Essais

Premier essai des Kia Sportage EX et SX 2017 : des statistiques pour les moteurs

Meilleurs que jamais (mais encore trop gourmands)

Meilleurs que jamais (mais encore trop gourmands)

Le Sportage, qui en est désormais à sa quatrième génération, est le modèle le plus ancien de Kia. Pour vous mettre en contexte, quand le premier Sportage a fait ses débuts en Amérique du Nord en 1995, l’album Jagged Little Pill d’Alanis Morissette dominait les palmarès et Michael Jordan prenait un congé sabbatique du basketball pour tenter sa chance au baseball. Ça donne un coup de vieux, non? Depuis, Kia a vendu plus de 700 000 de ces multisegments compacts dont les ventes, l’an dernier seulement, ont connu une augmentation de 25 % par rapport à l’année d’avant. Après avoir passé du temps derrière le volant d’un EX à moteur à aspiration naturelle et à traction intégrale, et d’un SX à moteur turbocompressé et à traction intégrale, nous croyons que l’objectif de vente de 800 000 est parfaitement à la portée de la quatrième génération. (Mais soyez prévenu que vous irez à la station-service plus souvent que si vous aviez magasiné ailleurs.)

Débarrassons-nous tout de suite des mauvaises nouvelles. La consommation d’essence du Sportage n’est pas terrible pour sa catégorie. En effet, l’EX 2017 à traction intégrale brûle 11,2/9,4/10,2 L/100 km (ville/route/combinée) selon l’EPA, ce qui ne semble pas si mal jusqu’à ce qu’on regarde la consommation de véhicules semblables, comme le Honda CR-V Touring 2016 à traction intégrale (9,4/7,6/8,7 L/100 km) et le Subaru Outback 2.5i Limited 2017 (9,4/7,4/8,7 L/100 km). Même si l’on garde en tête que les tests d’économie de carburant de l’EPA sont plus stricts pour l’année modèle 2017, la différence est quand même importante, et notre programme Cotes réelles donne des résultats similaires. Lorsque les tuyaux d’échappement du Sportage EX sont connectés à un coûteux analyseur de gaz, une consommation de 12,1/8,3/10,4 L/100 km est calculée. Notre CR-V Touring d’essai à long terme, pour sa part, a obtenu 10,2/8,2/9,3 L/100 km alors qu’une consommation encore moins élevée de 9,8/7,6/8,8 L/100 km a été enregistrée pour notre Outback 2.5i Limited. Deux autres multisegments compacts d’essai à long terme, le Nissan Rogue SL à traction intégrale (11,7/8,3/10,2 L/100 km) et le Mitsubishi Outlander SEL à traction intégrale (10,1/8,7/9,5 L/100 km), consomment eux aussi moins que le Sportage EX. En ce qui concerne le Sportage SX 2017 à moteur turbocompressé, nous n’avons pas pu l’évaluer selon notre programme Cotes réelles, mais sa consommation de 11,8/10,2/11,2 L/100 km selon l’EPA ne fait pas le poids par rapport au Ford Escape à moteur turbocompressé de 2,0 litres et à traction intégrale (11,8/8,7/10,2 L/100 km).

Pourquoi le Sportage a-t-il un désir aussi insatiable de pétrole? La faute ne revient pas à son poids excessif puisque l’EX à traction intégrale pèse 1640 kg, soit 39 kg de moins que notre corpulent Outback de 1679 kg, et que la balance affiche 1701 kg pour le SX, soit 19 kg de moins que l’Escape Titanium 2.0T 2013 à traction intégrale. Nous ne pouvons pas non plus jeter le blâme sur le moteur à injection directe et à quatre cylindres en ligne de 2,4 litres de l’EX qui produit moins de chevaux (181) que le moteur à injection directe de 2,4 litres du CR-V (185). Même chose pour le moteur turbocompressé de 2,0 litres et 237 chevaux du SX qui est un peu moins puissant que celui de l’Escape. Ainsi, il semblerait que la boîte de vitesses automatique à six rapports relativement dépassée de Kia devrait être remplacée par une boîte avec plus de rapports ou, comme il est de rigueur dans le segment, par une transmission à variation continue sans engrenage. Le Sportage pourrait peut-être aussi emprunter le moteur turbocompressé de 1,6 litre et de 175 chevaux jumelé à une boîte de vitesses automatique à double embrayage à sept rapports du véhicule avec lequel il partage sa plateforme, le Hyundai Tucson 2017, qui consomme 9,8/8,4/9,0 L/100 km selon les estimations de l’EPA pour un modèle à traction intégrale.

