Essais

Essai du Volkswagen Tiguan Off-Road 2018 : imposant, féroce et frugal

Volkswagen tente de plaire à tout le monde avec un moteur efficace, une troisième rangée et des capacités hors route

Volkswagen tente de plaire à tout le monde avec un moteur efficace, une troisième rangée et des capacités hors route

Volkswagen a procédé à de nombreuses modifications depuis le scandale du diesel et déploie beaucoup d’efforts pour plaire au public et apaiser les foules. Et on ne parle pas ici que d’indemnités remises aux clients touchés. Les changements s’étendent aussi au portfolio du constructeur allemand qui présente désormais davantage de VUS et de véhicules électriques. Même le Tiguan, un modèle qui est sur le marché depuis 2007, a droit à une légère réinvention pour l’année modèle 2018.

Le Tiguan qui sera mis en vente cet été est plus long de 27,2 cm par rapport à l’ancien modèle, une augmentation suffisante pour ajouter une quasi troisième rangée, une première pour le modèle. Certaines améliorations dignes de mention ont également été apportées au moteur de 2,0 litres pour en accroître la puissance et l’efficacité.

Pour rappeler aux clients que le Tiguan est aussi un véhicule hors route compétent, Volkswagen a apporté une bande de VUS de préproduction dans un parc du Michigan idéal pour la conduite hors route afin de soutenir les affirmations par une bonne séance de conduite dans la boue. Le Tiguan et le nouveau VUS Atlas se veulent une tentative, pour Volkswagen, de réussir sa transition d’une marque de voiture à une marque offrant une gamme complète de modèles.

Tout d’abord, un aperçu de ce qui a été fait sous le capot, ensuite, des détails au sujet de notre essai hors des sentiers battus.

Le Tiguan 2018 est le premier modèle de Volkswagen à être équipé d’une version plus avancée du moteur turbocompressé à quatre cylindres et injection directe de carburant EA888 qui dotait la CC 2009 et qui en est maintenant à sa troisième génération. La dernière version est connue comme le moteur B-Cycle. Cet engin a fait ses débuts avec Audi et se fraie actuellement un chemin dans les modèles de la marque Volkswagen à grand volume.

Il s’agit toujours d’un moteur turbocompressé à quatre cylindres et injection directe de carburant, mais les ingénieurs ont modifié le cycle de combustion Miller à quatre temps, créant essentiellement un nouveau procédé de combustion en combinant de courts événements d’admission à un taux de compression élevé.

Le cycle Budack (d’où vient l’appellation B-Cycle) ferme les soupapes d’admission beaucoup plus tôt que le cycle Miller pour une chambre de combustion allongée et un écoulement d’air accéléré, ce procédé assure un mélange d’air et de carburant amélioré ce qui permet d’utiliser moins de carburant et de générer plus de couple. Le système à distribution à programme variable peut alterner entre une ouverture courte de la soupape, lorsque le véhicule roule à basse vitesse ou avec une légère charge, et une ouverture longue, pour les situations où une puissance et un couple accrus sont requis. Les autres mises au point apportées au moteur comprennent une modification des pistons et de l’orifice d’admission et le rapprochement des injecteurs de la chambre de combustion. Un nouveau turbocompresseur réagit aussi plus rapidement que l’ancien.

Marcel Zirwes, chef de produit pour les groupes motopropulseurs en Amérique du Nord, a révélé que Volkswagen continuera d’offrir les deux versions du moteur de 2,0 litres. Équiper le Tiguan du moteur B-Cycle est tout à fait logique puisque les VUS affrontent davantage la résistance du vent et mettent plus de charge sur l’engin. Les acheteurs qui privilégient ce type de véhicule favorisent également l’efficacité plutôt que la performance. Le moteur a été optimisé afin d’offrir une économie de carburant équivalente à celle d’un moteur turbocompressé de 1,4 litre ou 1,5 litre à quatre cylindres, améliorant la consommation de carburant d’environ 8 % tout en sacrifiant 10 % ou plus de la puissance maximale par rapport au moteur de 2,0 litres de série.

Le moteur de 2,0 litres du Tiguan actuel génère 200 chevaux et 207 lb-pi de couple et alimente un véhicule de taille inférieure, dépourvu d’une troisième rangée de sièges. Le moteur B-Cycle ne produit que 184 chevaux entre 4400 et 6000 tours par minute, mais augmente le couple à 221 lb-pi de couple entre 1600 et 3940 tours par minute. Il est jumelé à une boîte de vitesses automatique à huit rapports. Les cotes de consommation de carburant n’ont pas encore été publiées, on s’attend cependant à ce que le Tiguan enregistre une économie de carburant de 8,1 L/100 km sur la route.

