Essais Premiers essays

Premier essai du Lexus NX 300 2018 : le diable est dans les détails

Essai du multisegment compact de luxe de Lexus

Essai du multisegment compact de luxe de Lexus

Lexus a décidé que son deuxième multisegment le plus petit avait besoin d’un petit remontant après quelques années sur le marché, et c’est pourquoi le NX a droit à quelques améliorations pour 2018. Sortez votre loupe toutefois, parce qu’elles ne vous sauteront pas aux yeux.

En dehors de nouvelles teintes de peintures et finitions de jantes, le changement principal que vous pourrez remarquer sur tous les Lexus NX 2018 est son nom. Pour des raisons obscures, mais qui sont probablement liées à l’habitude de longue date de Lexus d’utiliser des chiffres imposants, on doit dire adieu au NX 200t et bonjour au NX 300. Non, cela ne signifie pas que vous aurez un moteur V6, seulement le même moteur turbocompressé à quatre cylindres en ligne de 235 chevaux et 258 lb-pi de couple.

Dans l’habitacle, vous pourrez remarquer l’écran d’infodivertissement de 8,0 pouces de série. Si vous commandez le système de navigation, vous aurez droit à l’écran de 10,3 pouces (nous ne l’avons pas fait). Le pavé de contrôle tactile est toujours là, plus large, mais pas plus simple d’utilisation ou moins déconcentrant. Le tout vient garni des toutes dernières applications Lexus Enform et d’un nouveau point d’accès sans fil Wi-Fi. Si vous portez attention à l’écran de 4,2 pouces niché entre les indicateurs, vous pourrez constater que le système de sécurité Lexus+ est maintenant de série et qu’il apporte le freinage automatique d’urgence, le régulateur de vitesse dynamique, l’alerte de franchissement involontaire de voie, le suivi de voie automatique et les feux de route automatiques.

Lexus affirme aussi que le NX 300 2018 est équipé de nouveaux composants de suspension pour améliorer la conduite et la maniabilité, mais, disons-le, nous ne sommes pas convaincus. Nous étions agréablement surpris de la qualité de conduite du NX 300 qu’on pourrait décrire par douceur de luxe. La maniabilité, par contre, ne nous a pas jetés par terre. On sent un peu l’enthousiasme dans les virages, et c’est tout. La carrosserie tangue beaucoup dans les courbes, va vers l’avant lors du freinage, puis vers l’arrière lors de l’accélération. Sur la piste d’essai, la performance du NX 300 était légèrement inférieure à celle du NX 200t 2016 pour tous les tests, à l’exception de la distance de freinage et la vitesse au quart de mille.

Voici les résultats : atteinte de 100 km/h en 6,9 secondes (0,1 seconde de plus), franchissement du quart de mille en 15,3 secondes à 146,4 km/h (0,6 km/h plus rapide), moyenne de 0,78 g sur la piste de dérapage (0,02 g de moins), réussite de l’épreuve du huit en 27,8 secondes à une moyenne de 0,62 g (0,6 seconde de plus et 0,02 g de moins en moyenne). Le freinage demeure remarquable avec une distance de 38,7 mètres.

Dans la rue, cette performance nous a donné un sentiment général de lourdeur. Quand on met le pied sur l’accélérateur, on peut entendre un ronronnement du moteur et l’accélération est acceptable, mais il n’y a pas de quoi devenir fou. Le ralentissement demande plus de pression sur les freins que ce à quoi on s’attend. Le véhicule penche beaucoup dans les virages, mais les supports latéraux épais des sièges avant le camouflent à merveille. On sent que le VUS est solide, comme s’il avait été taillé à même le roc. Dommage qu’on ait l’impression de conduire un bloc. Par chance, les amortisseurs sauvent la mise en vous isolant de la route. Mentionnons que même lorsqu’il est vide, on dirait qu’on traîne cinq passagers et une aire de chargement remplie à ras bord.

Ce n’est pas entièrement une mauvaise chose par contre. Comme nous l’avons mentionné, on sent sa lourdeur, mais les bosses, non. La puissance du moteur turbocompressé est tellement linéaire qu’on vous pardonnerait de vous demander si Lexus n’a pas glissé son vieux moteur V6 de 2,5 litres sous le capot. L’habitacle est d’un silence impressionnant, et on se sent complètement isolé de la folie extérieure. En matière de véhicules de luxe, on est au summum. Comme multisegment sportif? Pas tellement.

