Actualités Essais

Premier coup d’œil à la Lexus LS 2018 : une berline phare plus flamboyante que jamais

Un V6 biturbo remplace le V8

Un V6 biturbo remplace le V8

Une berline phare se doit d’en offrir beaucoup plus que la voiture de luxe courante. De plus, avec l’impressionnante technologie qui fait son chemin dans tous les véhicules, les avancées exclusives aux produits haut de gamme se font de plus en plus rares. Cependant, avec sa nouvelle berline, Lexus croit avoir haussé la barre dans la catégorie des berlines de prestige.

Dévoilée lors du Salon de l’auto de Detroit, la LS 2018 est une merveille en matière de groupe motopropulseur, de suspension et d’avancées sur le plan de la sécurité qui, selon les dires du constructeur, devrait éclipser ses rivales allemandes.

« Non seulement la LS représentera-t-elle la marque Lexus, mais elle deviendra aussi la voiture de luxe de prochaine génération officielle, elle incarnera la tradition et la culture japonaise. À ce titre, ce nec plus ultra mondial doit surpasser largement les attentes du public en matière de voiture de luxe », a expliqué Toshio Asahi, ingénieur en chef de la LS, dans un communiqué de presse.

La LS sera animée par un moteur V6 biturbo de 3,5 litres plutôt que par le V8 de 4,6 litres sortant. Lexus a d’ailleurs mentionné que le nouveau moulin avait été conçu spécialement pour la LS. Produisant une puissance impressionnante de 415 chevaux et un couple de 442 lb-pi (par rapport aux 386 chevaux et 367 lb-pi de couple de l’ancien V8), la nouvelle berline devrait atteindre les 100 km/h en 4,5 secondes, si l’on en croit Lexus.

Pourquoi ce changement? Lors d’une entrevue, M. Asahi a déclaré : « Lorsque nous nous projetons dans cinq ou dix ans d’ici, nous devons prendre en compte la responsabilité sociale et environnementale. D’un autre côté, nous comprenons le besoin du client d’avoir un véhicule doté d’un moteur équivalent ou meilleur qu’un V8 dans cette catégorie. Avec le moteur biturbo, nous nous sommes assurés que les performances allaient surpasser celles d’un V8 courant. Nous voulions aussi offrir des avancées en matière d’efficacité environnementale et d’économie de carburant plus importantes que celles de nos concurrents. »

2018 Lexus LS 500 front three quarter 02

2018 Lexus LS 500 rear three quarter 03

Pour transmettre la puissance à la route, une boîte de vitesses automatique à dix rapports, qui travaille cependant de pair avec un convertisseur de couple, affiche des délais d’embrayage qui rivalisent avec ceux d’une boîte de vitesses à double embrayage. Des palettes de changement de rapports sont offertes en option, mais Lexus affirme que son système de commande électronique, qui anticipe les actions du conducteur, pourrait s’avérer meilleur pour choisir le rapport idéal en surveillant l’accélération, le freinage et les forces g latérales. Question de s’adapter à l’humeur du conducteur, le groupe motopropulseur peut également être réglé selon trois modes : Normal, Sport et Sport+.

M. Asahi a aussi expliqué que les pertes de puissance parasitaires entraînées par le convertisseur de couple conçu par Aisin sont « semblables » à celles que présenterait la LS avec une configuration à double embrayage. Les rapports d’engrenage sont identiques à ceux de la LC, mais le rapport final est différent.

Sous la tôle de la LS se trouve une suspension multibras à joint à rotule pour les bras de suspension supérieur et inférieur.

La berline offrira aussi un groupe motopropulseur hybride multiétage, déjà livrable dans le coupé LC, c’est du moins ce que nous a confié une source chez Lexus. Un moteur différent, exclusif au marché chinois, pourrait aussi faire son entrée.

