Essais Premiers essays

Premier essai de la Nissan Altima 2.5 SV 2017 : encore un joueur utile

La berline est plus rapide que la plupart de ses rivales

La berline est plus rapide que la plupart de ses rivales

Ceux et celles qui se procureront une Nissan Altima 2017 pourront profiter d’un avantage que l’on ne trouve pas sur ses rivales, comme la Toyota Camry 2.5, la Chevrolet Malibu 1.5 et surtout la Ford Fusion 1.5 : une combinaison gagnante d’une excellente accélération et de la meilleure économie de carburant selon l’EPA de sa catégorie. Même si personne n’atteindra la consommation calculée par l’EPA en profitant de l’impressionnante accélération de 0 à 100 km/h de l’Altima, ses excellents résultats sur les deux paramètres de performance propulsent la berline de Nissan aux devants d’une catégorie surpeuplée. Nous avons conduit l’Altima de Los Angeles jusqu’à San Francisco pour déterminer si la berline intermédiaire redessinée est aussi bien conçue qu’elle en a l’air.

Les versions précédentes de l’Altima ont généré des commentaires plutôt mitigés; elle s’est déjà classée cinquième d’un groupe de six lors d’un Grand Essai de comparaison, bien que mon expérience avec l’Altima 2.5 SL 2013 ait somme toute été plus positive. L’Altima a été redessinée pour 2016, ce qui a permis au constructeur de régler certains des problèmes qui nuisaient aux modèles 2013 à 2015, dont la transmission à variation continue. Même si la TVC ne fait pas encore l’unanimité auprès des conducteurs, la boîte de vitesses réajustée est l’un des meilleurs éléments de l’Altima 2017. Outre l’extérieur remis au goût du jour, l’Altima a également droit à des technologies de sécurité active offertes en option et un habitacle beaucoup plus silencieux.

2017 Nissan Altima cabin

C’est surtout cette tranquillité qui m’a frappé lors de notre parcours sur l’autoroute. Notre voiture d’essai, d’une valeur de moins de 30 000 $ US, était nettement moins bruyante que notre Altima 2013 d’essai à long terme – d’après mes souvenirs. Cette amélioration vaut beaucoup de points à l’Altima, permettant d’atténuer le bourdonnement de moteur occasionné par la TVC. Le moulin de 2,5 litres à quatre cylindres en ligne et à aspiration naturelle de l’Altima, bon pour 179 chevaux, ronronne toujours un peu, mais le bruit est beaucoup moins gênant que ce à quoi les propriétaires d’Altima des années modèles 2013 à 2015 (ou les conducteurs de voitures de location) sont peut-être habitués. (Notre voiture d’essai était un modèle 2016 produisant 182 chevaux, et le modèle 2017 est identique, sauf qu’il développe 179 chevaux peu importe où il est offert en Amérique du Nord). La TVC est aussi très réactive. Sur la route comme en ville, la voiture est toujours prête à réagir et le bouton de freinage moteur installé à côté du levier de la boîte de vitesses demeure tout aussi utile que celui de notre modèle 2013 d’essai à long terme lorsqu’il faut ralentir sans appuyer sur les freins et sans faire allumer les feux arrière.

Si Motor Trend décide un jour d’organiser une grande course d’accélération mettant en vedette les berlines intermédiaires, l’Altima 2017 serait presque assurée de se retrouver sur le podium. Avec notre voiture modestement équipée, nous avons réussi à passer de 0 à 100 km/h en 7,8 secondes – un temps qui peut sembler plutôt moyen… si on oublie qu’il s’agit du moteur de base. En la comparant aux autres modèles que nous avons testés, nous remarquons que l’Altima accote la Mazda6 2016 (7,9 secondes), qu’elle est plus rapide que la Volkswagen Passat 1.8T 2016 de 0,2 seconde (8,0 secondes), et qu’elle dépasse la Hyundai Sonata Limited 2.4 2015 de 0,6 seconde (8,4 secondes). L’Altima 2.5 est aussi plus rapide que la Camry 2017 à quatre cylindres en ligne (8,5 secondes) et les versions de 1,5 litre des Fusion 2017 et Malibu 2016, qui atteignent 100 km/h en 9,1 et 8,5 secondes, respectivement.

Avant de passer aux modèles à moteur V6 ou à moteur turbo à quatre cylindres haute performance, il faut parler d’une berline intermédiaire plus rapide que l’Altima : la Kia Optima, avec son moteur turbocompressé plus petit – 1,6 litre – à quatre cylindres et sa boîte automatique à double embrayage à sept rapports. Nous avons fait l’essai d’un modèle 2016 qui atteignait 100 km/h en 7,5 secondes. Il s’agit aussi de l’une des voitures les plus écoénergétiques de la catégorie, au même titre que l’Altima. Bien sûr, les chiffres réels peuvent varier selon les habitudes du conducteur (et la lourdeur de son pied sur l’accélérateur), mais la consommation selon l’EPA de 8,7/6,0 L/100 km (ville/route) de l’Altima non SR avec moteur à quatre cylindres la hisse vers le sommet de la catégorie. Le modèle 2017 de l’Optima, avec son moteur turbocompressé de 1,6 litre, consomme 8,4/6,4 L/100 km. La consommation de l’Accord 2017 de base, propulsée par un moteur à quatre cylindres en ligne, est évaluée à 8,7/6,5 L/100 km, tandis que la Camry avec moteur à quatre cylindres en ligne, pénalisée par les critères plus serrés de l’EPA en 2017, consomme 9,8/7,1 L/100 km.

