Essais Premières impressions

Premières impressions du Subaru Crosstrek 2018 : toujours aussi remarquable, sauf pour une flagrante omission

Subaru réinvente sa populaire recette, mais oublie un ingrédient clé

Subaru réinvente sa populaire recette, mais oublie un ingrédient clé

Subaru occupe une position de force dans l’effervescent marché des multisegments aux États-Unis. En effet, le constructeur offre des véhicules à traction intégrale de taille idéale depuis des années. Nous avons tous été séduits, et maintenant Subaru récolte le fruit, très mérité, de sa patience. Célébrant ses 50 ans aux États-Unis, Subaru, qui est actuellement reconnue pour ses VUS sécuritaires, fiables et conçus pour l’extérieur, profite d’une croissance constante de ses ventes, et le nouveau Crosstrek 2018 tentera de maintenir cette cadence établie par les populaires Forester et Outback. « Si ce n’est pas un écrou, un boulon ou une fixation, c’est neuf », a affirmé un représentant de Subaru au sujet du Crosstrek lors de l’événement automobile dans les Black Hills du Dakota du Sud. Nous ne voyons aucune raison pour laquelle les clients actifs et adeptes de plein air ne seraient plus satisfaits. Sauf peut-être une.

Véritablement performant

Notre trajet d’une journée à bord d’un Crosstrek Premium et Limited nous a énormément impressionnés. Nous ne connaissons qu’un ou peut-être deux constructeurs qui oseraient nous faire circuler sur des routes de gravier et de terre pendant la moitié du trajet de 160 km. Il s’agit réellement d’un authentique véhicule d’aventure à traction intégrale dont les matériaux s’agencent à son allure robuste, ce que nous ne pouvons affirmer de tous les véhicules concurrents. Avec sa nouvelle carrosserie et sa nouvelle plateforme (les mêmes que l’Impreza 2018), le Crosstrek est doté d’une base solide qui s’est véritablement illustrée pendant le trajet. Le système de vectorisation du couple (avec freins) de série sur toute la gamme a rendu la conduite sur les routes de gravier amusante grâce à son agréable agilité à toute épreuve. Et c’est aussi grâce à cette rigidité que la nouvelle suspension du Crosstrek a pu traverser toutes les ornières et absorber toutes les bosses sans émettre un grincement ni un cliquetis. Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que le véhicule y parvient en ne dérangeant que très peu les passagers. « Tout du premier coup », disons-nous. Pour montrer à quel point le mode X livrable avec régulateur de vitesse en descente fonctionne bien, Subaru a convaincu le propriétaire d’une carrière de nous laisser monter et descendre différents amas de 30 mètres de hauteur constitués de roches et de schistes de la taille d’un œuf. La garde au sol de 22 cm (et les angles d’attaque et de fuite de 18 et de 29 degrés respectivement), le système de traction intégrale intelligent et le système de freinage antiblocage ajusté pour le hors route du Crosstrek apaiseront vos craintes de rester coincés lors de l’ascension de rochers, ou dans toute autre situation. La façon dont le Crosstrek accepte sans effort sa mission est remarquable et presque sans faille.

Le comportement routier était tout aussi impressionnant avec la nouvelle crémaillère (offrant un rapport de réduction de la direction rapide), le volant au diamètre réduit, ainsi que la même attitude et les mêmes capacités rassurantes. Le véhicule semblait en contrôle, quelle que soit la route sur laquelle nous circulions. Je le répète, les principaux concurrents sur le marché ne peuvent pas en dire autant. Le Crosstrek est une petite merveille de multisegment.

Repousser les limites

Notre camp de base (il s’agissait réellement d’un site de camping avec des tentes de luxe) pour deux jours se trouvait à plus de 1500 mètres au-dessus du niveau de la mer. Bien que cette élévation n’affecte normalement pas les performances d’un moteur de véhicule avec, par exemple, un turbocompresseur (!), le moteur de 2,0 litres à aspiration naturelle et à quatre cylindres à plat du Crosstrek a ressenti les effets de l’air raréfié. Selon ce qu’on nous a dit, le moteur est neuf à 80 % et est maintenant à injection directe de carburant, ce qui fait passer sa puissance de 148 à 152 chevaux (le couple de 145 lb-pi est le même). La boîte de vitesses automatique à variation continue livrable a également été revue et comprend désormais une plage de rapports disponibles plus étendue à chaque extrême, ce qui laisse présager une augmentation de la réactivité à basse vitesse et un faible régime sur l’autoroute. Nous devrons en tester une pour valider ces hypothèses. Pour la boîte de vitesse automatique, les cotes de consommation de carburant estimées par l’EPA gagnent 0,4 L/100 km, ce qui donne les résultats suivants : 8,7/7,1/8,1 L/100 km (ville/route/combinée). La capacité de remorquage demeure de 680 kg, quel que soit le type de boîte de vitesses, ce qui est bien.

