes, sinueuses et à la chaussée humide, le gros VUS s’est avéré agile et plutôt amusant à conduire.


La taille compte toujours

Le CX-9 est un VUS pour sept passagers – ou six, comme dans notre configuration – mais il est tout de même petit pour ce type de VUS. Une fois les sièges arrière rabattus, il y avait à peine assez d’espace pour deux valises (une grande et une moyenne) et deux ou trois sacs à dos. Les valises occupaient la quasi-totalité de l’espace au plancher de l’aire de chargement, nous avons donc dû empiler nos sacs supplémentaires par-dessus. J’ai aussi été surpris de constater que, depuis le siège du conducteur, près de la moitié de ma vue à l’arrière était obstruée. Cela m’ennuie toujours, alors après un petit remaniement, j’ai réussi à réduire l’obstruction à 25 %. C’était mieux, mais tout de même pas génial. Le CX-9 pourrait être rallongé quelque peu.


Six rapports en 2019?

La boîte de vitesses du CX-9 est une excellente automatique et, quant à moi, je suis extrêmement reconnaissant de l’absence d’une TVC dans ce véhicule. Cela dit, la boîte automatique n’a que six rapports en marche avant et, dans le monde de l’automobile, c’est tout simplement dépassé. Bien que le réglage de la boîte soit excellent, la sixième vitesse n’est présente que pour l’économie de carburant, et cela paraît. À 130 km/h, le moteur à quatre cylindres ne tourne qu’à environ 2500 tours par minute. C’est bon pour l’économie de carburant, mais quand vient le temps dépasser rapidement un semi-remorque, cela laisse à désirer. Appuyer à fond sur l’accélérateur a entraîné un retard perceptible, rendant la manœuvre de dépassement incertaine, ce qui n’est pas normal. À l’heure actuelle, les boîtes de vitesses à huit rapports en marche avant semblent constituer la norme, et je crois bien que le VUS de Mazda pourrait bénéficier de ces deux rapports supplémentaires.