Essais Premiers essays

Premier essai du Toyota 4Runner TRD Pro 2017 : l’exubérance hors route

Utilitaire et robuste comme il se doit

Utilitaire et robuste comme il se doit

Peu de VUS à carrosserie montée sur châssis sont encore sur le marché. Si vous en cherchez un, considérez le Toyota 4Runner. Malgré des mises à jour rarissimes, notamment une légère révision de son extérieur qui lui a conféré un air plus menaçant, le 4Runner demeure une option unique : un utilitaire compétent en l’absence de pavé. Nous avons donc fait l’essai d’un 4Runner TRD Pro pour déterminer si ce mastodonte est digne du fameux insigne qu’arbore son montant arrière et s’il constitue toujours une option viable comparativement aux multisegments basés sur des modèles de voiture.

Sur la piste, la vocation hors route du VUS est fort évidente. Le directeur des essais, Kim Reynolds, a perçu « de nombreux amples mouvements éléphantins » lors de l’épreuve du huit et a ajouté que l’utilitaire bouge « un peu comme dans un ralenti ». Avec de la patience, vous pouvez toutefois le laisser tourner en attendant qu’il prenne position dans le virage. Le 4Runner TRD Pro a bouclé l’épreuve en 28,9 secondes avec une moyenne de 0,57 g et généré une accélération latérale de 0,71 g.

 

Il était propulsé par un moteur V6 de 4,0 litres produisant 270 chevaux et 278 lb-pi de couple jumelé à une boîte de vitesses automatique à cinq rapports. À la piste d’accélération, le monstre a atteint 100 km/h en 8,0 secondes et a franchi le quart de mille en 16,1 secondes à une vitesse de pointe de 138,1 km/h. Chris Walton, chef des essais routiers, a constaté que le VUS s’éternise à la ligne de départ et que les cinq rapports entraînent des passages espacés. Si le véhicule a pris 38,7 mètres pour passer de 100 à 0 km/h avec une perte d’efficacité respectable, notre chef des essais routiers a cependant noté que le véhicule a une pédale de frein plutôt molle, plonge grandement de l’avant et souffre d’une direction instable qui a même causé un léger branlement du volant.

Parmi les caractéristiques qui distinguent un 4Runner TRD Pro de la version de base, notons une suspension TRD Pro dotée d’amortisseurs de 6,3 cm et de ressorts recalibrés Bilstein de gamme TRD. Le VUS est aussi plus élevé : 2,5 cm à l’avant et 5 cm à l’arrière. Des pneus tous terrains Nitto Terra Grappler encerclent les jantes TRD de 17 pouces en alliage noir mat, installées de série, pour maximiser les prouesses hors route. À l’avant, une plaque de protection en aluminium estampée « TRD » protège le groupe motopropulseur des cailloux et des débris. Le 4Runner TRD Pro comprend de série une traction à quatre roues motrices, un différentiel autobloquant, un régulateur de vitesse lente et un sélecteur de mode multiterrain qui permet de traverser les sentiers les plus exigeants.

Sur la route, force est de constater la douceur du géant de Toyota, qui offre une conduite confortable malgré ses pneus tous terrains. Toutefois, le bruit généré par l’air et les pneus est considérable sur l’autoroute. Comme c’est le cas dans bien des VUS axés sur la conduite hors route, la direction du 4Runner TRD Pro est lente et déteste amorcer les courbes avec trop de vitesse. Ses 2100 kg pèsent lourd et même les 270 chevaux et 278 lb-pi de couple que déploie le moteur V6 de 4 litres suffisent à peine à transporter toute la charge. Le véhicule peut sembler nonchalant en raison des cinq rapports espacés de la boîte de vitesses et il prend du temps à réagir lorsque vous demandez plus de puissance. Tout comme les autres 4Runner à quatre roues motrices, la cote de consommation de la version TRD Pro selon l’EPA est de 13,8 L/100 km en ville et de 11,8 L/100 km sur route. Loin d’être le meilleur, il compte toutefois sur son réservoir de 87 litres pour offrir une autonomie potentiellement respectable.

