Essais Premiers essays

Premier essai de la Cadillac ATS 2.0T 2017

Puissance équilibrée

Puissance équilibrée

Les attentes étaient très élevées lorsque Cadillac a dévoilé l’ATS pour l’année modèle 2013. C’était le premier vrai concurrent américain à la Série 3, suivant les traces de la CTS, bien accueillie du public. Mais depuis, l’ATS n’a pas reçu beaucoup d’attention comparativement à des modèles plus récents, comme l’Audi A4 et la Mercedes Classe C. Elle n’a jamais acquis le même poids sur le marché que ses concurrentes allemandes, et malgré les incitatifs, les ventes aux États-Unis ont diminué de 10 % ou plus chaque année depuis sa première année sur le marché. Aurions-nous oublié à quel point il s’agit d’une excellente voiture?

Nous aimons la berline ATS depuis le début. Au cours de la première année – et lors des années suivantes – sa conduite et sa maniabilité n’avaient rien à envier à celles de la Série 3. « Même sur une chaussée recouverte de neige et de glace, qu’elle soit conduite tous les jours ou qu’elle serve seulement de véhicule de voyage occasionnel, l’ATS procure une conduite silencieuse, une bonne économie de carburant et beaucoup de puissance », avions-nous écrit lors de notre essai à long terme de l’ATS 2.0T 2014. C’est toujours vrai aujourd’hui. On pourrait même dire que de nombreux aspects de l’ATS sont devenus plus attirants avec les années.

« Contrairement à ce que j’aurais pu croire, cette voiture vieillit comme un bon vin, a dit notre rédacteur adjoint Scott Evans. Le système CUE fonctionne parfaitement pour moi maintenant, les indicateurs sont beaucoup plus beaux, le design est plus raffiné, le moteur est plus doux et la qualité des matériaux a été améliorée. »

2017 Cadillac ATS 20T front three quarter

Pour l’année modèle 2015, Cadillac a redessiné l’avant de la voiture et recalibré le moteur turbocompressé de 2,0 litres afin qu’il développe plus de couple. L’année suivante, Cadillac a muni son interface CUE d’un processeur plus puissant pour améliorer la rapidité du système et le rendre plus facile à utiliser. Même s’il n’est pas parfaitement intuitif, il est maintenant beaucoup plus convivial. Peu de choses ont été changées pour 2017, mais Cadillac abandonne enfin l’encombrant moteur de base de 2,5 litres à aspiration naturelle. En contrepartie, on ajoute à l’ATS le Groupe habillage sport noir, offert en option moyennant un supplément de 4905 $ et ajoutant des éléments subtils mais très attrayants, dont des roues au fini noir, des éléments d’accent noir chromés et un becquet arrière dynamique de série V. À l’intérieur, vous trouverez des sièges avant Recaro et une garniture en fibre de carbone au fini mat.

Ce nouvel ensemble souligne avec style le caractère athlétique de l’ATS. Contrairement à beaucoup d’autres modèles offerts dans le segment, cette voiture est bien plus qu’une simple berline de luxe. En fait, la conception de l’ATS demeure presque exclusivement axée sur la performance. Des sièges Recaro solidement renforcés à la suspension étonnamment raide, en passant par la direction ultra-précise, la conception de l’ATS repose presque entièrement sur un seul aspect.

« L’ATS est une berline sport très légère, vive et agile, décrit notre directeur technique Frank Markus. C’est sur les routes sinueuses qu’elle est véritablement à sa place. »

Nos rédacteurs ont été nombreux à louanger la performance de son châssis, surtout dans les virages.

Le moteur développe beaucoup de puissance et, malgré la raideur de la suspension, la conduite est bien contrôlée. Avec l’ATS, Cadillac réussit également un exploit plutôt difficile : intégrer un système de mise en veille qui réveille le moteur sans déranger le conducteur.

L’ATS se comporte comme si elle offrait l’une de meilleures tenues de route de sa catégorie, mais ses chiffres ne racontent pas tout à fait la même histoire. Le temps d’accélération de 0 à 100 km/h n’a pas beaucoup évolué depuis le premier modèle : notre ATS 2017 atteint 100 km/h en 5,7 secondes, soit le même temps que le modèle 2013 dont nous avions fait l’essai en premier. C’est un peu plus lent que la BMW 330i 2017, qui avait obtenu un résultat de 5,5 secondes à notre essai, mais plus rapide que la Mercedes-Benz C300 Sport 2017, qui a atteint 100 km/h en 6,0 secondes. C’est une Audi A4 2017 d’essai munie de la traction intégrale (contrairement aux autres voitures) qui a obtenu le meilleur résultat du lot : 5,0 secondes.

