Essais Premières impressions

Premières impressions : Subaru BRZ tS 2018

À la recherche de la combinaison parfaite des bons ingrédients

À la recherche de la combinaison parfaite des bons ingrédients

Tout d’abord, j’ai décidé d’appeler cette voiture, limitée à 500 unités, Brats, prononcé de la même façon que les Américains appellent ces saucisses allemandes qu’on aime cuire lors des barbecues et des événements sportifs. Il s’agit également d’un bel hommage (selon moi) à la seule Subaru que le président américain Reagan a possédée : mi-voiture, mi-camion, la bien-aimée Brat. Soyons honnêtes. BRZ tS n’est pas un beau nom. En tant que rédacteur, je le déteste doublement parce que, comme c’est le cas pour « iPhone », on ne peut même pas commencer une phrase avec « tS ».

De quoi s’agit-il? Eh bien, le tS signifie « Tuned by STI », c’est-à-dire modifié par Subaru Tecnica International, qui est essentiellement l’atelier de véhicules rapides de Subaru. STI œuvre dans trois domaines principaux : les sports automobiles, les variantes de série hautes performances (comme la WRX STI) et les pièces hautes performances, comme les leviers de commande discrets ou les raidisseurs de tourelles de jambes de suspension. En ce qui concerne la Brats, la mission de STI était de prendre la BRZ – une voiture conçue pour le plaisir de conduire – et de la transformer en une voiture offrant une maniabilité sensationnelle.

Afin d’atteindre cet objectif, STI a effectué ce qui suit. D’abord, on a rigidifié la caisse en blanc. Le résultat est un châssis moins flexible, ce qui signifie que la suspension est capable de mieux faire son travail et de garder les pneus en contact avec la chaussée. Cette rigidité a été obtenue grâce à l’utilisation d’acier à haute résistance, dont une partie se trouve à des emplacements étranges, comme la cavité où repose le système de navigation et d’infodivertissement. Si on y pense bien, il s’agit d’une assez grande ouverture, laquelle serait normalement soumise à des flexions, mais qui est maintenant entourée d’un anneau d’acier.

Ensuite, STI a ajouté des barres en V flexibles au compartiment moteur. Les barres en V ressemblent à un renfort classique en V, mais à la moitié des barres, on remarque que chacune est en réalité composée de deux barres connectées par des roulements à rotule, l’idée étant de permettre un peu de mouvement sur chaque barre afin de réduire les chocs brusques et de procurer une meilleure réponse de la suspension. Également, deux entretoises de maintien flexibles relient le faux cadre avant à la carrosserie. L’objectif consiste ici à réduire la durée des mouvements de lacet et à améliorer la précision de la direction. Vous me suivez toujours?

STI a ajouté quelques mises au point aérodynamiques, notamment de multiples becquets de soubassement de carrosserie à l’avant, sur les côtés et à l’arrière des côtés de la voiture, ainsi qu’une aile en fibre de carbone sèche réglable en deux positions. Subaru affirme que les conducteurs remarqueront l’aérodynamisme amélioré de la Brats à plus de 80 km/h. Toutefois, puisque son coefficient de traînée est maintenant plus élevé, l’accélération et la vitesse maximale sont toutes deux réduites. Nous ne saurons pas à quel point avant d’en avoir testé une.

La BRZ tS utilise des amortisseurs allemands Sachs qui sont réglés différemment de ceux sur la BRZ de base. Ils sont 15 % plus rigides à l’avant et 3 % plus rigides à l’arrière. La configuration de la suspension a été entièrement réajustée, pour une réduction du roulis de 10 % et une diminution de l’inclinaison de 15 %. Brembo se charge des freins. Les jantes sont maintenant de 18 pouces, chaussées de pneus adhérents Michelin PS4 215/40R18. Est-ce que tous ces ajustements concrétisent l’objectif de maniabilité sensationnelle visé par STI?

