Essais Premières impressions

Essai du prototype du Volkswagen Tiguan 2018 : le roi du covoiturage

VW rejoint les rangs des VUM compacts à trois rangées

VW rejoint les rangs des VUM compacts à trois rangées

Avouons-le, le Volkswagen Tiguan prend de l’âge. Introduit sur le marché en 2007 et remodelé en 2011, c’est un vieux routier dans la catégorie en constante expansion des VUM compacts. Néanmoins, l’appétit du public est très vorace pour cette vive chaise haute mobile à silhouette bicorps, et 2016 deviendra d’ailleurs la meilleure année du Tiguan sur le plan des ventes. Cependant, avec 48 667 unités vendues en Amérique du Nord à l’approche de la fin de l’année, il n’inquiète pas vraiment les planificateurs de Honda et Toyota. Dans l’espoir d’augmenter le chiffre d’affaires et d’aider à accroître le volume de ventes de la marque, amputé par les problèmes liés au scandale des moteurs diesel, Volkswagen explore un créneau peu exploité de la catégorie avec son Tiguan en allongeant l’empattement et en dotant son véhicule d’une troisième rangée de sièges facultative, idéale pour les besoins de covoiturage des plus jeunes membres de la famille.

Toyota offrait une troisième rangée dans son RAV4 de troisième génération, mais il a laissé tomber l’idée après 2012. De nos jours, les seuls VUM compacts à trois rangées à être offerts sont le Nissan Rogue, le Mitsubishi Outlander et (à compter de cet été) le Tiguan. Parmi ceux-là, c’est le Volkswagen qui devrait être le plus spacieux. Nous sommes encore à des mois de la publication de la liste complète des particularités du véhicule, cependant, Motor Trend a été invité en Afrique du Sud pour faire l’essai de quelques prototypes du nouveau Tiguan qui venaient tout juste de terminer, le jour précédent, leurs derniers essais approuvés avec les différents ingénieurs en chef. L’ancien ingénieur en emballage que je suis a sorti son ruban à mesurer pour estimer les volumes de l’habitacle. Le ruban a confirmé l’impression générale qu’en étirant l’empattement de 18,8 cm et la longueur totale de 27,2 cm (ces nombres sont officiels), le déplacement des sièges avant et l’espace de dégagement pour les jambes dans la deuxième rangée ont tous d’eux été accrus de manière considérable et devraient se classer parmi les meilleurs dans la catégorie.

2018 Volkswagen Tiguan Allspace Euro Spec prototype front three quarter 03

À 279,1 cm, l’empattement est plus long de 8,6 cm par rapport à celui du Rogue et de 12,2 cm comparativement à celui de l’Outlander. Il est même 1,3 cm plus long que celui du Kia Sorento, l’un de nos favoris dans la catégorie des multisegments intermédiaires à trois rangées abordables. Cependant, la longueur totale du véhicule est inférieure de 2,5 cm à celle des compacts et de 5,6 cm à celle du Sorento.

L’espace de dégagement pour la tête dans la troisième rangée laisse à désirer, toutefois, celui pour les jambes peut être augmenté en faisant glisser les sièges de la deuxième rangée vers l’avant, jusqu’à 17,8 cm au besoin. Cette caractéristique permet aux adultes de petite taille de monter à l’arrière sans problème, mais ils ne seront pas très confortables sur les coussins bas. Ce qu’il y a d’intéressant par contre, c’est qu’une fois assis à l’arrière, les passagers de la troisième rangée peuvent décider jusqu’où ils désirent reculer leur siège en redressant le dossier à la position désirée – une amélioration par rapport à de nombreux autres VUS, même notre Volvo XC90 adoré dont les sièges ne s’enclenchent qu’une fois à la position la plus reculée. Le ruban à mesurer indique aussi que la troisième rangée, avec les sièges reculés au maximum, est plus étroite que celle du Rogue et plus vaste que celle de l’Outlander d’environ 4 %. (Elle est 12 % plus petite que celle du Sorento.) Cependant, la deuxième rangée, beaucoup plus utilisée, semble être 13 % plus vaste que celle des deux modèles compacts et environ 2 % plus étroite que celle du Sorento. Les Tiguan de base offrent de l’espace pour cinq passagers, mais proposent tout de même les sièges arrière coulissants séparés 60/40. Volkswagen croit qu’il pourrait atteindre un taux de commercialisation de 95 % avec ses sièges arrière supplémentaires. On peut aussi s’attendre à ce que le volume de chargement soit augmenté de l’ordre de 40 % par rapport à celui du Tiguan actuel. Un petit compartiment devrait aussi se trouver sous le plancher, derrière la troisième rangée, pour y remiser le cache-bagages. Voilà une bonne chose.