Passons maintenant aux bonnes nouvelles. La boîte de vitesses à six rapports, bien qu’elle ne soit pas un modèle d’économie d’essence, est réactive et fluide en plus de pouvoir être actionnée sans heurt par des palettes de changement de vitesse dans le SX à moteur turbocompressé. De plus, la performance en ligne droite de l’EX est concurrentielle dans sa catégorie, avec une accélération de 0 à 100 km/h en 9,0 secondes et un quart de mille franchi en 16,9 secondes à 133,6 km/h, deux résultats qui surpassent ceux que nous avons tirés de l’Outback 2.5i Limited (9,5 secondes et 17,4 secondes à 132,1 km/h). Le SX de 237 chevaux est considérablement plus rapide que son frère sans moteur turbo, avec des temps de 8,1 secondes et de 16,2 secondes à 139 km/h, mais il traîne tout de même de la patte par rapport au dernier Espace Titanium 2.0T à traction intégrale que nous avons conduit (6,8 secondes et 15,2 secondes à 142,9 km/h).

Si l’on fait abstraction des chiffres, les deux Sportage sont dynamiques et amusants à conduire, surtout quand la route se met à onduler. La suspension est très tendue sans trop l’être, ce qui procure au multisegment une docilité inégalée dans les générations précédentes. La route se perçoit à merveille par la direction à crémaillère sans point mort qui procure une impression de fermeté en ligne droite. La sensation de freinage est à fois puissante, rassurante et linéaire grâce aux disques de frein aux quatre roues. Le Sportage n’offre peut-être pas une conduite aussi confortable que celle de l’Outback ni une direction aussi précise que celle du Mazda CX-5, mais son compromis entre conduite et maniabilité est meilleur que jamais et plus en harmonie avec celui du CR-V et du Rogue. En fait, l’accélération latérale maximale de 0,83 g du Sportage EX, son épreuve du huit en 27,4 secondes et sa distance de freinage de 100 à 0 km/h en 34,8 mètres le placent au sommet du classement avec l’Outback, le Rogue et le CR-V.

Conçu en Corée et en Allemagne sous la direction de l’ancien concepteur d’Audi Peter Schreyer, le Sportage revêt une élégance européenne et quelques caractéristiques évoquant le Q5 et le Porsche Cayenne. Le nouveau Sportage est plus long de 4,1 cm et roule sur un empattement plus long de 3,1 cm par rapport à son prédécesseur. Les 185,4 cm du Sportage en font un véhicule plutôt large pour sa catégorie, avec 1,5 cm de plus que l’Outback. Les jantes de 19 pouces en alliage du SX comblent à merveille les passages de roue et les jantes de 18 pouces de l’EX sont tout aussi chics. L’habitacle du Sportage, pour sa part, incarne parfaitement la simplicité moderne. Le design est épuré, simple et magnifique avec un agencement agréable à l’œil, des commandes intuitives et une multiplication des matériaux doux au toucher sur le tableau de bord et les portières. Le dégagement pour la tête et les jambes est plus important qu’avant et l’espace de chargement a été augmenté de 18 % pour atteindre 869,3 L lorsque les sièges arrière ne sont pas rabattus. Comme la majorité des Kia, le Sportage n’est pas à plaindre côté confort et commodité. À eux deux, nos modèles d’essai étaient munis d’une chaîne audio Harman Kardon à huit haut-parleurs de 320 watts; d’Android Auto et d’Apple CarPlay; de la navigation; d’un système d’infodivertissement et de télématique UVO3 amélioré avec 14 services sans frais, y compris l’entretien du véhicule, le géoblocage et l’alerte de couvre-feu; de sièges chauffants et ventilés; d’un volant chauffant et d’un toit panoramique.