Jouons à un jeu. Imaginez que vous avez commandé un bol de soupe aux nouilles ramen. Vous prenez une bouchée et dites au serveur : « Ça manque de tare », tare étant le mot japonais pour désigner l’assaisonnement, l’un des quatre principaux ingrédients des ramens. Le serveur vous amène plus de nouilles. Vous demandez plus de tare. Il vous donne une autre tranche de porc. Vous l’implorez : « Tare, amenez-moi plus de tare, s’il vous plaît. » Il vous donne un bol de bouillon de plus. Vous regardez avec incrédulité le serveur qui vous sourit.

Je n’ai jamais rencontré quelqu’un ayant conduit une BRZ ou sa cousine Toyota qui a demandé plus de maniabilité. Tout le monde a toujours parlé de plus de puissance, c’est-à-dire, pouvons-nous avoir plus de puissance? Tout le monde sait que le moteur de 200 chevaux à quatre cylindres à plat de 2,0 litres qui propulse la BRZ est le même moteur de base que le turbocompressé dans la WRX, sauf que son code-moteur est FA20D plutôt que FA20F. Selon des rumeurs persistantes, pour des raisons d’espace comme le fait que le refroidisseur intermédiaire de la WRX est monté sur le dessus, il n’y a aucun moyen de faire entrer le turbo FA20F sous le capot de la BRZ. Je dis depuis longtemps : « Faites un trou dans le capot, alors. » En tout cas, la Brats ici présente, la BRZ tS, a besoin de plus de puissance. Au lieu de cela, on nous donne plus de nouilles.

Que se passe-t-il lorsqu’on fournit à l’une des voitures offrant la meilleure maniabilité au monde encore plus d’agilité, d’adresse et d’adhérence, mais en conservant le même niveau de puissance? Elle est moins agréable à conduire. Bien sûr, elle est probablement plus rapide lors des essais comme notre épreuve du huit ou sur une piste, mais le plaisir est atténué. Dans une BRZ normale, lorsqu’on conduit à toute allure dans un canyon, on a l’occasion de gérer l’adhérence modérée et la perte de contact progressive des pneus de série. Avec les Michelin hautes performances, il n’y a aucune émotion forte.

Une certaine catégorie de journalistes automobiles s’acharne à dénoncer les pneus Michelin Primacy HP de série de la BRZ de base. Apparemment, quelqu’un aurait entendu mentionner que les pneus Primacy HP sont les pneus d’été offerts en option sur une Prius européenne, et depuis, le monde automobile est visé par des allégations selon lesquelles la BRZ a des « pneus de Prius ». À titre informatif, la Toyota Prius est offerte avec des pneus Dunlop Enasave O1 toutes saisons. Tout ça pour dire que puisque les émotions fortes ont été atténuées, le conducteur est pleinement conscient en tout temps du manque de puissance de la voiture, et pas seulement dans le premier droit. Oui, j’ose le dire. La BRZ tS est un peu ennuyeuse. Une voiture à la maniabilité sensationnelle? Non.

La Brats n’est aucunement une mauvaise voiture. Je peux même imaginer dans quelles circonstances elle serait utile. Par exemple, si vous êtes entraîneur de conduite sur piste et que vous avez un élève qui n’a jamais tourné le volant sous l’effet de la colère, la BRZ tS est le meilleur outil d’enseignement qui soit. Elle ne fait pas de faux mouvements et sa maniabilité frôle la perfection. Toutefois, une fois que cet élève aura appris la base avec la Brats, il vous implorera d’essayer une voiture qui a plus de piquant, de personnalité, de tare. Avec seulement 200 chevaux et un prix de 39 148 $ – surtout si l’on considère que la Honda Civic Type R se vend à partir de 40 990 $ –, je pense que la Brats sera difficile à vendre. Une chance que les concessionnaires Subaru n’auront à se préoccuper que de 500 unités.