Essais Premières impressions

Premières impressions de la Buick Regal TourX 2018 : briser les stéréotypes

La nouvelle familiale pourrait représenter la moitié des ventes

La nouvelle familiale pourrait représenter la moitié des ventes

À l’exception de quelques constructeurs européens, la plupart des constructeurs n’offrent pas encore de voitures familiales sportives en Amérique du Nord. Étrangement, Buick a récemment décidé de mettre en vente l’un de ces rarissimes modèles, la familiale Regal TourX, de notre côté de l’océan. Malheureusement, la TourX ne sera vendue qu’aux États-Unis. Cette surprenante décision s’inscrit tout de même dans la tendance récente de Buick à offrir des produits de niche. Même si le cabriolet Cascada est loin d’être un retentissant succès, enregistrant une diminution de ses ventes de 22 % en 2017 comparativement à l’année précédente, il a aidé Buick à conquérir une partie de la clientèle d’autres marques. L’Encore, lui, a contribué à l’engouement général pour les multisegments sous-compacts et est devenu le modèle le plus populaire de la marque. La Regal TourX représente peut-être un autre pari pour Buick, mais il n’est pas particulièrement risqué.

Avant la TourX, la Sportback a été le premier modèle de la nouvelle gamme de la Regal à débarquer chez les concessionnaires nord-américains. Le directeur du marketing, Philip Brook, raconte qu’au départ, Buick croyait qu’environ 70 % des ventes iraient à la Sportback. Maintenant, en raison de l’intérêt que la TourX a reçu des concessionnaires, médias, clients et autres, Buick commence à penser que la familiale pourrait prendre jusqu’à 50 % des ventes de la gamme aux États-Unis. Pas mal pour une simple familiale.

En plus d’être plus élevée d’environ 2,5 cm, la TourX est plus longue que la Sportback de 8,6 cm et possède 362,5 L de plus d’espace de chargement lorsque les sièges arrière sont repliés. Contrairement à l’autre modèle, la TourX n’est pas offerte avec la traction avant, et la seule option est le système de traction intégrale à double embrayage actif. Sous son capot, on trouve un moteur turbocompressé de 2,0 litres à quatre cylindres doté d’une puissance de 250 chevaux et d’un couple de 295 lb-pi.

Nous avons fait l’essai de la Regal TourX 2018 dans les environs de Sedona, en Arizona, une région connue pour ses magnifiques colonnes de roche rouge. En revenant en ville après une journée d’essais hors route, notre convoi de familiales Buick recouvertes de poussière rouge a attiré bien des regards. Sans doute parce que personne ne penserait conduire une Buick hors des routes pavées. Je comprends leur étonnement; moi aussi, j’ai été surprise.

Nous avons roulé sur les sentiers bosselés à des vitesses entre 30 et 55 km/h, dépassant des Jeep et autres robustes VUS. Ce n’était pas une aventure extrême, mais l’expérience nous a montré que la Regal TourX peut très bien rouler sur des routes de terre jonchées de pierres plus ou moins grosses. On sent les bosses lorsque la voiture roule dessus, surtout à l’arrière, mais la conduite reste aussi stable que sur la route.

Buick a conçu la Regal TourX afin qu’elle offre la même conduite que la Sportback à traction intégrale, et ça se voit. Sa tenue de route est plus sûre qu’on le croirait pour une familiale de cette taille. Elle refuse d’adhérer à l’idée préconçue que ce genre de voiture devrait donner l’impression d’être détachée de la route. Comme la Sportback à traction intégrale, elle bouge de façon prévisible à chaque mouvement du volant. La boîte de vitesses à huit rapports est douce et bien configurée; je n’ai remarqué aucune fausse note de ce côté. L’accélération de la TourX n’a rien d’extraordinaire, mais elle est assez puissante pour s’engager sur l’autoroute.

Les modèles Regal TourX sont munis de nouveaux pneus QuietTuning avec un matériau isolant supplémentaire qui réduit le bruit de la route. Malheureusement, cette technologie était absente de nos modèles d’essai, assemblés au début de la production. Mais même sans ces pneus silencieux, la voiture ne laisse pénétrer qu’un minimum de bruit de la route, et il n’y avait pratiquement aucun bruit de vent.

Les familiales de luxes sont déjà bien présentes sur le marché. On trouve l’Audi A4 Allroad, par exemple, ou encore la BMW Série 3 et la Mercedes-Benz Classe E, sans oublier les Volvo V60 et V90. Mais la TourX occupe un espace intéressant dans le segment, tout juste au-dessus des modèles Subaru Outback 2.5i et Volkswagen Golf Alltrack à quatre cylindres. Avec un prix de départ de 29 995 $ US, la voiture est livrée avec un point d’accès sans fil 4G LTE, un système sans clé et un bouton-poussoir de démarrage, un écran tactile de 7,0 pouces et des sièges en tissus. Le contrôle automatique de la climatisation n’est offert de série qu’avec le modèle haut de gamme.

La deuxième version de la gamme, la Preferred, ajoute un rétroviseur intérieur à électrochrome, des sièges à plus de réglages et quelques autres caractéristiques de série, pour un total de 33 595 $ US. Notre modèle d’essai était le plus haut de la gamme, l’Essence, offert à partir de 35 995 $ US. Vous y trouverez un écran tactile de 8,0 pouces, des sièges avant chauffants gainés de cuir, un volant chauffant, un éclairage ambiant, des sièges arrière repliables en trois divisés 40/20/40 et un hayon mains libres qui projette le logo de Buick derrière le véhicule pour vous aider à bien situer votre pied et ouvrir le coffre.

Le prix de départ de chaque modèle peut, bien sûr, rapidement augmenter lorsque vous ajoutez des options. Équipé d’une chaîne audio de luxe, de la radio HD, d’un ensemble de navigation et de deux ensembles d’aide au conducteur, le modèle que nous avons essayé coûtait 41 600 $ US. Le premier ensemble d’aide au conducteur, offert sur les modèles Preferred et Essence, ajoute des phares à DEL, un sonar de recul, une alerte de circulation transversale à l’arrière et un dispositif de détection d’obstacles sur les côtés avec alerte de changement de voie. Le deuxième, livrable seulement sur le modèle Essence, comprend les caractéristiques les plus utiles, comme le freinage automatique en marche avant, un système de suivi de voie, un régulateur de vitesse adaptatif et le freinage automatique pour piétons.

Malgré ses sièges confortables, l’habitacle n’est pas des plus esthétiques. Comme nous l’avions noté à propos de la Sportback, rien de l’intérieur de l’habitacle de la Regal n’est là pour choyer les occupants. Des détails uniques du modèle précédent, comme les commandes tactiles de la climatisation, sont absents. On trouve plutôt du plastique dur et des accents de bois au fini luisant. L’intérieur n’a pas la personnalité scintillante de l’extérieur de la voiture, mais il est très pratique. On peut transporter sans problème les bagages de toute la famille, sans avoir à replier les sièges.

Personne ne s’attend vraiment à ce que les familiales détrônent les multisegments en tant que véhicule vedette du marché actuel, mais nous pourrions être en train d’assister à une révolution tranquille du segment des familiales. Même si elles ne sont pas aussi présentes sur nos routes que les modèles plus hauts sur roues et que malgré que la TourX n’est pas offerte au Canada, elles peuvent désormais offrir des performances rivalisant avec celles de berlines. Alliant athlétisme et commodité, la Buick Regal TourX est un nouvel élément très intéressant de la stratégie de la marque.