Actualités Essais

Premier coup d’œil au Volkswagen I.D. Buzz Concept : retour aux années 70

Might the MEB Platform Finally Bring us a Modern Microbus?

Might the MEB Platform Finally Bring us a Modern Microbus?

Il y a eu le Microbus Concept 2001, le Bulli en 2011, et, au CES de l’an dernier, le BUDD-e; Volkswagen nous fait languir depuis longtemps lorsqu’il est question d’une nouvelle version de son emblématique microbus de Type 2 à moteur arrière refroidi à l’air. Chacun de ces concepts possédait assez d’éléments esthétiques pour rappeler l’allure hippie du modèle original, mais les deux premiers tentaient plutôt d’adapter la conception de type monospace à un groupe motopropulseur traditionnel à combustion et à configuration à traction. Même le BUDD-e, qui devait être un véhicule électrique, conservait le capot et la calandre des modèles actuels, refroidissant d’emblée les amateurs du microbus.

Cette nouvelle tentative semble déjà plus près de ce que le microbus original représentait – et à ce jour, elle est la seule à vraiment lui ressembler. L’I.D. Buzz – prononcé à l’allemande, soit [ajdibys] (aïl-di-bus) – est basé sur la plateforme modulaire électrique MEB, une nouvelle plateforme qui sera produite à partir de 2020 et que l’on retrouvera dans la troisième incarnation de la Beetle (la Rabbit/Golf étant la seconde). Il semblerait qu’à l’instar de cette nouvelle coccinelle – et celle de l’époque – l’I.D. Buzz soit un modèle à propulsion, même si le concept est muni de moulins électriques actionnant les deux essieux. Sans encombrant moteur à combustion à l’avant, Volkswagen peut donc éliminer le gros capot. Le constructeur a tout de même installé une structure de protection plus importante que celle du vieux modèle à l’avant du véhicule, et on y retrouve également les commandes de climatisation et un coffre avant de près de 200 litres. L’allure du concept est rehaussée par un pare-brise semi-avancé surplombant un long tableau de bord.

L’avant du véhicule arbore toujours le V profond de la marque, mais les phares ronds ont été remplacés par des « yeux » à DEL, avec des « paupières » recouvertes de lumières et des iris en DEL qui peuvent regarder dans une direction ou une autre avant les virages ou pour signifier la reconnaissance d’un piéton ou d’un cycliste. Ces « yeux » semblent même se refermer lorsque le moteur est arrêté. Nous ne serions pas surpris d’apprendre qu’il puisse même être possible de les agencer à la couleur des yeux du propriétaire. Une bande d’ampoules à DEL entoure la carrosserie du véhicule, traçant la démarcation entre la peinture cyberjaune et la peinture blanche.

Sous le plancher, on retrouve un bloc batterie au lithium-ion de 110 kWh, soit une version allongée de la batterie de 60 kWh installée dans le concept I.D. compact et conçue pour rentrer dans l’empattement de 329,9 cm. L’autonomie du véhicule devrait se situer entre 320 km et 435 km selon l’EPA. Les propriétaires pourront le recharger à partir d’une prise ordinaire ou une plaquette de chargement par induction installée près de l’essieu avant pour faciliter le chargement autonome. Un chargeur de 150 kW peut restaurer 80 % de la charge de la batterie en 30 minutes. Le système développe une puissance totale de 369 chevaux, permettant de passer de 0 à 100 km/h en seulement 5,0 secondes et d’atteindre une vitesse de pointe de 159,3 km/h.

Avec une longueur de 494,0 cm, une largeur de 197,6 cm et une hauteur de 196,3 cm, le nouveau microbus (ou devrions-nous parler de macrobus?) est plus imposant que l’original avec une augmentation de 66,0 cm en longueur, de 25,7 cm en largeur et de 2,3 cm en hauteur. L’empattement du nouveau modèle est aussi plus long de 89,9 cm, mais la traction intégrale assure un cercle de braquage correct de 10,9 m. À titre de comparaison, la plus récente Volkswagen Routan – une minifourgonnette moderne construite par Chrysler – est plus longue que l’I.D. Buzz de 20,3 cm, plus basse de 21,3 cm et plus large de 2,3 cm. De grandes roues de 22 pouces, une peinture extérieure deux couleurs et d’autres détails contribuent à un habile effet trompe-l’œil qui semble atténuer la hauteur du concept. On nous a informés que l’I.D. Buzz offre l’habitacle spacieux de la fourgonnette à long empattement T6 Transporter offerte sur le marché européen tout en gardant une longueur équivalente à celle de la T6 à court empattement. L’habitacle est assez grand pour transporter huit personnes et les deux toits ouvrants panoramiques rappellent le toit en tissu et les huit puits de lumière des DeLuxe Type 2.

Le concept est également tout équipé pour la conduite entièrement autonome assurée par le mode I.D. Pilot. On y retrouve un volant carré aux coins arrondis que le conducteur pourra encastrer dans le tableau de bord au lieu de le laisser reposer inerte sur ses genoux pendant que le système autonome fait son travail. À l’intérieur du volant, on a installé un écran tactile capacitif qui permet de contrôler la plupart des fonctions de l’I.D. Buzz. Les sièges peuvent être tournés vers l’arrière et la banquette arrière se couche électroniquement pour former un lit. La console intermédiaire coulissante sert aussi d’écran d’infodivertissement et d’interface utilisateur, un peu à la manière d’un énorme iPad. Elle se connecte aux haut-parleurs grâce à Bluetooth et l’écran peut même être détaché de la console et sorti du véhicule lors de pique-niques ou autres activités. Glissez la console vers l’arrière, et vous avez amplement d’espace pour déployer des tables et jouer aux cartes ou assembler un casse-tête, par exemple. Un affichage tête haute qui vient s’interposer sur toute la surface du pare-brise présente des informations en réalité augmentée. Volkswagen offre aussi toutes les idées de personnalisation par le conducteur que l’on avait pu voir dans le concept I.D. original présenté à Paris.

Pour l’instant, le segment des minifourgonnettes semble voué à subir le même sort que le disco, mais cette réinterprétation d’un classique de Volkswagen pourrait bien réussir à le sauver. Et le moment semble très opportun pour l’I.D. Buzz, puisque l’avenir des services – autonomes, bien sûr – de jumelage entre conducteurs et passagers pourrait bien appartenir aux grands véhicules électriques de type monospace.