Essais Premières impressions

Premières impressions : Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid 2018

Un bolide écoénergétique impressionnant

Un bolide écoénergétique impressionnant

Lors d’un récent voyage au Vancouver Island Motorsports Circuit, nous avons été accueillis par des arbres titanesques, un ciel bleu et plus d’une douzaine de manifestants rassemblés devant l’entrée. « Honte à Porsche » pouvait-on lire sur une pancarte. Bon sang, que se passait-il? Étaient-ils furieux contre la nouvelle Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid 2018 que nous avions tant hâte de conduire?

Il s’avère que c’était un groupe fâché de résidents du coin qui se plaignait du bruit excessif provenant de la piste depuis son ouverture l’an dernier. Les installations n’appartiennent pas à Porsche, mais le constructeur était dans la mire des manifestants pour avoir décidé d’y tenir les essais de la Panamera. Espérons que toutes les parties viennent à s’entendre, car il s’agit d’un circuit plaisant et complexe qui comprend de nombreux changements d’altitude et repose au bas d’une colline au cœur d’une forêt enchanteresse.

Heureusement, les perturbations à l’entrée n’ont pas dérangé notre expérience avec la Panamera Turbo S E-Hybrid. Comme son nom l’indique, il y en a long à dire sur cette nouvelle version haut de gamme de la Panamera. Le saut de la version Turbo à Turbo S des Panamera de la génération précédente conférait des turbocompresseurs plus imposants et d’autres ajustements au moteur V8 de 4,8 litres à turbocompresseur double. La puissance passait alors de 520 à 570 chevaux.

Maintenant, Porsche apporte également son expertise en matière de motorisation hybride. Le groupe motopropulseur de fine pointe est en grande partie identique à celui du moteur V8 de 4 litres à turbocompresseur double de la Panamera Turbo qui développe 542 chevaux et 567 lb-pi de couple. Entre le moteur et la boîte automatique à huit rapports et double embrayage Porsche Doppelkupplungsgetriebe, il renferme cependant un moteur électrique qui ajoute 134 chevaux et 295 lb-pi à l’équation. Aux dires de Porsche, le système de la Panamera Turbo S E-Hybrid déploie une puissance totale de 671 chevaux et 626 lb-pi de couple.

Lisez ici nos impressions de la Panamera Sport Turismo 2018.

Sa puissance et son poids sont notables. La grande berline se voit aussi alourdie par le système de traction intégrale, sans oublier le bloc de batterie de 14,1 kWh de la version hybride rechargeable qui porte le poids à environ 2310 kg, à peu près 270 kg de plus que la Panamera Turbo. Malgré tout, la version Turbo S E-Hybrid détient un léger avantage sur le plan du rapport poids-puissance (7,5 contre 8,2 chevaux par livre).

Notre temps passé sur la piste a été bref, mais ô combien révélateur. L’accélération immense et instantanée rappelle celle des véhicules hybrides rechargeables hautes performances conduits par le passé, dont la 918 Spyder aussi conçue par le constructeur allemand. Ce dernier avance que l’accélération de 0 à 100 km/h se fait en 3,2 secondes, mais nous ne serions pas étonnés d’y parvenir en moins de 3 secondes lorsque nous aurons la chance de faire nos tests. La vitesse maximale est évaluée à 310 km/h. Le système Sport Chrono de Porsche est de série pour ce modèle et comprend un astucieux bouton rotatif sélecteur de mode de conduite monté sur le volant qui permet de choisir facilement parmi les modes E-Power (électrique), Hybrid Auto (hybride), Sport et Sport Plus.

Conformément au bon sens, la version Turbo S E-Hybrid comprend de série la plupart des technologies hautes performance offertes pour la Panamera, dont les disques de frein à matrice céramique (16,5 pouces à l’avant et 16,1 pouces à l’arrière) et des étriers massifs à dix pistons à l’avant (quatre pistons à l’arrière). C’est un lourd système de freinage qui fonctionnait bien sur la piste et réduisait la vitesse avec confiance sans signe substantiel de perte d’énergie. La sensation solide et agréable que procurait la pédale de freinage était exempte du côté artificiel caractéristique des véhicules hybrides.

À la suspension pneumatique de série s’ajoute le Porsche Dynamic Chassis Control Sport (PDCC Sport), un beau nom pour les barres stabilisatrices électromécaniques actives qui aident la berline à demeurer neutre et relativement à plat dans les courbes. La berline de 505 cm paraît bien plus petite quand vient le moment de négocier des virages serrés. La direction arrière (en option avec l’empattement ordinaire, mais de série pour la version Executive à empattement allongé) et le système de contrôle vectoriel de couple activé au freinage font sans contredis le travail, mais le tout est imperceptible. Malgré sa taille et son poids, la Panamera Turbo S E-Hybrid était agréable à piloter sur la piste, lorsque poussée à des limites que peu de propriétaires oseront explorer.

Somme toute, c’est le confort suprême de cette voiture de promenade de luxe qui constitue son meilleur atout. En mode hybride, le groupe motopropulseur alterne de manière sublime entre les moteurs électrique et à essence. Il est également respectueux de l’environnement grâce à son mode entièrement électrique E-Power, mentionné précédemment, d’une autonomie de 50 km et qui ne produit ni sons ni émissions polluantes. Le chargeur intégré de série de 3,5 kW recharge la batterie en six heures lorsque branché à une borne de recharge de niveau 2. Un chargeur intégré de 7,2 kW en option permet de le faire en 2,4 heures.

Le prix de base, de 209 800 $, peut rapidement dépasser 220 000 $ si vous cliquez sur quelques équipements et technologies de luxe comme le Groupe Assistance (6120 $) et le système audio Burmester (6780 $). Cela dit, aucune autre berline ne réunit à la fois les performances, le luxe et le respect de l’environnement dans un emballage attrayant aussi bien que la Panamera Turbo S E-Hybrid.