Essais New York Salons de l'auto

Premier coup d’œil à la Kia Rio 2018 : on sort les tambours

Sécurité renforcée aux dépens de la puissance et des freins

Sécurité renforcée aux dépens de la puissance et des freins

La catégorie des sous-compactes est une catégorie très difficile. De nos jours, moins de jeunes désirent posséder leur propre voiture neuve et tous les acheteurs s’attendent à payer le moins possible pour un petit modèle économique. Les responsables de la planification des produits sont intelligents et optimisent probablement les sous-compactes afin d’attirer autant les acheteurs de services de covoiturage que les propriétaires particuliers. Voilà qui pourrait sûrement expliquer certains des choix qu’a faits Kia au moment de remodeler la quatrième génération de la berline et de la voiture à hayon Rio.

L’espace intérieur est un aspect hautement recherché, l’empattement de la voiture a donc été allongé de 1 cm et la longueur totale a été étirée de 1,5 cm. Ces modifications sont amplifiées par un pavillon aminci, des montants avant redressés, des panneaux de porte redessinés et des sièges avant aux dossiers amincis qui augmentent l’espace et créent aussi une impression de grandeur. L’espace total pour les passagers a été accru, passant respectivement à 2546 litres et 2563 litres pour la berline et le modèle à hayon. Les deux versions offraient auparavant 2523 litres. Dans le coffre arrière de la berline, l’espace offert demeure le même (387,9 litres) et celui derrière les sièges arrière de la version à hayon est passé de 424,8 litres à 492,7 litres. C’est peut-être parce que les jeunes conducteurs n’utilisent plus vraiment leur véhicule pour transporter leurs effets personnels de la maison au dortoir ou parce que les amateurs de covoiturage qui caressent l’idée de ramener un nouveau téléviseur à écran plat à la maison se tournent plutôt vers un véhicule spacieux, mais l’espace lorsque les sièges sont relevés a chuté de 1334 litres à 928,8 litres.

2018 Kia Rio 5 Door front three quarters

La sécurité est aussi perçue comme un élément de base primordial pour attirer tout acheteur, Kia tente donc de décrocher le titre Meilleur choix sécurité et la cote de cinq étoile de la NHTSA, en plus d’offrir un système de freinage d’urgence autonome livrable et une cellule de sécurité renforcée d’acier avancé à haute résistance. Naturellement, la rigidité en torsion a été améliorée et l’ajout de points de fixation par collage et de nouveaux matériaux isolants atténuerait apparemment les niveaux de bruit de façon remarquable. Cependant, avec l’augmentation de la taille et l’ajout d’équipements et de renforcements de sécurité supplémentaires, le poids à vide a été accru d’environ 70 kilos. C’est tout à l’opposé de ce que nous avons l’habitude de rapporter au sujet de la plupart des nouvelles voitures.

L’un des aspects les plus appréciables de la conduite de n’importe quel nouveau véhicule est la capacité d’y connecter un téléphone. Une connexion Bluetooth branchée à une chaîne audio à six haut-parleurs équipée de la radio a donc été ajoutée au nouveau modèle de Kia. Les versions haut de gamme EX sont dotées de série du système d’infodivertissement UVO3 qui comprend un écran tactile de 7,0 pouces et l’intégration complète pour les systèmes Apple CarPlay et Android Auto. Ces derniers constituent toujours des denrées plutôt rares dans la catégorie des voitures sous-compactes. Il existe trois versions : LX, S et EX.

2018 Kia Rio front side

Cette fois-ci, on ne trouve aucun modèle SX au sein de la gamme, ce qui est peut-être une bonne chose, car en matière de puissance, les nouvelles sont plutôt mauvaises. Tous les modèles sont animés par le « même » moteur que les versions précédentes, soit un moteur Gamma de 1,6 litre à quatre cylindres et injection directe de carburant. Il a cependant été amélioré, mais réussit tout de même à perdre 8 chevaux et 4 lb-pi de couple, développant maintenant 130 chevaux et 119 lb-pi de couple. Si l’on en croit le communiqué de presse, ces améliorations visent à accroître l’économie de carburant. Aucune cote de l’EPA n’a toutefois été fournie. On peut se demander si ces modifications ne sont que du surplace vu l’augmentation importante du poids à vide. Autre choix singulier et rétrograde : les versions de base ont perdu deux disques de frein sur quatre au profit de freins à tambour à l’arrière. Au moins, les disques avant sont plus grands que les anciens, passant de 10,1 pouces à 11,0 pouces (il faut dire toutefois que peu de modèles sous-compacts sont dotés de disques de freins aux quatre roues dans les modèles de base, par contre, la Rio LX 2017, elle, en avait). Les modèles EX haut de gamme sont toujours munis de disques de 10,3 pouces. Certes, dans la plupart des voitures sous-compactes, les freins avant font la majeure partie du travail, les distances de freinage ne devraient donc pas changer beaucoup. La sensation de la pédale risque cependant d’en souffrir, car le liquide de freinage circule de façon très différente dans les disques et dans les tambours. La seule autre mise au point digne de mention à avoir été apportée au châssis est une modification de la configuration des ressorts et des amortisseurs, effectuée dans le but de « rendre la voiture plus souple et confortable ».

La carrosserie est nouvelle et, à nos yeux, elle reflète la nouvelle orientation que prend cette génération qui s’éloigne de la voiture sport. La bouille du modèle sortant affichait une bouche et des yeux qui semblaient manigancer quelque chose, tandis que les traits de la nouvelle version semblent plutôt communiquer une détermination inébranlable, sinon une certaine résignation. Mais bon… en tant que passionnés de voitures, c’est peut-être notre interprétation personnelle du visage de la nouvelle Kia. Nous découvrirons ce que les particuliers et les acheteurs de services de covoiturage liront dans les yeux de la nouvelle Rio lorsqu’elle sera mise en vente plus tard cette année.