La LS est la première voiture à rouler sur la toute nouvelle plateforme globale pour véhicules de luxe (GA-L) de Lexus. Malgré un empattement plus long de 3,3 cm par rapport à celui de la LS sortante, la nouvelle berline a été allégée de 90 kilos, il s’agit aussi de la voiture la plus résistante que Lexus ait construite jusqu’à présent. Le constructeur automobile promet une maniabilité améliorée, une conduite adoucie et un habitacle encore plus silencieux qu’auparavant. La plateforme GA-L sera partagée, en version raccourcie, avec le coupé LC 500.

M. Asahi nous a expliqué que Lexus a doté la LS et la LC des mêmes bras de suspension et des mêmes articulations à genouillère, mais a donné à chaque voiture des réglages différents pour les coussinets, la suspension variable et les barres stabilisatrices actives.

Le constructeur nippon a installé dans la LS une nouvelle génération de son système de contrôle du châssis Vehicle Dynamics Integrated Management qui détecte les mouvements longitudinaux, latéraux et verticaux ainsi que les mouvements de lacets, de roulis et de tangage afin d’augmenter la précision de la maniabilité et d’offrir une meilleure stabilité. La nouvelle voiture propose aussi des roues arrière directionnelles en option.

Elle est également équipée des fonctionnalités de sécurité habituelles et présente le tout premier système de détection intuitive des piétons, ce qui signifie que la voiture freinera automatiquement et actionnera peut-être la direction pour éviter un piéton rebelle tout en demeurant dans sa voie.

Le nouveau modèle est plus bas d’environ 1,5 cm comparativement à la version sortante, le capot et le coffre arrière ont aussi été abaissés d’environ 3,1 et 4,1 cm, respectivement. Ainsi, ses ailes prononcées et ses portes incurvées donnent l’impression d’un habitacle élancé reposant sur des hanches musclées.

Sur le plan du style, le carénage frontal suit le design actuel de Lexus, avec les phares allongés en forme de zigzag et la calandre qui, cette fois-ci, ressemble davantage à un corset serré qu’au faciès de la créature du film Prédateur. La ligne de toit s’étend doucement jusqu’au montant arrière et se prolonge jusqu’au coffre, bien que, techniquement, il s’agisse toujours d’une berline et non d’un modèle bicorps.

À l’intérieur de l’habitacle, ceux qui sont habitués au silence digne d’une voûte de banque qu’offrent les véhicules de Lexus découvriront des niveaux d’isolation encore jamais atteints par la marque. Cette insonorisation a été rendue possible par la suppression active du bruit qui annule certaines fréquences par l’utilisation de bruit auxiliaire émis par les haut-parleurs. Dans ce qui ne pourrait être décrit que comme de l’excès, les sièges avant réglables en 28 directions sont chauffants, refroidissants et dotés d’une fonction de massage. Les sièges arrière sont eux aussi chauffants et refroidissant, et offrent en plus une fonction de massage shiatsu. Ils peuvent également être inclinés jusqu’à un angle de 48 degrés. Comme la voiture est plus basse qu’auparavant, la suspension pneumatique de la LS surélève la voiture pour faciliter l’entrée à bord lorsque les portes sont déverrouillées et que la berline détecte l’approche d’une clé intelligente.

Fait à noter au sujet de l’habitacle : le système d’infodivertissement est toujours doté de l’interface à pavé numérique que nous avons vilipendée dans les autres produits Lexus. Cependant, nous devons encore faire l’essai de la version qui équipe cette nouvelle itération avant de nous prononcer.

M. Asahi a mentionné que le pavé numérique de nouvelle génération permettait d’utiliser des commandes à pincement et glissement de doigt comme les téléphones intelligents et présentait une surface de travail plus vaste que l’ancienne version.

« Les clients qui désireront faire l’acquisition d’une berline porte-étendard de Lexus vivent déjà dans le luxe au quotidien, ce sont des personnes qui, de base, ont l’œil pour les choses authentiques. Il serait donc difficile de capter leur attention avec un produit haut de gamme traditionnel », a expliqué l’ingénieur en chef.