Essais Premiers essays

Premières impressions : Porsche Panamera 2017

La voiture sport des conducteurs de berlines de luxe

La voiture sport des conducteurs de berlines de luxe

La toute nouvelle Panamera de Porsche ressemble à une voiture sport à quatre portes. Elle roule aussi comme une voiture sport à quatre portes lorsque vous actionnez la commande du système Sport Chrono, lequel aiguise la réactivité du groupe motopropulseur et de la suspension. Cependant, ce qu’il y a de véritablement génial avec la nouvelle Panamera, c’est que lorsque le conducteur le désire, elle peut se montrer aussi silencieuse, souple et confortable qu’une limousine à quatre portes. Si vous aimez la conduite de la Classe S, mais rêvez d’une voiture sport, la Panamera 2017 est la Porsche qu’il vous faut.

« De l’ancien modèle, trois éléments sont conservés : le concept du véhicule, le nom Panamera et le logo de Porsche », a expliqué Gernot Döllner, l’homme aux commandes du développement de la nouvelle Panamera. Des jantes à la ligne de toit, la Panamera 2017 est toute nouvelle. La voiture a droit à une nouvelle plateforme, de nouveaux moteurs, une nouvelle boîte de vitesses et de nouvelles technologies. Par contre, ce que tout le monde remarquera en premier, ce sont les nouvelles proportions qui se trouvent sous la tôle, elles font partie intégrante d’une nouvelle version d’un design familier.

 

Présentée en 2009, la Panamera originale était – tentons de rester polis – une créature étrangement bossue. Cette silhouette était en quelque sorte l’héritage de l’ancien patron de Porsche, Wendelin Wiedeking, qui avait demandé à ce que sa carrure de 1,98 mètre puisse s’installer facilement sur la banquette arrière de la première Porsche à quatre portes de l’histoire. M. Wiedeking a quitté l’entreprise depuis un moment déjà, et la transition vers la nouvelle plateforme MSB du Groupe Volkswagen signifie que l’équipe de Michael Mauer, laquelle est responsable du design, a obtenu le feu vert pour rejeter cet héritage empreint de vanité.

2017 Porsche Panamera 4S front three quarter

Comparé à celui de l’ancienne Panamera, l’empattement a été étiré de 3,1 cm pour en arriver à 294,9 cm, l’essieu avant a été déplacé vers l’avant d’environ 1,3 cm par rapport au tablier. La base du pare-brise a été reculée de 2,0 cm et la ligne de toit, quoique 0,5 cm plus haute que sur l’ancien modèle à son point le plus élevé, a été abaissée de 2,0 cm en raison de l’inclinaison au niveau des roues arrière. La longueur totale du véhicule a été augmentée de 3,1 cm et sa largeur de 0,6 cm. Dans l’ensemble, la nouvelle Panamera est plus imposante que sa prédécesseure, mais semble pourtant plus petite et plus aérodynamique que celle-ci. Point important, les adultes mesurant plus de 1,80 mètre peuvent toujours prendre place confortablement sur la banquette arrière.

La Panamera 2017 marque le début de trois nouveaux moteurs dont deux atteindront les marchés nord-américains où les acheteurs pourront choisir entre la version 4S animée d’un moteur V6 de 2,9 litres et 440 chevaux, vendue au prix de 114 300 $, et la version Turbo équipée d’un moteur V8 de 4,0 litres qui déploie 550 chevaux et affiche une étiquette de prix de 167 700 $. Bien que mis au point par Porsche afin de développer son impressionnante puissance et 406 lb-pi de couple entre 1750 et 5500 tours par minute, le moteur V6 a été conçu par Audi. Le V8, qui produit un solide couple de 568 lb-pi entre 1960 et 4500 tours par minute, est l’œuvre de Porsche dans son entièreté.

