Listes de voitures New York Salons de l'auto

Duel automobile : Toyota Highlander 2020 contre Ford Explorer 2020

Le meilleur VUS à 3 rangées est-il un Toyota ou un Ford?

Le meilleur VUS à 3 rangées est-il un Toyota ou un Ford?

Les deux meneurs du segment des VUS à 3 rangées ont récemment subi des refontes : le Ford Explorer qui a fait ses débuts à Detroit en janvier et le Toyota Highlander qui a été dévoilé la semaine dernière, à New York. Avec chacun près de 250 000 unités vendues annuellement, ils sont cruciaux aux bénéfices nets de ces rois automobiles. Alors nous avons examiné l’Explorer et le Highlander de tous les côtés au Salon de l’auto de New York 2019 pour vous faire savoir lequel est meilleur. À l’approche de leur lancement médiatique, les impressions de conduite se font toujours attendre. Le Salon nous a tout de même donné une bonne idée de ces gros multisegments.


CONCEPTION EXTÉRIEURE

L’Explorer est ciselé, percutant et intimidant lorsqu’on le voit approcher dans le rétroviseur. Lorsqu’il gronde sur la route, vous savez que c’est du solide, si ce style vous convient. Par contre, le hayon en tôle du Ford est étrangement plutôt ordinaire, et ses feux arrière combinés sont assez petits. Le style du Highlander diffère selon l’angle duquel on le regarde. De l’avant, sa calandre aux airs de Subaru et son monogramme semblable à celui de Chrysler sont familiaux et accessibles. Mais de côté, son nez de requin et son toit fuyant fuselé sont décidément bien plus sport, tout comme le carénage arrière et les feux arrière étroits. Toutefois, la ligne de caractère plongeante qui s’étend des portes arrière aux élargisseurs d’ailes arrière semble provenir d’une minifourgonnette. Notre verdict : Égalité.


CONFIGURATION INTÉRIEURE

Le Ford est rempli de plastique bon marché, vieux et bruyant. Sérieusement, nous pensions voir les composants de la dernière génération. Cela dit, l’Explorer offre un bon espace de rangement dans sa console centrale grâce au sélecteur de vitesse rotatif compact. Dans le Highlander, il y a un manque d’espace dû au traditionnel levier PRND, mais il gagne des points pour son couvercle de console centrale qui se rétracte plutôt que de se glisser. Et nous ne saurions en dire assez sur les plastiques à gros grains, l’encliquetage et les courbes haut de gamme de Toyota. Il est également doté d’un écran d’infodivertissement de 12,3 pouces. L’affichage avant est entièrement moderne et élégant. Notre verdict : Toyota, et de loin.


PREMIÈRE RANGÉE

Les sièges de l’Explorer sont à la fois fermes et confortables, et ils assurent un excellent support lombaire. La position de conduite du Ford (illustré ci-dessus) est surélevée et offre une bonne visibilité, tandis que les conducteurs du Highlander voient plus difficilement les coins avant du VUS. Les coussins du Highlander sont plus fermes et une bosse au centre des sièges en cuir est étonnamment proctologique. Les supports latéraux suffisent lors des rares virages serrés, et le support lombaire est adéquat. Notre verdict : Ford.


DEUXIÈME RANGÉE

Les sièges capitaine des deux VUS se replient à plat, se glissent et s’inclinent. Mais le confort des sièges de la deuxième rangée du Ford équivaut à ceux de la première. Les sièges du Highlander sont spacieux, mais fermes; un toit ouvrant panoramique est d’ailleurs livrable. Dans les deux cas, il y a largement d’espace pour qu’un passager mesurant 1,80 m puisse s’asseoir derrière un conducteur de la même taille. Notre verdict : Égalité.


TROISIÈME RANGÉE

Cette rangée ressemble à un banc des pénalités où seulement des préadolescents pourraient prendre place. Dans l’Explorer, l’accès à la troisième rangée ne peut se faire que par l’espace entre les sièges capitaine, et les sièges y sont terriblement fermes. Essayer de franchir la deuxième rangée par la porte de l’Explorer nécessite la taille et les talents d’un yogi. Dans le Toyota, au moins, l’accès par-dessus les sièges repliés de la deuxième rangée est adéquat, si vous êtes prêts à vous écrouler dans votre siège. Notre verdict : Toyota.


