Prix Voiture de l’année

Audi A7 : finaliste au titre de Voiture de l’année Motor Trend 2019

Nous aimons : son intérieur intelligent, son système CarPlay sans fil

Nous n’aimons pas : sa suspension trop molle, sa ressemblance trop flagrante avec l’A6

Voici la deuxième mouture de l’A7, l’équivalent sportif de la grande berline A6. « Elle ressemble à un épaulard, a dit Ed Loh. Elle est à la fois douce, rapide et silencieuse. »

Cette voiture à hayon intermédiaire de luxe a également droit à une nouvelle plateforme et obtient le nouveau moteur V6 turbocompressé de 3,0 litres avec un système semi-hybride de 48 volts, ce qui, selon certains juges, rendait l’A7 trop empressée de repartir après un arrêt.

Les juges ont beaucoup aimé le look sportif de la voiture, mais certains trouvaient la calandre trop chargée. Tout comme celui de l’A6, l’intérieur de l’A7 est extrêmement silencieux et arbore un mélange de bois, de cuir et d’alcantara, ainsi qu’un joli pavillon recouvert d’un matériau intéressant, « une référence en matière de conception et de choix du grain, du lustre et de la couleur », a déclaré Tom Gale. Les écrans sont bien intégrés, affichant des images claires.

Sur la route, l’A7 est rapide et sans chichi. Avec l’ajout des quatre roues directrices, sa tenue de route est plus dynamique que celle de l’A6. L’A7 se déplace facilement d’un virage à l’autre et a un rayon de braquage impressionnant. Mais Christian Seabaugh a eu l’impression que sa conduite ressemblait davantage à celle d’une GT tranquille qu’à celle d’une bicorps sportive : « Elle penche davantage vers la douceur que vers le sport; on se sent un peu bernés. »

L’économie de carburant est exceptionnelle : notre équipe du programme Cotes réelles a mesuré une consommation de 10,1/6,7 L/100 km (en ville/sur la route).

Le hayon permet un espace de chargement très polyvalent, et les sièges arrière inclinables assurent un certain espace de dégagement pour la tête sous le toit à la ligne profilée. Mais Chris Walton a remarqué un bruit à basse fréquence sur les bosses dans l’A7 qui était absent dans l’A6.

« Malgré tous les arguments sémantiques, la catégorie des coupés à quatre portes existe bel et bien, et l’A7 en est l’un des meilleurs exemples, a déclaré Angus MacKenzie. Il s’agit, littéralement, d’un premier de classe. »