Les deux moulins sont dotés de l’injection directe de carburant et de deux turbocompresseurs. Alors que le V6 est équipé du calage de distribution à admission variable, le V8, de son côté, présente la désactivation des cylindres, une première dans un moteur Porsche. Cette technologie permettrait, dit-on, une amélioration de l’économie de carburant pouvant atteindre 30 %. Par rapport au V6, le V8 semble presque sous-performant : deux cylindres de plus, 1,1 litre de capacité supplémentaire et seulement 110 chevaux de plus que son homologue. Cependant, nos sources chez Porsche nous indiquent doucement qu’il déploie 550 chevaux à 0,3 bar de pression relative alors que le V6 déploie sa puissance à 1,4 bar. C’est avec le sourire qu’elles expliquent que le moteur V8 a encore beaucoup à offrir sur le plan de la performance.

Une Panamera S à propulsion devrait faire son entrée l’an prochain, mais pour l’instant, toutes les versions offertes sont équipées d’une configuration à quatre roues motrices où la puissance est transmise par une nouvelle boîte de vitesses PDK à huit rapports conçue par le constructeur. Les septième et huitième rapports sont très longs afin d’améliorer l’économie de carburant – le V6 de la 4S tourne à peine à 1350 tours par minute à 100 km/h au dernier rapport – et les deux modèles, la 4S et la Turbo, atteignent leurs vitesses maximales respectives de 290 et 300 km/h au sixième rapport. Porsche affirme que la 4S atteindra les 100 km/h en 4,2 secondes alors que la Turbo accomplira la tâche en seulement 3,6 secondes.

Si vous commandez l’ensemble Sport optionnel (7910 $ sur la 4S et 6370 $ sur la Turbo, l’écart de prix s’explique par le fait que la 4S doit recevoir la suspension pneumatique adaptative qui est offerte de série dans la Turbo), vous retrancherez quelques dixièmes de seconde à ces temps d’accélération à 100 km/h grâce, en partie, à la fonction de contrôle de démarrage qui est offerte avec l’ensemble Sport Chrono compris dans l’ensemble Sport. Ce dernier donne aussi droit à des roues arrière directionnelles. Contrairement à la configuration des roues arrière directionnelles de la 911, qui utilise des actionneurs individuels pour activer chaque roue, le système de la Panamera présente une crémaillère à commande électronique montée à l’avant du faux cadre arrière. Ce système dirige les roues arrière dans la direction opposée à celle des roues avant lorsque le véhicule roule à des vitesses pouvant atteindre 50 km/h afin d’améliorer l’agilité de la voiture dans les virages serrés. À vitesse élevée, les roues arrière tourneront dans le même sens que les roues avant pour augmenter la stabilité.

Les modèles Panamera équipés de la suspension pneumatique peuvent aussi être munis de barres stabilisatrices actives livrables qui utilisent des actionneurs électromécaniques de 48 volts pour tourner les roues dans le sens contraire des forces de virage et éliminer pratiquement le mouvement de roulis. Cochez la case Porsche Dynamic Chassis Control Sport (fiou!) sur la liste d’options et vous aurez également droit à la vectorisation du couple activée par les freins et à un différentiel arrière à verrouillage électronique.

Tous les éléments électriques du châssis de la Panamera, les ressorts pneumatiques, les amortisseurs électroniques, la direction arrière, la technologie active antiroulis et la vectorisation du couple, sont surveillés par un système que Porsche appelle 4D Chassis Control. Tout comme le système de contrôle des dérapages latéraux novateur conçu par Ferrari pour la 488 et la GTC4Lusso, le 4D Chassis Control analyse la trajectoire du véhicule et les manœuvres du conducteur en temps réel et commande une réponse coordonnée de tous les systèmes pour assurer souplesse, agilité et stabilité dans les virages. La bonne nouvelle, c’est que, comme toujours, l’être de chair et d’os qui tient le volant ignore totalement toute la quantité de données qui circulent constamment dans le réseau neuronal électronique de la Panamera. Tout ce dont il est conscient, c’est de la progression rapide et sans effort de l’imposante Porsche sur la route.