CHARGEMENT

Lorsque les sièges sont relevés, l’espace de chargement des deux VUS est environ aussi profond qu’un grand sac de golf, même si l’ouverture du Toyota semble plus large. Une plateforme à propulsion force généralement à réduire l’aire de chargement arrière, mais ce n’est pas le cas du Ford. Que les sièges soient baissés ou non, sa superficie de 515/1356/2486 litres surpasse celle du Toyota, qui est de 456/1150/2076 litres. Sous le couvercle en tapis de l’aire de chargement de l’Explorer se trouve un bac de rangement pour articles mouillés dans lequel pourraient loger une combinaison isotherme et des palmes. Malgré une augmentation de l’empattement de 6 cm, l’espace de rangement du Highlander est moins grand qu’avant, même en considérant le rangement pour articles mouillés, qui partage l’espace avec le pneu de secours. En avançant la deuxième rangée, la troisième rangée des deux véhicules se replie. Notre verdict : Ford, et de loin.


HORS ROUTE

Les deux véhicules offrent une version d’un logiciel adapté au terrain et à différentes surfaces. La conduite de ces véhicules est nécessaire pour évaluer leur compétence hors route. Notre verdict : Égalité.


GROUPE MOTOPROPULSEUR

Le moteur de base turbocompressé de 2,3 litres à quatre cylindres de Ford génère 300 chevaux et 310 lb-pi de couple, jumelé à une boîte de vitesses automatique à 10 rapports. L’Explorer Platinum, au sommet de la gamme, obtient un moteur V6 turbocompressé de 3,0 litres développant 365 chevaux et 380 lb-pi de couple. Pour le Highlander, un seul moteur non hybride est offert : un moteur V6 de 3,5 litres générant 295 chevaux et 263 lb-pi de couple, toujours avec la boîte automatique à 8 rapports. Sa consommation devrait être de 10,7 L/100 km (en ville/sur route). Notre verdict : Ford.


OPTION HYBRIDE

Le moteur hybride de 3,3 litres de l’Explorer produit 318 chevaux et 336 lb-pi de couple, mais obtient une consommation décevante de 9,8 L/100 km. Le Highlander hybride offre le choix d’une traction ou d’une traction intégrale, ce qui en fait une option plus abordable pour les États du sud des États-Unis. Il se fie à un moteur de 2,5 litres à quatre cylindres en ligne combiné à un moteur électrique (avec des batteries au nickel-métal-hydrure à l’ancienne), générant 240 chevaux, mais un stupéfiant 6,9 L/100 km selon l’EPA. Notre verdict : Vous achetez un hybride pour être écologique, pas vrai? Toyota.


REMORQUAGE

L’Explorer de base peut remorquer 2268 kg, tout comme l’hybride (wow!). Le moteur EcoBoost de 3,0 litres en option augmente sa capacité à 2540 kg. Le moteur V6 du Highlander peut également remorquer 2268 kg. Toyota n’a pas fourni la capacité de remorquage du Highlander hybride, mais avec un groupe motopropulseur reconduit, on peut s’attendre à un résultat semblable à celui de l’ancien modèle, soit 1588 kg. Notre verdict : Ford


PRIX

Pour l’Explorer de base, il vous en coûtera 33 860 $ US, frais de livraison compris. Choisissez l’Explorer XLT et ça sera 37 750 $ US. L’Explorer Limited se détaille à 49 225 $ US, plus 4150 $ US pour l’option hybride. La version Platinum élève le prix à 59 345 $ US. Toyota n’a toujours pas annoncé ses prix. Notre verdict : Indécis.


VERDICT

L’Explorer gagne dans plusieurs catégories, mais son intérieur vieillot en plastique nous déçoit énormément. Vous conduisez ce véhicule chaque jour, et Toyota vous récompense avec son intérieur luxueux et sa conception ingénieuse. Si vous transportez des enfants tous les jours, particulièrement dans la troisième rangée, le Toyota est ce qu’il vous faut (surtout si vous conduisez sur de longues distances, puisque l’économie de carburant du Highlander hybride est payante). Mais si vous allez fréquemment au lac avec votre bateau, ou que vous faites régulièrement des courses au Home Depot ou au Costco pour de grandes familles, l’Explorer est possiblement un meilleur choix.