Camion de l’année Prix

Chevrolet Colorado ZR2: finaliste au titre de Camion de l’année Motor Trend 2018

Nous aimons : sa polyvalence, ses capacités hors route et son comportement routier remarquable

Nous n’aimons pas : la boîte de vitesses hésitante

S’il y a bien un aspirant méconnu   au titre de Camion de l’année, c’est le Colorado ZR2 de Chevrolet.

Le Colorado a déjà remporté notre Compas d’or. Depuis, Chevrolet y a apporté des changements considérables pour créer une version hors route impressionnante de ce camion aux dimensions élégantes.

Le nouveau ZR2 est doté d’une carrosserie dynamique, d’une suspension surélevée, d’amortisseurs DSSV Multimatic prêts aux courses dans le désert et de différentiels autobloquants avant et arrière – ce qui en fait notre explorateur de choix. « Le Colorado a relevé tous les défis hors route les deux doigts dans le nez », a affirmé Mark Rechtin. Alex Nishimoto a ajouté : « Il plane sur les roches et les ornières sans effort. »

Sous le capot, le moteur turbodiesel de 2,8 litres à quatre cylindres en ligne de 186 chevaux et la boîte de vitesses automatique à six rapports n’ont pas changé, mais le moteur V6 à essence de 3,6 litres de 308 chevaux et la boîte automatique à huit rapports sont tout nouveaux; le Colorado gagne ainsi quelques chevaux et une technologie d’économie de carburant.

Sur la route, le ZR2 a un comportement exceptionnel, et sa maniabilité est énergique comme un chiot enthousiaste. Toutefois, même si le nouveau groupe motopropulseur à essence constitue une amélioration impressionnante, la boîte de vitesses hésite sans cesse et le manque de couple à bas régime est flagrant. Le moteur diesel, qui est plus lent mais plus efficace, aurait également bénéficié de la boîte automatique à huit rapports.

Bien que la plupart des gens n’utiliseront pas le Colorado pour le remorquage, le ZR2 a réussi, non sans peine, à transporter une charge de 1815 kg dans la pente du Davis Dam. Quant à l’essai dans un stationnement, il était aisé de manœuvrer l’empattement raccourci du ZR2 avec une remorque, jusqu’au moment où il a fallu reculer en ligne droite : c’était comme courir après sa queue.

À l’intérieur, Chris Walton a trouvé que l’assise était trop courte et a déploré l’absence d’une poignée de maintien sur le montant avant. De plus, la luminosité, la portée et la clarté des phares doivent indéniablement être améliorées.

Cependant, pour les principales fonctions qu’il sert, le ZR2 change la donne dans sa catégorie.