La direction de l’Altima a un poids respectable et elle procure une certaine sensation de la route, même s’il ne s’agit pas de la variante SR plus sportive. Bouclant l’épreuve du huit en 27,5 secondes avec une moyenne de 0,63 g, l’Altima offre une performance plus ou moins équivalente à celle de ses concurrentes. Le plus important, c’est que même si l’Altima n’a pas la conduite enivrante ou l’agilité d’une Mazda6, elle n’en demeure pas moins une berline intermédiaire très compétente, même propulsée par le moteur de base.

La plupart du temps, les propriétaires de berlines intermédiaires s’en servent pour leurs déplacements quotidiens; l’Altima 2017 ne possède pas de mode Eco pour la boîte de vitesses, mais c’est dans ce contexte que l’on apprécie pleinement la TVC et toutes ses qualités. Son fonctionnement tout en douceur est absolument remarquable, sans oublier les indicateurs très brillants du groupe d’instrumentation placés autour d’un écran couleur dernier cri penché vers l’arrière pour assurer une meilleure visibilité. Il s’agit du genre de caractéristiques que vous remarquerez – et apprécierez – tous les jours. Il est donc plutôt dommage que l’écran tactile au centre du tableau de bord soit monté aussi bas que sur notre voiture d’essai à long terme, et que l’écran offert en option n’est que de 7,0 pouces. (L’écran de base est de 5,0 pouces.) De plus, même si le système de reconnaissance vocale Siri Eyes Free est tout à fait commode, il faudra encore patienter pour l’intégration complète d’Apple CarPlay et d’Android Auto.

Pendant notre voyage jusqu’à San Francisco, les trois autres occupants de la voiture et moi avons trouvé l’habitacle spacieux et les 436 litres d’espace de chargement du coffre bien pratiques. Malheureusement, la variante 2.5 SV de milieu de gamme ne peut être équipée de la suite complète de technologie active de Nissan. On espère toutefois que ce n’est qu’une question de temps avant que les technologies soient offertes sur la version SV. Notre voiture n’avait peut-être pas de régulateur de vitesse actif ou un système de freinage automatique d’urgence, mais elle possédait une alerte de circulation transversale à l’arrière. Cette technologie particulièrement utile avertit le conducteur lorsque la voiture est en marche arrière et qu’il est difficile de voir les véhicules qui pourraient s’approcher, par exemple dans un stationnement. Pour le segment des voitures intermédiaires, la Subaru Legacy Sport 2017 y ajoute un freinage automatique enclenché si le conducteur continue de reculer vers un véhicule en mouvement. L’Altima 2017 obtient de bonnes cotes de sécurité, comme la majorité des voitures de sa catégorie. Elle reçoit une cote de sécurité globale de cinq étoiles de la NHTSA, ainsi que la cote Meilleur choix sécurité+ de l’IIHS – le « + » ne s’applique toutefois qu’aux Altima munies du système de freinage avant d’urgence, offert sur les versions 2.5 SL et supérieures.

Côtés caractéristiques de base, l’Altima 2017 n’a pas grand-chose à envier à ses rivales : elle est aussi spacieuse que ce à quoi on s’attend, et elle est plus rapide que ses concurrentes de Hyundai, Ford, Chevrolet et Toyota. À l’extérieur, l’avant redessiné ne plaira peut-être pas à tous (personnellement, je n’aime pas trop), mais si l’écran tactile de 7,0 pouces vous convient et que vous n’avez pas peur des TVC, n’hésitez pas à essayer l’Altima 2017.

Nissan Altima 2.5 SV 2016
PRIX DE BASE 28 958 $
PRIX DU MODÈLE AMÉRICAIN TESTÉ 28 935 $ US
PARTICULARITÉS DU VÉHICULE Berline 4 portes pour 5 passagers, traction, moteur à l’avant
MOTEUR 2,5 L à DACT, 16 soupapes et 4 cylindres en ligne, 182 chevaux et 180 lb-pi de couple
BOÎTE DE VITESSES Automatique à variation continue
POIDS À VIDE (RAPPORT AVANT/ARRIÈRE) 1481 kg (60/40 %)
EMPATTEMENT 277,6 cm
LONGUEUR x LARGEUR x HAUTEUR 487,4 cm x 182,8 cm x 146,8 cm
ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 7,8 secondes
QUART DE MILLE 16,0 secondes à 142,6 km/h
FREINAGE DE 100 À 0 KM/H 36,9 m
ACCÉLÉRATION LATÉRALE 0,83 g (en moyenne)
ÉPREUVE DU HUIT DE MOTOR TREND 27,5 secondes à 0,63 g (en moyenne)
ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA 8,7/6,0 L/7,6 100 km
CONSOMMATION D’ÉNERGIE EN VILLE ET SUR LA ROUTE 77/53 kWh/100 km
ÉMISSION COMBINÉE DE CO2 174,75 g/km