Nous avons fait l’essai d’une Panamera 4S et d’une Panamera Turbo sur la piste de lancement en Allemagne. Les deux voitures étaient équipées de l’ensemble Sport et de la technologie active antiroulis. La nouvelle suspension pneumatique (une option à 2500 $ dans la 4S si vous ne commandez pas l’ensemble Sport) vaut chaque dollar investi : la capacité augmentée des ressorts pneumatiques à trois chambres contribue à l’obtention d’une conduite digne d’une voiture de luxe et à des niveaux de bruits de la route remarquablement réduits.

Exceptionnellement souple et réactif, offrant une sonorité d’échappement ressemblant à un grognement huileux et assourdi, le moteur de la 4S pourrait bien être le meilleur V6 au monde. En fait, il est si compétent qu’il est difficile de comprendre ce qui vous pousserait à faire l’acquisition d’une Turbo plutôt que d’équiper une 4S avec les niveaux d’équipement de son homologue plus coûteuse et économiser par le fait même des dizaines de milliers de dollars. Cependant, le nouveau V8 présente tout de même ses arguments. Il livre davantage de mordant dans les hauts régimes et offre une tranquillité inquiétante, même au moment de filer à des vitesses allant de 210 à 240 km/h comme nous l’avons fait sur l’autobahn.

En mode Sport et Sport+, la nouvelle Panamera roule comme une Porsche à quatre portes devrait rouler : une conduite conventionnelle, une réactivité du moteur précise, des changements de rapports ultras rapides ainsi que des craquements et des crépitements sortant de l’échappement. La direction est précise, bien équilibrée et n’est pas corrompue par la conduite des roues avant, bien que la direction allégée de 125 kilos de la 4S semble légèrement plus communicative que celle de la Turbo dans les virages. La grande révélation demeure toutefois la souplesse, la tranquillité et le calme de l’imposante Porsche lorsqu’elle est conduite avec la suspension, la boîte de vitesses et le moteur réglés selon leurs paramètres normaux. Les ingénieurs de Porsche sont peut-être adeptes de voitures sport, mais avec cette Panamera, on peut dire qu’ils ont construit une authentique limousine de luxe.

Cela ne veut pas dire pour autant que la berline devient molle lorsque réglée en mode Confort. Loin de là, même. En fait, à moins que la route nous eût forcés à confronter des courbes et des virages dignes de la Nordschleife du Nürburgring, où la nouvelle Turbo a d’ailleurs effectué un tour de piste en 7 minutes et 38 secondes récemment, un record pour une voiture à quatre portes, nous avons préféré éviter les modes Sport et Sport+, même à des vitesses très élevées sur l’autobahn.

 

À grande vitesse, la suspension pneumatique augmente légèrement la rigidité des amortisseurs et la raideur des ressorts, et ce, automatiquement. Ces réglages donnent l’impression que la voiture est maintenue sur la route par une main géante. Le système antiroulis garde l’imposante Porsche bien à plat dans les virages tout en permettant aux ressorts pneumatiques d’absorber les bosses et les buttes. La puissance nécessaire pour effectuer les dépassements en mode Sport+ est accessible à l’aide d’un bouton situé au centre de la commande du système Sport Chrono sur le volant. Lorsque l’on appuie dessus, la Panamera grogne comme un lion enragé, la boîte de vitesses rétrogradant instantanément de quatre voire cinq rapports lorsque le groupe motopropulseur se règle selon ses paramètres les plus dynamiques. C’est une conduite de voiture de course accessible à la simple pression d’un bouton : enfoncez l’accélérateur et vous disparaissez à l’horizon. La transformation en M. Hyde viril dure 20 secondes (un graphique utile affiche le compte à rebours sur le tableau de bord à l’avant de la voiture), puis la Panamera redevient le doux Dr Jekyll.

2017 Porsche Panamera 4S Diesel interior

Les échanges de renseignements entre le conducteur et la machine sont facilités par des écrans numériques haute définition et des commandes tactiles, le tout fait partie de l’habitacle redessiné. Avec ses surfaces lisses et ses lignes simples, l’ambiance intérieure transpire un minimalisme luxueux : ici, la flamboyance de Bentley n’a pas sa place. Le tableau de bord est dominé par un vaste tachymètre analogique central – il s’agit d’une Porsche après tout – flanqué d’une paire d’écrans numériques de 7,0 pouces qui affichent les autres instruments ainsi que les renseignements du véhicule.

