Essais

Essai de l’Audi Q5 2018 destiné au marché nord-américain : plus grand et plus puissant

Nouveau groupe motopropulseur et davantage de technologies

Nouveau groupe motopropulseur et davantage de technologies

Audi lancera une pléthore de nouveaux produits l’an prochain, le plus important étant le multisegment Q5. Depuis le lancement du premier Q5 en 2009, le nombre de multisegments intermédiaires de luxe sur le marché a bondi. Puisque la concurrence est accrue, le modèle le plus populaire d’Ingolstadt doit refaire ses preuves. Selon nos premières impressions, ce nouvel Audi a de bonnes chances de connaître un grand succès.

Même si le Q5 2018 redessiné de deuxième génération ne doit arriver en salle d’exposition qu’au printemps, nous avons eu amplement le temps de le tester. En octobre, nous avons fait l’essai de prototypes Q5 destinés au marché européen à Cabo San Lucas, au Mexique. Seulement quelques semaines plus tard, Audi nous a invités à essayer la version nord-américaine du modèle sur la même route, accessible par un chemin de terre où les bovins locaux bloquaient notre passage à l’occasion.

Après avoir vaincu notre impression de déjà vu, nous avons constaté assez de différences entre les versions européenne et nord-américaine pour remplir notre carnet de notes.

Certains éléments ont même de quoi nous faire envier nos amis de l’autre côté de l’océan. Pour commencer, la version européenne du Q5 offre un choix de moteur à essence et diesel, dont un puissant moteur turbodiesel TDI de 3,0 litres développant une puissance de 282 chevaux et un étourdissant couple de 457 lb-pi. Celui-ci devrait nous faire légèrement rougir de jalousie. Audi espère encore pouvoir surmonter le scandale des moteurs diesel en Amérique du Nord et un jour y présenter le nouveau moteur TDI au généreux couple, mais nous ne savons pas encore s’il est destiné au Q5 et au Q7 ou seulement à ce dernier. Pour l’instant, le Q5 destiné à notre marché offrira un moteur de 2,0 litres turbocompressé à quatre cylindres en ligne déployant 252 chevaux et 273 lb-pi de couple. Il s’agit d’une amélioration de 32 chevaux et de 15 lb-pi par rapport à un modèle Q5 comparable de première génération. Une nouvelle boîte de vitesses automatique à sept rapports et à double embrayage remplace l’ancienne boîte automatique à huit rapports. Le nouveau système de traction intégrale Quattro Ultra d’Audi est offert de série. Le constructeur affirme que le nouveau Q5 atteindra les 100 km/h en seulement 5,9 secondes, soit en 1,1 seconde de moins que son prédécesseur.

2018 Audi Q5 front three quarters

Avec le moteur turbocompressé à quatre cylindres offrant une puissance accrue, Audi ne voyait plus de raison de conserver le moteur V6 suralimenté de 3,0 litres du Q5 sortant. Ce moteur développait 272 chevaux et 295 lb-pi de couple, et avait propulsé le Q5 de 0 à 100 km/h en 5,5 secondes durant nos essais. Voilà une sage décision, car le nouveau Q5 au moteur turbocompressé à quatre cylindres connaît un départ canon grâce à un faible délai d’accélération. Il continue de tirer avec force tout au long de la courbe de puissance malgré les quatre occupants et leur équipement.

Comme nous l’avons déjà mentionné, le Q5 2018 repose sur la récente plateforme MLB 2 d’Audi. Elle est plus légère et offre une configuration de suspension revue pour une meilleure maniabilité. Cela nous amène à présenter une autre différence majeure entre les modèles européen et nord-américain : la suspension pneumatique en option à laquelle nous n’avons pas droit. Elle est semblable à celle que l’on retrouve dans le Q7 à trois rangées et de taille supérieure, et elle est ajustable grâce au système Audi Drive Select, qui modifie également les réglages du moteur, de la boîte de vitesses, de la direction et des amortisseurs. En bref, les avantages les plus notables de la suspension pneumatique sont sa fonction d’ajustement de la hauteur de conduite, sa capacité à contrer les mouvements de la carrosserie et sa fonction de mise à niveau automatique (qui empêche l’abaissement de l’arrière du véhicule lors d’un remorquage, par exemple). En mode surélevé/hors route, le système fournit une garde au sol impressionnante de 23 cm. En mode dynamique, le véhicule peut être abaissé jusqu’à 16,5 cm.

Parallèlement, le Q5 destiné au marché nord-américain est muni de ressorts de suspension en acier de série qui offrent une garde au sol de 21 cm. C’est 2,5 cm de plus que la garde au sol par défaut (mode automatique) de la suspension pneumatique et 0,8 cm de plus que la garde au sol de la précédente génération du Q5. Après avoir essayé ces deux options l’une à la suite de l’autre, nous avons déterminé que la suspension de série était acceptable. Dans certains cas, elle a offert de meilleures performances que la suspension pneumatique, et ce, pour un prix moindre. Bien que nous aurions préféré une garde au sol moins élevée, nous savons que la plupart des Nord-Américains aiment être assis en hauteur. Les amortisseurs électroniquement ajustables sont offerts en option, mais aucun des véhicules que nous avons essayés n’en était muni. Cependant, grâce à notre expérience avec d’autres modèles Audi munis d’amortisseurs actifs, nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’une dépense raisonnable, surtout si vous aimez les excursions dans les canyons.