Le Tiguan roulera sur la plateforme MQB A qui permet l’ajout de systèmes d’aide au conducteur et d’infodivertissement de luxe. Les modèles haut de gamme SEL, dont nous avons fait l’essai, arboraient un cockpit virtuel digne d’Audi et un écran tactile central de 8,0 pouces, les deux systèmes offrant de nombreux renseignements et des options d’affichages pour l’écran. Sous le capot se trouve une version révisée du moteur EA888 turbocompressé de 2,0 litres TSI à quatre cylindres jumelé à une boîte de vitesses automatique à huit rapports. Pour ce qui est des choix d’entraînement, une configuration à traction ou à traction intégrale 4Motion est offerte. Malheureusement, à 186 chevaux, le moteur produit 14 chevaux de moins qu’auparavant, et ce, même si le nouveau Tiguan est plus gros et plus lourd que son prédécesseur. Volkswagen affirme avoir optimisé le moteur afin d’en augmenter la courbe de couple (le couple maximal est établi à 221 lb-pi, soit 14 lb-pi de plus que le modèle actuel), mais notre expérience au volant de la version à traction avec quatre adultes à bord nous laisse croire que l’une des milliers de versions plus puissantes de cette famille de moteurs, peut-être même soutenue par une boîte de vitesses à double embrayage (les Tiguan européens livrent 217 chevaux avec l’option à double embrayage), devrait immédiatement être mise sur la liste des caractéristiques pour une refonte de mi-parcours ou un modèle R-Line. Tel quel, il n’est pas dangereusement lent, mais il n’offre pas le plaisir de conduite auquel on pourrait s’attendre du grand frère de la GTI.

Un ensemble hors route donne droit à un bouton rotatif qui permet de sélectionner différents modes de conduite (Neige, Autoroute, Montagne et Personnalisé). Grâce à ce bouton, les obsédés du contrôle pourront régler la réactivité de la direction et du moteur, la logique de la traction intégrale 4Motion, les commandes de l’éclairage adaptatif, les commandes de la climatisation, les fonctions du régulateur de vitesse en descente et de retenue en pente et même l’aide au stationnement. Un deuxième bouton sélecteur permet de régler la conduite sur route selon les modes Eco, Normal, Sport et, encore une fois, Personnalisé. Un amortissement piloté à réglage variable sera aussi offert, ce système est constitué d’amortisseurs à deux tubes Teneco et d’une valve d’amortisseur réglable située à l’extérieur des tubes pour maintenir la course de la suspension. L’amortissement peut être réglé à une fréquence plus rapide que les 1214 Hz naturels des coins non suspendus de la suspension. Le conducteur peut ainsi ajuster la compression et la détente afin qu’elles soient adaptées à chaque bosse qui se dressera sur la route. La logique des commandes de Volkswagen augmente légèrement la rigidité des amortisseurs en mode Sport et ne resserre habituellement l’amortissement que si cela est nécessaire pour s’adapter aux conditions de conduite.

Tous nos essais du Tiguan, y compris certains de la version à empattement court qui n’est pas offerte en Amérique du Nord, ont été effectués sur des routes de gravier. Il nous est donc impossible de critiquer avec certitude les bruits du vent qui pénètrent dans l’habitacle, l’adhérence latérale ou même la sensibilité au braquage (à l’exception, peut-être, de sa capacité à isoler complètement le conducteur des rudes contrecoups causés lorsqu’une seule roue frappe un trou dans la chaussée). Les sièges sont confortables et l’interface utilisateur semble avoir subi une importante amélioration. La structure de la carrosserie semble un peu moins solide sur la version à empattement long que sur la version courte, mais là encore, les essais ont été effectués dans des conditions plutôt extrêmes.

Les prix ne seront publiés qu’à l’approche du lancement du véhicule, mais on peut s’attendre à ce que le VUM construit dans une région visée par l’ALÉNA (à Puebla, au Mexique) affiche une étiquette de prix alléchante, assez proche de celle de 25 990 $ du modèle à traction pour cinq passagers. Les modèles les plus haut de gamme équipés du système 4Motion pourraient être vendus à plus de 45 000 $. Il ne devrait pas rivaliser avec le CR-V ou le RAV4 pour la tête des ventes dans la catégorie, mais s’il peut arriver à rafler une bonne portion de celles du Rogue (326 311 unités vendues en Amérique du Nord au cumul de l’année jusqu’à novembre), la direction de Volkswagen sera transportée de joie.

Volkswagen Tiguan 2018
PRIX DE BASE 26 500 $ US (approx.)
PARTICULARITÉS DU VÉHICULE Front-engine, VUS de 4 portes pour 5 ou 7 passagers, moteur à l’avant et traction avant ou intégrale
MOTEUR Turbocompressé de 2,0 L à DACT, 16 soupapes et quatre cylindres en ligne, 186 chevaux et 221 lb-pi de couple
BOÎTE DE VITESSES Automatique à 8 rapports
POIDS À VIDE 1724-1792 kg (approx.)
EMPATTEMENT 279,1 cm
LONGUEUR X LARGEUR X HAUTEUR 470,4 cm x 183,9 cm x 165,1 cm
ACCÉLÉRATION DE 0 À 100 KM/H 7,5-8,0 secondes (selon Motor Trend)
ÉCONOMIE DE CARBURANT EN VILLE, SUR LA ROUTE ET COMBINÉE SELON L’EPA Aucune cote pour l’instant
MISE EN MARCHÉ EN AMÉRIQUE DU NORD Été 2017