Au centre du tableau de bord, on trouve un écran tactile de 12,3 pouces qui prend en charge toutes les tâches habituelles liées au système d’infodivertissement et agit à titre d’interface pour une vaste gamme d’applications qui est comprise dans le point d’accès sans fil du système. Des capteurs de proximité détectent l’approche de la main de l’utilisateur et une barre de menu s’ouvre à gauche de l’écran. Vous pouvez balayer l’écran, le toucher, le pincer et faire un zoom; sur le plan de la fonctionnalité, il est aussi intuitif qu’un iPhone, mais les graphiques sont de bien meilleure qualité.

Sous l’écran, la nouvelle Panamera conserve la même console intermédiaire élevée, signature de Porsche, mais la panoplie de boutons de l’ancien modèle a été remplacée par des surfaces translucides dotées de boutons tactiles. Contrairement à ceux que l’on trouve dans une Cadillac, ceux de la Panamera sont faciles à utiliser. Les passagers qui prennent place sur les sièges arrière peuvent aussi régler la température et les fonctions d’infodivertissement à partir d’un écran tactile de 7,0 pouces monté dans la console, puisque celle-ci s’étend jusqu’à leur banquette.

La Panamera originale était somme toute une bonne idée, mais elle a été plus ou moins bien exécutée. La Panamera 2017 ne traite pas seulement ces défauts d’exécution, elle améliore aussi l’idée d’une technologie à la fine pointe. C’est une véritable voiture sport lorsque vous le voulez et une voiture de luxe lorsque vous en avez besoin.


La voiture à moteur diesel la plus rapide au monde

2017 Porsche Panamera 4S Diesel side

Malheureusement, de ce côté de l’Atlantique, nous n’aurons pas droit à la 4S Diesel animée par le même moteur V8 turbodiesel de 4,0 litres qui se trouve dans le Q7, modèle le plus haut de gamme d’Audi en Europe. La version de ce moteur utilisée par Porsche est équipée d’une configuration de l’admission et d’un turbocompresseur différents et développe 422 chevaux et un couple impressionnant de 627 lb-pi entre 1000 et 3250 tours par minute. C’est suffisamment puissant pour propulser la Panamera 4S Diesel européenne à 100 km/h en 4,3 secondes et à une vitesse maximale de 285 km/h, ce qui en fait, selon les dires du constructeur, la voiture de série à moteur diesel la plus rapide au monde. Elle pourra aussi parcourir 1448 km entre deux pleins lorsque dotée du réservoir de 90 litres.

2017 Porsche Panamera
PRIX DE BASE 114 300 $ (4S); 167 700 $ (Turbo)
PARTICULARITÉS DU VÉHICULE Moteur à l’avant, 4 roues motrices, voiture à hayon de 4 portes pour 4 passagers
MOTEUR V6 de 2,9 litres à turbocompresseur double, DACT, 24 soupapes, 440 chevaux et 406 lb-pi de couple (4S); V8 de 4,0 litres à turbocompresseur double, DACT, 32 soupapes, 550 chevaux et 568 lb-pi de couple (Turbo)
BOÎTE DE VITESSES Automatique à 8 rapports
POIDS À VIDE 1870 kg (4S); 1995 kg (Turbo) (selon le constructeur)
EMPATTEMENT 294,9 cm
LONGUEUR X LARGEUR X HAUTEUR 504,9 cm x 193,8 cm x 142,2 cm
ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 4,2 secondes (4S); 3,6 secondes (Turbo) (selon le constructeur)
ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA NON DISPONIBLE
CONSOMMATION D’ÉNERGIE EN VILLE ET SUR LA ROUTE Non disponible
MISE EN MARCHÉ EN AMÉRIQUE DU NORD Automne 2016