Audi a tout de même réussi à viser juste avec la suspension de série. Les bosses et les imperfections de la route n’ont jamais été dérangeantes, même avec les larges roues de 20 pouces de notre véhicule d’essai (les roues de 18 pouces sont offertes de série). La carrosserie bouge légèrement dans les courbes rapides, mais le châssis demeure stable et a toujours semblé éviter le sous-virage. Nous verrons si ces performances se maintiennent sur la piste. La direction correspond à ce à quoi on pourrait s’attendre d’un multisegment haut sur roues. Il y a peu de sensations, mais la stabilité en ligne droite est bonne et le châssis répond bien aux commandes de la direction. Si la sensibilité au braquage en mode automatique est trop légère à votre goût, essayez le mode dynamique qui offre une plus grande résistance. Le système de vectorisation du couple activé au freinage contribue à offrir une bonne maniabilité, tout comme le système Quattro Ultra, qui s’assure que les roues arrière sont toujours sollicitées lorsque la conduite est fougueuse.

Le système Quattro Ultra est différent de la traction intégrale permanente Quattro d’Audi de série, puisqu’il peut découpler l’arbre de transmission et le différentiel arrière. Le Q5 se transforme alors en véhicule à traction afin d’améliorer l’économie de carburant. Les chiffres de l’EPA sont pour l’instant inconnus, mais Audi s’attend à ce que les cotes en ville et sur route du Q5 2.0T de première génération s’améliorent (11,8 et 8,7 L/100 km, respectivement).

La carrosserie affinée du Q5 contribue également à améliorer l’économie de carburant. Audi affirme que le coefficient de traînée du multisegment est passé de 0,33 à 0,30 Cx. Comme celle de la plupart des Audi, la nouvelle carrosserie du Q5 est relativement classique. Certains creux sculptés, comme la ceinture de caisse qui se fond harmonieusement dans la ligne de capot et les logements des roues sculptés et distinctifs, sont plus appréciables en personne. À l’avant, la calandre offre une conception plus angulaire et davantage d’éléments brillants, et les feux de route à DEL sont plus attrayants qu’auparavant.

Le Q5 de deuxième génération n’est pas beaucoup plus grand que son prédécesseur. Sa longueur totale est allongée de 2,5 cm – à 466 cm – et l’empattement est élargi de 1,3 cm pour atteindre 282 cm. Cela signifie que les dimensions intérieures sont essentiellement les mêmes : le dégagement pour les jambes à l’arrière a été augmenté de 1 cm pour atteindre 96 cm et la capacité de chargement a été augmentée de 79 litres pour un total de 1702 litres lorsque les sièges de la deuxième rangée sont repliés. La capacité de chargement est de 813 litres lorsque les sièges sont relevés, soit 11 litres de moins qu’auparavant.

L’aspect positif, c’est que l’habitacle du Q5 a été grandement amélioré par rapport à celui de son prédécesseur. Il est fabriqué avec de meilleurs matériaux et offre une ergonomie accrue ainsi que d’exceptionnelles technologies. Le cockpit virtuel numérique sophistiqué d’Audi est offert en option et le système d’infodivertissement MMI mis à jour est plus facile à utiliser et offre davantage de fonctionnalités grâce au pavé tactile livrable. De grandes améliorations ont été apportées aux technologies évoluées de sécurité et d’aide au conducteur afin de renforcer les efforts d’Audi en ce qui concerne la conduite autonome. Le régulateur de vitesse adaptatif avec assistance de conduite dans les embouteillages livrable, par exemple, contrôle le freinage, l’accélération et certaines fonctions de direction à des vitesses allant jusqu’à 65 km/h. Le système pre sense ville de série détecte avec précision les obstacles qui se trouvent sur la route.

2018 Audi Q5 front three quarter 02

Plus grand, plus puissant et regorgeant de technologies raffinées, le nouveau Q5 2018 devrait continuer à se démarquer dans son populaire segment. Audi est également très bien équipée pour répondre à la demande grâce à sa nouvelle usine du Mexique dans laquelle la production mondiale du Q5 sera réalisée (sauf pour la Chine, qui possède son propre complexe de production pour les véhicules vendus dans ce pays). Encore mieux, Audi assure que nous n’aurons pas à attendre bien longtemps avant la sortie du rapide et amusant SQ5. Le constructeur affirme que la version haute performance devrait être lancée peu de temps après le Q5, et qu’elle devrait être munie du moteur V6 turbocompressé de 3,0 litres de la S4 et du S5 où il développe 350 chevaux.

Si tout se passe comme prévu, le Q5 et le SQ5 devraient être lancés au cours du deuxième trimestre de 2017 et être prêts à faire concurrence au Mercedes GLC, notre VUS de l’année. Nous sommes impatients de voir si Mercedes est prête à affronter la tempête Audi.