Malgré sa lourdeur, sa consommation de carburant se rapproche de celle d’un véhicule plus léger. L’estimation par l’EPA est de 10,7 L/100 km en ville, de 8,4 L/100 km sur route et de 9,4 L/100 km combinée. Ces résultats sont meilleurs que ceux que nous avons obtenus dans notre programme Cotes réelles : 10,7 L/100 km en ville, de 7,3 L/100 km sur route et de 9,3 L/100 km combinée.

Pour une utilisation quotidienne, nous avons encore des sentiments partagés. Du bon côté des choses, les sièges en faux cuir de notre NX 300 de base étaient particulièrement convaincants. Ils étaient doux et souples et on aurait facilement pu croire à du vrai cuir. Mais même si les sièges étaient confortables, nous n’étions pas emballés par leur positionnement. Le siège du conducteur est très haut, même lorsqu’on l’ajuste au réglage le plus bas, et puisque le volant se déploie très peu, ceux d’entre nous avec de courtes jambes devront se rapprocher énormément du tableau de bord. La même situation se répète pour les sièges arrière, ce qui fait en sorte qu’il faut grimper, tout en surveillant sa tête, pour y avoir accès sans se cogner au plafond. Il faut toutefois souligner que tant les sièges arrière que les sièges avant peuvent s’incliner.

À l’avant, nous sommes encore un brin insatisfaits du pavé de contrôle tactile que Lexus utilise pour son système d’infodivertissement. D’ailleurs, nous ne sommes pas charmés par l’ergonomie du NX 300; les commandes sont éparpillées un peu partout sur la console centrale plutôt rondelette. L’arrière du véhicule nous déçoit par son manque d’espace de chargement pour un véhicule de cette taille.

Voici où le plaisir commence : les prix. Pour un prix de base de 46 620 $ (notre modèle d’essai valait 40 463 $ US), le NX 300 est particulièrement bien équipé. En plus de l’équipement de sécurité de série et des sièges en imitation de cuir, nous avons aussi sélectionné les sièges avant chauffants et refroidissants, la surveillance des angles morts, les rétroviseurs à atténuation automatique, les capteurs d’aide au stationnement, un toit ouvrant et un hayon électrique qui s’ouvre lorsque vous passez votre jambe sous le pare-chocs arrière.

Même s’il n’est pas à la hauteur de son côté sportif dit amélioré, le NX 300 rebaptisé garde son statut de multisegment de luxe en plus de proposer un excellent prix pour son segment. Nos souhaits pour la suite? Un meilleur réglage de la suspension et peut-être une interface utilisateur repensée. Pour l’instant, toutefois, on peut dire qu’il remplit sa mission.

Lexus NX 300 2018
PRIX DE BASE 46 620 $
PRIX DU MODÈLE AMÉRICAIN TESTÉ 40 463 $ US
PARTICULARITÉS DU VÉHICULE VUS à 4 portes pour 5 passagers, traction, moteur à l’avant
MOTEUR Turbocompressé de 2,0 litres à 4 cylindres en ligne, DACT, 16 soupapes, 235 chevaux et 258 lb-pi de couple
BOÎTE DE VITESSES Automatique à 6 rapports
POIDS À VIDE (RAPPORT AVANT/ARRIÈRE) 1729 kg (60/40 %)
EMPATTEMENT 265,9 cm
LONGUEUR x LARGEUR x HAUTEUR 463,0 x 186,9 x 164,6 cm
ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 6,9 secondes
QUART DE MILLE 15,3 secondes à 146,4 km/h
FREINAGE DE 100 À 0 KM/H 38,7 m
ACCÉLÉRATION LATÉRALE 0,78 g (en moyenne)
ÉPREUVE DU HUIT DE MOTOR TREND 27,8 secondes à 0,62 g (en moyenne)
CONSOMMATION DE CARBURANT SELON NOTRE PROGRAMME COTES RÉELLES 10,7/7,3/9,3 L/100 km
ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA 10,7/8,4/9,4 L/100 km
CONSOMMATION D’ÉNERGIE EN VILLE ET SUR LA ROUTE 95,1/74,6 kWh/100 km
ÉMISSION COMBINÉE DE CO2 225,5 g/km