Geneva

La Ferrari 488 GTB amène 660 chevaux turbocompressés à Genève

En 2013, lorsque nous avons essayé la Ferrari 458 Speciale, nous l’avions décrite comme rien de moins que la « meilleure voiture à conduire » que vous pourriez imaginer. Mais toute bonne chose à une fin, et la production de la 458 sera abandonnée d’ici peu. Sa successeure, la 488 GTB, sera dévoilée lors du Salon international de l’automobile de Genève et devrait être équipée d’un moteur encore plus puissant.

Comme la regrettée 458, la nouvelle 488 possédera un moteur central arrière à huit cylindres en ligne, mais cette fois, un moteur turbocompressé de 3,9 litres produira 660 chevaux, propulsant le bolide de 0 à 100 km/h en seulement trois secondes selon les estimations de Ferrari. Ce moteur, qui produit également 561 lb-pi de couple, est jumelé à une boîte de vitesse à double embrayage de sept vitesses avec contrôle variable du couple, un système qui, d’après le constructeur, distribue le couple « de façon souple mais efficace à tous les rapports ». La voiture a bouclé la piste d’essai Fiorano de Ferrari en 1 minute 23 secondes, quelques centièmes de seconde de moins que la 458 Speciale, qui obtient 1 minute 23,5 secondes. Sa vitesse maximale est estimée à 330 km/h.

La nouvelle Ferrari bat donc la 458 Speciale et son moteur V8 de 4.5 litres dense à aspiration naturelle qui produit 597 chevaux et 398 lb-pi de couple. Toutefois, le constructeur évalue aussi l’accélération de 0 à 100 km/h de la 458 Speciale à trois secondes.

Ferrari affirme que sa nouvelle voiture comporte des améliorations aérodynamiques qui devraient réduire la traînée et améliorer la déportance de 50 %. Un becquet avant et des prises d’air échancrées latérales doubles, de même qu’un déflecteur arrière, font plus que très bien l’affaire. Même le dessous de la voiture est équipé de générateurs de tourbillons pour un meilleur aérodynamisme.

Vous devriez vous sentir encore plus en contrôle de la route au volant de la 488, livrée avec une version améliorée du système de contrôle de l’angle de dérapage de course du constructeur qui permet une meilleure accélération longitudinale en sortant des virages. Intégré dans le système d’antipatinage à l’accélération F-1 Trac et le différentiel électronique E-Diff, le système SSC2 contrôle les amortisseurs actifs afin de stabiliser la voiture pendant les manœuvres plus difficiles.

On ne peut pas nier qu’un brin de nostalgie s’est glissé dans la conception de la 488 GTB. Les prises d’air arrondies rappellent celles de la 308 GTB originale, même si certains détails, comme les phares arrière redessinés, sont complètement nouveaux. À l’intérieur, le constate du rouge et du noir ne passe pas inaperçu. L’interface du système d’infodivertissement a été entièrement revue, et les groupes de commande par satellites, les bouches de climatisations inclinées, les sièges ergonomiques et le volant multifonction complètent le tout.

Il faudra attendre le Salon de Genève pour en savoir plus sur la 488 GTB, mais d’ici là, ces photos vous donneront un aperçu de l’avenir turbocompressé de Ferrari.

Source : Ferrari