C’est une fois qu’il quitte la route que le 4Runner TRD Pro s’anime. Sur les parcours les plus faciles du parc hors route d’Hungry Valley à Gorman, en Californie, les capacités du 4Runner TRD Pro à filer dans le désert étaient évidentes alors que, à haute vitesse, sa stabilité demeurait inébranlable dans les sections cahoteuses. Une fois dans les trajets difficiles et techniques qui exigeaient de manœuvrer avec soin, le véhicule rampait sans problème sur les grosses roches et les bosses, même en escaladant une pente à pic. Hors des sentiers battus, le sélecteur de mode multiterrain vous donne plus de traction au besoin en modulant le système de contrôle de la stabilité en fonction de la surface sur laquelle roule le véhicule. Peu importe le type de terrain que vous affrontez, vous vous sentez inarrêtable à bord du 4Runner TRD Pro. À l’aise pour grimper les roches, filer dans le désert et rouler dans la boue, il constitue une option de choix pour ceux qui recherchent un véhicule dont les capacités surpassent celles des multisegments conçus selon un modèle de voiture.

Montez à bord du 4Runner et vous constaterez immédiatement qu’il s’agit d’un dinosaure. Le système d’infodivertissement, une ancienne version de l’interface Entune de Toyota, comprend un écran tactile de 6,1 pouces non capacitif qui vous force à appuyer dessus pour saisir votre sélection. Il est facile à utiliser : ses menus sont simples et sa fonction de commande vocale fonctionne mieux que celles d’autres systèmes d’infodivertissement. Les illustrations de la carte du système de navigation de série sont cependant pixélisées, particulièrement en mode 3D. De plus, aucune intégration Android Auto ou Apple CarPlay n’est offerte et la compatibilité se limite à des applications comme iHeart Radio, Pandora et Yelp.

Le 4Runner TRD Pro compte cinq places, mais d’autres versions permettent d’insérer une troisième rangée en option pour accueillir sept personnes, ce qui réduit l’espace de chargement à 254,9 litres quand les sièges sont relevés. Les versions à deux rangées comme la TRD Pro offrent 1234,6 litres d’espace de chargement derrière la deuxième rangée et un louable 2514,5 litres derrière les sièges avant. Cela fait du 4Runner l’un des VUS les plus commodes qui soient et lui permet de satisfaire aisément les familles actives tout comme ceux qui aiment conduire hors des sentiers battus. Les deux rangées offrent amplement de soutien et sont assez confortables en cas de longs trajets. Les passagers de la deuxième rangée peuvent également incliner leur dossier s’ils désirent accroître leur confort lors d’une escapade routière.

La qualité des matériaux est inégale. Des plastiques rigides sont présents particulièrement dans le tableau de bord, la console intermédiaire et les panneaux de porte, mais ils semblent robustes et ne se briseront pas facilement. Les endroits où reposer vos bras sont rembourrés et doux au toucher, ce qui atténue la faible qualité de l’intérieur. Contrairement aux véhicules récents dotés de boutons petits en nombre ou en grandeur, ce Toyota mise toujours sur des boutons et commandes larges qui vous permettent d’interagir facilement avec le système multimédia et le système de chauffage, de ventilation et de climatisation, et ce, même si vous portez des gants. La visibilité est généralement excellente grâce aux grandes vitres, mais les pieds arrière sont plutôt larges et obstruent votre champ de vision à droite.

Une nouvelle génération n’arrivera pas de sitôt et le 4Runner actuel, surtout la version TRD Pro que nous avons essayée, démontre qu’il a toujours sa place, en particulier pour les gens aventureux, car ses excellentes capacités hors route ne compromettent en rien son confort sur la route. Exception faite des Jeep Grand Cherokee et Wrangler Unlimited, peu de VUS accotent le mélange de capacités hors route, d’utilité, de confort et de commodité qu’offre le modèle de Toyota. La réputation du constructeur japonais en matière de fiabilité a permis au 4Runner de maintenir de bonnes ventes malgré son âge. D’un autre côté, la mise à jour du système d’infodivertissement, du groupe motopropulseur et de l’habitacle pourrait améliorer ses chances de conserver sa place en tant qu’option robuste qui possède des capacités supérieures par rapport aux multisegments plus populaires conçus à partir de modèles de voitures.