Malgré ces changements (et pratiquement le même poids à vide), tenter de dépasser les touristes roulant à basse vitesse pour se rendre au mont Rushmore était pénible, notamment en raison de la programmation de la transmission à variation continue (c’est-à-dire à l’insertion de rapports échelonnés qui sapent la puissance à plein régime) et d’un pur manque de puissance, exacerbé par l’air raréfié. Le Crosstrek veut déployer 200 chevaux. Il avait fallu au dernier Crosstrek 2015 que nous avons testé (il produisait 148 chevaux) 10,3 longues secondes pour atteindre les 100 km/h, soit 1 à 3 secondes de plus que ses principaux rivaux, le Honda HR-V, le Jeep Renegade, le Mazda CX-3 et le Nissan Juke. Le VUS avait également accéléré de 70 à 105 km/h en 5,6 secondes interminables. Malgré tout, ce Crosstrek avait remporté haut la main notre Grand Essai : multisegments sous-compacts 2015-2016. Notre plus grande critique, et nous entendons les propriétaires la répéter depuis l’introduction du véhicule en 2012, est la même. Donnez-lui un turbocompresseur, pour l’amour. N’y a-t-il pas un turbo de 2,0 litres dans votre gamme, quelque part, Subaru? Un qui déploierait 268 chevaux de puissance et 258 lb-pi de couple? S’il vous plaît, offrez ce moteur. Nous vous en supplions.

Ce qui a changé

Son essence? Tout le reste. Subaru affirme que le Crosstrek 2018 est neuf à 90 %. Le nouveau châssis permet un empattement plus long et une voie plus large d’environ 2,5 cm. La largeur globale a été réduite de 2,3 cm et la largeur a été augmentée de 1,5 cm. La version de base 2.0i (22 710 $ US) hérite d’une nouvelle boîte de vitesse manuelle à six rapports (auparavant à cinq rapports), ce qui entraîne l’amélioration de 0,4 L/100 km. Cette boîte de vitesses est maintenant livrable sur la version intermédiaire Premium (sur lequel s’arrêtera peut-être le choix de l’acheteur averti). Le mode X mentionné plus haut offre un nouveau mode en basse vitesse, ou dans les versions Premium et Limited avec transmission à variation continue, une boîte de vitesses manuelle à sept rapports avec des palettes que nous avons beaucoup utilisées pour maintenir le moteur en action. Le système multimédia de série comprend désormais un écran tactile haute résolution de 6,5 po (avec affichage de la caméra de recul), un système de commande d’iPod, Apple CarPlay et la connexion Bluetooth pour téléphone intelligent Android Auto avec lecture audio en continu. Le nouvel habitacle fait concurrence à ses plus importants rivaux de la catégorie en ce qui a trait à la configuration intérieure, ainsi qu’aux matériaux choisis et à leur qualité. Le véhicule conserve l’aspect ouvert et aéré de son prédécesseur, offre une excellente visibilité et dispose d’assez d’espace pour quatre ou cinq personnes. Le dégagement aux jambes à l’arrière passe de 90 cm à 93 cm, et l’espace de chargement maximal, de 1470 à 1566 litres. La seule option est la transmission à variation continue (1000 $ US).

Pour 2018, des phares automatiques reliés aux essuie-glaces, un pare-brise insonorisé, un système de surveillance de la pression des pneus avec capteurs individuels et les services de sécurité connectés Starlink (première année gratuite), qui comprend une fonctionnalité SOS, une assistance routière améliorée, des avertissements automatiques de collision, des alertes d’entretien, un rapport mensuel sur l’état du véhicule et des alertes de diagnostic, ont été ajoutés à la version Premium (23 510 $ US). Vous pouvez également améliorer le tout en ajoutant le service de localisation de véhicule volé, les notifications d’alarmes, le verrouillage et le déverrouillage à distance, le contrôle du klaxon et des phares à distance, ainsi que le localisateur de véhicule. À ce niveau, la suite de technologies de sécurité active EyeSight de Subaru est livrable. Elle comprend un régulateur de vitesse adaptatif, un système de freinage précollison automatique, une alerte de franchissement involontaire de voie, une aide au suivi de voie, un système d’information sur les angles morts, une alerte de trafic transversal arrière, et ainsi de suite.

Le Crosstrek Limited 2018 (27 210 $ US) est équipé, en plus, de jantes de 18 pouces, d’une boîte de vitesse automatique à variation continue, d’une clé intelligente (entré et démarrage), d’un siège conducteur à réglage électrique en six positions, de phares à DEL adaptatifs et d’un écran d’infodivertissement tactile de 8,0 pouces amélioré avec commande vocale, messagerie texte mains libres, radio satellite, lecteur CD, applications en nuage et abonnement de quatre mois gratuit à Sirius/XM Travel Link. Le système de commande automatique des feux de route, le freinage automatique en marche arrière, le système de navigation avec carte SD et la chaîne audio Harman Kardon de 440 watts à huit haut-parleurs sont tous optionnels.

Retour dans le futur

Il ne faut pas s’étonner que le Crosstrek prenne du galon dans la catégorie des multisegments sous-compacts. Les caractéristiques ajoutées ne le rendront que plus désirable auprès des clients avec un prix supérieur d’environ 100 $ à ses rivaux comparables. Pour ceux qui veulent les capacités hors route et les caractéristiques haut de gamme d’un Forester (27 835 $ à 41 335 $) ou d’une Outback (29 785 $ à 43 385 $), mais dans un plus petit format et à un prix plus abordable, le Crosstrek suit les traces de la Legacy Outback familiale et de l’Outback Sport qui ont déjà ravagé les pistes avant de devenir de vrais VUS en 2015. Nous avons toujours aimé l’idée d’une familiale compacte conçue pour le hors route, et Subaru vise en plein dans le mille encore une fois avec le Crosstrek 2018. Si vous avez aimé le dernier Crosstrek, vous aimerez celui-ci autant, sinon plus. Ne soyez cependant pas trop pressé de traverser des montagnes, un lac ou un cours d’eau. De ce que l’on a appris des ingénieurs pendant le débreffage suivant l’essai, Subaru envisage d’offrir un turbocompresseur. Le plus tôt sera le mieux.