Selon Kia, 51 % de la carrosserie du Sportage est fabriquée en acier avancé à haute résistance et 103,3 mètres d’adhésif structural (une extension d’environ 85 mètres) la rigidifient. Par conséquent, non seulement le Sportage est-il solide et sans grincements, mais il obtient également de bons résultats dans les essais de collision de l’IIHS, au point de recevoir la cote convoitée de Meilleur choix sécurité+. Le multisegment n’aurait pas reçu une telle cote sans son avertisseur d’imminence de collision avant et son freinage d’urgence autonome en option. De plus, le Sportage est également livrable avec l’alerte de circulation transversale à l’arrière, l’avertisseur de dépassement de voie et le dispositif de détection de présence dans les angles morts avec aide au changement de voie.

Le prix de notre modèle d’essai EX à traction intégrale était de 32 595 $ US, ce qui est bien inférieur au prix de base d’un CR-V Touring à traction intégrale (34 295 $ US) et d’un Outback 2.5i Limited avec système EyeSight et navigation (34 635 $ US). En matière de style, de contenu, de sécurité et de dynamisme, le nouveau Sportage présente une nette amélioration par rapport à la troisième génération. Pour ce qui est de l’économie de carburant, par contre, les progrès sont à peine visibles. Oui, ce tout nouveau Sportage de quatrième génération est hors de tout doute le meilleur jamais construit, mais sa consommation de carburant combinée franchement supérieure à celle de l’Outback pourtant plus lourd nous empêche de le classer au sommet de sa catégorie sans faire preuve d’irréalisme. Déterminer sa position précise dans le classement nécessitera un essai de comparaison rigoureux. Voilà un dossier à suivre.

Kia Sportage 2017
EX à traction intégrale

SX T-GDI à traction intégrale

PRIX DE BASE 31 535 $

41 135 $

PRIX DU MODÈLE AMÉRICAIN TESTÉ 32 595 $ US

34 895 $ US

PARTICULARITÉS DU VÉHICULE VUS de 4 portes pour 5 passagers, traction intégrale, moteur à l’avant

VUS de 4 portes pour 5 passagers, traction intégrale, moteur à l’avant

MOTEUR 2,4 L à DACT, 16 soupapes et 4 cylindres en ligne, 181 chevaux et 175 lb-pi de couple

Turbocompressé de 2,0 L à DACT, 16 soupapes et 4 cylindres en ligne, 237 chevaux et 260 lb-pi de couple

BOÎTE DE VITESSES Automatique à 6 rapports

Automatique à 6 rapports

POIDS À VIDE (RAPPORT AVANT/ARRIÈRE) 1640 kg (58/42 %)

1701 kg (59/41 %)

EMPATTEMENT 267 cm

267 cm

LONGUEUR x LARGEUR x HAUTEUR 448,1 x 185,4 x 165,6 cm

448,1 x 185,4 x 165,6 cm

ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 9,0 secondes

8,1 secondes

QUART DE MILLE 16,9 secondes à 133,6 km/h

16,2 secondes à 139,0 km/h

FREINAGE DE 100 À 0 KM/H 34,7 m

36 m

ACCÉLÉRATION LATÉRALE 0,83 g (en moyenne)

0,83 g (en moyenne)

ÉPREUVE DU HUIT DE MOTOR TREND 27,4 secondes à 0,60 g (en moyenne)

26,8 secondes à 0,65 g (en moyenne)

ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA 11,2/9,4/10,2 L/100 km

11,8/10,2/11,2 L/100 km

CONSOMMATION D’ÉNERGIE EN VILLE ET SUR LA ROUTE 99/84 kWh/100 km

105/91 kWh/100 km

ÉMISSION COMBINÉE DE CO2 242,39 g/km 256,48 g/km

Vous trouverez ci-dessous des photos supplémentaires prises par Motor Trend et le constructeur.