Après avoir fait ses débuts dans le VUS, où il constitue la seule option de moteur offerte, le moulin B-Cycle se glissera dans la Passat 2018 dès le mois de septembre, peu de temps après, c’est la Beetle 2018 qui se verra dotée du nouvel engin. Le B-Cycle remplacera éventuellement le moteur TSI de 1,8 litre de troisième génération dans toute la gamme de véhicules du Groupe Volkswagen. De son côté, la Golf aura droit à un nouveau moteur dans environ un an. La Jetta présentera un nouveau modèle l’an prochain, ce modèle devrait être animé par un moteur turbocompressé de 1,4 ou 1,5 litre.

Nous aimerions beaucoup vous offrir un aperçu des capacités hors route du Tiguan, mais malheureusement, vous devrez attendre jusqu’à la fin du mois de juin, soit lorsque le constructeur permettra aux médias d’effectuer leurs premiers essais routiers. Nous avons eu la chance d’essayer le moteur amélioré dans le prototype de la Passat 2018, que nous avons conduit de la ville d’Ann Arbor à Jerome dans le Michigan, où l’on trouve un petit terrain de jeu privé et plutôt impressionnant pour les amateurs de conduite hors route. Le moteur a présenté de bonnes performances et la puissance était disponible au moment voulu.

C’est au parc Bundy Hill que nous avons trouvé un trio de Tiguan 2018 prêt à jouer dans la poussière le temps d’une courte séance d’essais visant à démontrer la robustesse du multisegment.

Le Tiguan est équipé du système à quatre roues motrices de cinquième génération du constructeur, le même que l’on trouve aussi dans la Golf et l’Atlas. Le VUS offre quatre modes de conduite : Route, Neige, Hors route et Hors route personnalisé qui permet au conducteur de régler les paramètres selon ses préférences. Ces modes s’activent aisément à l’aide d’un sélecteur rotatif. Si vous demeurez sur la route pavée, vous pouvez utiliser les modes Eco, Normal, Sport et Personnalisé pour modifier les réglages de la direction, du contrôle du moteur et de la boîte de vitesses.

Le Tiguan est muni de l’aide au démarrage en côte et d’un limiteur de vitesse en descente, que nous avons mis à l’épreuve sur des pentes étonnamment abruptes. Nous avons commencé nos essais dans une flaque d’eau profonde, de terribles bruits grondants et métalliques se sont alors fait entendre, les bruits inquiétants se sont poursuivis jusqu’à ce que le véhicule arrive sur une surface sèche. Le système a offert de bonnes performances, permettant au VUS d’effectuer la descente contrôlée de quelques pentes assez abruptes. Grimper ces pentes ne représentait aucune difficulté pour le Tiguan, les plus abruptes ont toutefois demandé deux tentatives et un peu plus de carburant. Bon, soyons francs, nous avons chouchouté notre modèle SEL haut de gamme un peu plus que nécessaire et nous doutions de ses capacités à être malmené à haute vitesse. Formés adéquatement, nous avons gravi la pente une seconde fois de façon plutôt habile.

Le Volkswagen a aussi été en mesure de traverser des mares de boue fraîche et profonde sur le terrain privé, c’est qu’il pleuvait déjà depuis plusieurs heures au moment de notre arrivée.

Le Tiguan roule toujours sur la plateforme modulaire transverse (MQB) du constructeur, la même qui a été utilisée dans le nouvel Atlas. La longueur supplémentaire signifie environ 57 % plus d’espace de chargement que dans le modèle précédent, plus que ce que Motor Trend avait estimé au départ, lorsque nous avions procédé à l’essai du prototype l’an dernier. Les sept places sont offertes de série dans la version à traction, mais font partie des caractéristiques livrables dans les modèles 4Motion à quatre roues motrices.

Le nouveau Tiguan 2018 est muni de feux de jour et de feux arrière à DEL, de phares à DEL optionnels, d’une caméra de recul, du freinage automatique après-collision, d’un régulateur de vitesse adaptatif livrable, du système de surveillance des angles morts et de surveillance des piétons, de l’alerte de circulation transversale, de l’aide au suivi de voie, de phares à atténuation automatique, d’une fonction d’aide au stationnement et d’une vue des environs du véhicule. Parmi les autres commodités, on retrouve un groupe d’instrumentation entièrement numérique et un toit ouvrant panoramique.

Les Tiguan destinés au marché nord-américain seront construits à Puebla, au Mexique, et les moteurs proviendront de l’usine de Silao, également au Mexique. Le VUS vient avec une nouvelle garantie pare-chocs à pare-chocs qui couvre les propriétaires pendant six ans ou 120 000 km et est transférable à un nouveau propriétaire. Une protection qui correspond au double de ce qu’offrent de nombreux concurrents.