Essais

Premier coup d’œil à la Mazda6 2018 : nouveau look et nouveau moteur

Repensée pour tenir tête aux Camry et Accord

Repensée pour tenir tête aux Camry et Accord

Lorsque Mazda a dévoilé sa Mazda6 redessinée en 2014, nous avions été impressionnés par son design attrayant, sa tenue de route sportive et son intérieur haut de gamme. Elle avait même surclassé les Honda Accord et Toyota Camry dans notre test de comparaison. À l’époque, nous avions écrit : « La Mazda offre au conducteur une grâce et une connectivité qu’on ne retrouve pas dans les autres modèles. » Aujourd’hui, le segment des berlines intermédiaires est plus concurrentiel que jamais. La toute nouvelle Toyota Camry est nettement meilleure que sa génération antérieure, et la Honda Accord est encore meilleure que la Camry. Pour suivre la cadence, Mazda a donné à son modèle 6 un petit coup de fraîcheur pour 2018.

Comme on peut le voir, l’extérieur est pratiquement resté inchangé. L’avant a été subtilement relooké, mais à moins de voir le nouveau et l’ancien modèle côte à côte, il est peu probable que quiconque s’en aperçoive. Les efforts du japonais ont plutôt été réservés pour l’intérieur du véhicule : seuls le volant et quelques garnitures ont survécu au modèle précédent. En plus des améliorations sur toutes les déclinaisons de la Mazda6, la nouvelle version haut de gamme « Signature » a fait son apparition. Cette dernière, selon le constructeur, confère à l’habitacle une sensation de luxe avec des garnitures en bois, du cuir haut de gamme et du suède recouvrant presque toutes les surfaces. La Mazda6 mise à jour est également dotée de nouveaux sièges plus confortables et de technologies plus avancées, notamment une caméra à 360 degrés, un régulateur de vitesse adaptatif et un écran plus grand pour le système d’infodivertissement.

Sous le capot, Mazda a apporté une autre importante modification : bien que le moteur de 2,5 litres à quatre cylindres soit resté, il y a maintenant possibilité d’opter pour le même moteur turbocompressé que celui du CX-9. Ce dernier, avec du supercarburant, produit 250 chevaux de puissance et 310 lb-pi de couple – ce qui le rend légèrement plus rapide que sa version à aspiration naturelle qui, elle, déploie 184 chevaux et 185 lb-pi de couple. Lors de notre plus récent essai, la Mazda6 a enregistré un temps bien ordinaire de 7,9 secondes en accélération de 0 à 100 km/h. Le turbo ne sera donc pas de refus. Le moteur de 2,0 litres de l’Accord, en revanche, propulse la voiture de 0 à 100 km/h en 5,7 secondes et, pour la Camry et son moteur V6, on parle d’à peine 5,8 secondes.

Comme c’est le cas dans le CX-5 2018, la nouvelle Mazda6 offre la désactivation des cylindres. L’absorbeur centrifuge pendulaire du convertisseur de couple de la boîte automatique à six rapports atténue pour sa part les vibrations causées par l’utilisation de deux cylindres. Cette boîte automatique est d’ailleurs offerte de série avec le moteur de 2,5 litres turbocompressé, sans mention d’une option manuelle. Cela dit, Mazda affirme vouloir maintenir son offre d’une boîte manuelle à six rapports avec le moteur de 2,5 litres à aspiration naturelle.

Afin de gérer la puissance supplémentaire du turbo et d’assurer une place à la Mazda6 sur le marché, le constructeur japonais a dû améliorer son châssis et sa suspension. Le résultat : une voiture plus silencieuse, plus raffinée et plus confortable sur la route, mais qui ne tourne pas le dos à son côté sportif. La maniabilité serait en effet accrue et la direction serait plus vive.

Le prix de la toute nouvelle Mazda6 devrait être annoncé prochainement, puisqu’elle sera mise en vente au printemps 2018.