La Cadillac a facilement franchi le quart de mille en 14,2 secondes à 158,2 km/h et bouclé l’épreuve du huit en 26,0 secondes à une moyenne de 0,71 g. Ces chiffres sont très près de ceux de la BMW (14,2 secondes à 158,5 km/h au quart de mille et 26,1 secondes à 0,71 g à l’épreuve du huit) alors que la Mercedes était un peu plus lente, avec 14,5 secondes à 154,5 km/h au quart de mille et 25,7 secondes à 0,71 g à l’essai du huit. Encore une fois, l’Audi a obtenu de bons résultats, avec 13,7 secondes à 160,9 km/h au quart de mille et 25,7 secondes à 0,74 g à l’épreuve du huit.

2017 Cadillac ATS 20T front three quarter in motion 02

Selon l’EPA, la voluptueuse berline consomme 10,7/7,6/9,4 L/100 km (ville/route/combinée), mais nos essais du programme Cotes réelles lui attribuent plutôt une consommation de 10,1/7,3/8,8 L/100 km.

Malgré sa conduite confiante et ses bons résultats, la Cadillac n’arrive pas à masquer quelques éléments plus disgracieux, comme le bruit de la route et des pneus qui s’infiltre dans l’habitacle lorsqu’elle roule. « La boîte de vitesses est l’un des pires éléments affectant la dynamique de la voiture, explique Jason Cammisa, premier rédacteur de chroniques. Elle est parfois confuse, constamment et continuellement lente, et parfois très rude. »

Scott Evans n’était pas tout à fait du même avis : « Elle est plutôt douce, mais j’aurais aimé qu’elle puisse détecter une conduite sportive et s’ajuster en conséquence. Elle ne rétrogradera pas d’elle-même – il faut lui demander. »

Étant donné la personnalité terre-à-terre et pratique de la voiture, on peut comprendre, ou du moins ignorer, une boîte de vitesses crispée. Mais d’autres aspects de l’ATS mettent en relief l’absence d’équilibre. Déjà, elle déprécie très rapidement : après 5 ans, la voiture ne vaut plus que 37,63 % de son prix de départ. La plupart de ses concurrentes retiennent environ 40 % de leur valeur après la même période, dont la BMW qui en retient 44,06 %.

L’espace intérieur n’est pas non plus des plus pratiques. « La banquette arrière est ridicule, affirme Zach Gale, notre premier directeur de la production. La berline perd tout son attrait – rendu là, pourquoi ne pas opter pour le coupé? » Jason a résumé le tout ainsi : « C’est la voiture qu’il vous faut si la seule chose qui compte pour vous, c’est l’expérience de conduite. »

Cet essai de l’ATS nous a rappelé de bons souvenirs de la première fois où nous avons conduit la berline, il y a des années. Mais plus que la nostalgie, notre essai a souligné les problèmes de la berline, peu nombreux mais majeurs, surtout lorsqu’on la compare aux nouvelles voitures sur le marché, de plus en plus axées sur le luxe et le confort. Même si elle n’est pas parfaitement équilibrée, l’ATS offre l’une des meilleures conduites dans ce segment très difficile, et ça, on ne l’oubliera pas.

Cadillac ATS 2.0T 2017
PRIX DE BASE 37 695 $
PRIX DU MODÈLE AMÉRICAIN TESTÉ 45 930 $ US
PARTICULARITÉS DU VÉHICULE Berline 4 portes pour 5 passagers, propulsion, moteur à l’avant
MOTEUR Turbocompressé de 2,0 L à DACT, 16 soupapes et 4 cylindres en ligne, 272 chevaux et 295 lb-pi de couple
BOÎTE DE VITESSES Automatique à 8 rapports
POIDS À VIDE (RAPPORT AVANT/ARRIÈRE) 1575 kg (51/49 %)
EMPATTEMENT 277,6 cm
LONGUEUR x LARGEUR x HAUTEUR 464,3 cm x 180,6 cm x 142,0 cmv
ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 5,7 secondes
QUART DE MILLE 14,2 secondes à 158,2 km/h
FREINAGE DE 100 À 0 KM/H 35,1 m
ACCÉLÉRATION LATÉRALE 0,87 g (en moyenne)
ÉPREUVE DU HUIT DE MOTOR TREND 26,0 secondes à 0,71 g (en moyenne)
CONSOMMATION DE CARBURANT SELON NOTRE PROGRAMME COTES RÉELLES 10,1/7,3/8,8 L/100 km
ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA 10,7/7,6/9,4 L/100 km
CONSOMMATION D’ÉNERGIE EN VILLE ET SUR LA ROUTE 95/168 kWh/100 km
ÉMISSION COMBINÉE DE CO2 217 g/km